sensibilité

Recherches associées à sensibilité: specificite

sensibilité

n.f.
1. Aptitude à réagir à des excitations externes ou internes : La sensibilité de la peau au soleil insensibilité
2. Aptitude à s'émouvoir, à éprouver un sentiment esthétique ; manifestation de cette aptitude : Cet enfant est d'une grande sensibilité émotivité ; froideur, indifférence compassion, humanité ; dureté délicatesse
3. Opinion, courant politique : Les débats permettent aux différentes sensibilités de s'exprimer tendance
4. Aptitude d'un instrument de mesure à déceler de très petites variations : La sensibilité d'une balance.

SENSIBILITÉ

(san-si-bi-li-té) s. f.
Qualité de sentir, c'est-à-dire propriété dévolue à certaines parties du système nerveux, par laquelle l'homme et les animaux perçoivent les impressions soit faites par les objets du dehors, soit produites à l'intérieur.
Quand la chaleur de la terre s'est assez attiédie pour ne pas offenser la sensibilité des êtres qui nous ressemblent [BUFF., 6e époque, Œuv. t. XII, p. 293]
Je ne saurais douter raisonnablement que je ne sois doué de sensibilité, d'entendement, de volonté, parce que j'exerce à chaque instant ces facultés [BONNET, Œuv. mêlées, t. VIII, p. 236, dans POUGENS]
Exister pour nous, c'est sentir ; notre sensibilité est incontestablement antérieure à notre intelligence [J. J. ROUSS., Ém. IV]
La source de toutes les passions est la sensibilité ; l'imagination détermine leur pente [ID., ib.]
Sensibilité organique, expression encore fréquemment employée mais tout à fait abusive, par laquelle on désigne l'aptitude des éléments anatomiques à s'assimiler certains principes immédiats et leur inaptitude à en assimiler d'autres.
Il se dit de la susceptibilité à l'impression des choses morales.
La sensibilité que j'ai pour tous les intérêts [de ma chère enfant] [SÉV., 9 mai 1680]
Il se forme dans les grandeurs une nouvelle sensibilité pour les déplaisirs, dont le coup est d'autant plus rude qu'on est moins préparé à le soutenir [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Une âme faible.... qui n'apporte jamais à l'autel que des promesses cent fois violées, que des sensibilités de dévotion que le premier plaisir étouffe [MASS., Avent, Dispos. à la comm.]
Un reste de respect, et une certaine sensibilité pour la vérité [ID., Carême, Parole de Dieu.]
Ainsi votre sensibilité sur les injures, toujours trop écoutée, a poussé votre orgueil à un tel point, que.... [ID., Carême, Tiéd. 2]
Avoir dans la défaillance de l'âge.... la même sensibilité pour le plus léger refroidissement du maître, que dans l'âge le plus vif et le plus florissant [ID., Carême, Dang. des prospér. temp.]
Ainsi la vie se passe, la conscience s'use, la sensibilité au bien s'éteint [ID., Carême, Pâques.]
J'avais apporté de Paris le préjugé qu'on a dans ce pays-là contre la musique italienne ; mais j'avais aussi reçu de la nature cette sensibilité de tact contre laquelle les préjugés ne tiennent pas [J. J. ROUSS., Conf. VII]
Sentiments d'humanité, de pitié. de tendresse.
Ce n'était pas ici une de ces sensibilités de caprice, qui n'ouvrent le cœur à certains maux que pour le fermer à tous les autres [MASS., Or. fun. Villars.]
Ces sensibilités vulgaires que les faiblesses déshonorent, et où, à force de donner tout à la tendresse, on ne donne rien à la raison et au devoir [ID., Or. fun. Madame.]
La sensibilité fait tout notre génie ; Le cœur d'un vrai poëte est prompt à s'enflammer, Et l'on ne l'est qu'autant que l'on sait bien aimer [PIRON, Métrom. I, 3]
Il y a une espèce de sensibilité vague qui n'est qu'une faiblesse d'organes, plus digne de compassion que de reconnaissance [DUCLOS, Consid. mœurs, 14]
La vraie sensibilité serait celle qui naîtrait de nos jugements et ne les formerait pas [ID., ib.]
La sensibilité n'est jamais sans faiblesse d'organisation [DIDER., Parad. coméd. Mém. t. IV, p. 13, dans POUGENS]
La tendresse se borne au sentiment qui fait aimer ; la sensibilité a pour objet tout ce qui peut affecter l'âme en bien ou en mal [D'ALEMB., Synon. Œuv. t. III, p. 329]
Terme de physique. Grande justesse d'un instrument qui le rend capable d'indiquer les différences les plus légères. Sensibilité d'une balance. Sensibilité de la main, qualité par laquelle le cavalier sent immédiatement si les rênes produisent l'effet nécessaire.
Fig. Qualité d'être senti, c'est-à-dire caractère sensible, matériel.
Il faut bien prendre garde à tempérer de telle manière la sensibilité de ses expressions que l'on ne fasse que rendre l'esprit plus attentif [MALEBR., Recherche, VI, 3]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'utilité de la sensibleté de cuir fu que le cors, qui en est avironé, ne fust pas blecié sans le savoir [H. DE MONDEVILLE, f° 10, verso.]
    L'excellent sensibleté que le nerf ot [eut] [ID., f° 21, verso.]
    Ce [que l'anatomie est nécessaire] puet estre prouvé en trois manieres : la premiere par autorités ; la seconde par sensibilité semblable [un exemple semblable] ; la troisieme par raison [ID., f° 7, verso.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sensibilitat ; espagn. sensibilidad ; ital. sensibilità ; du lat. sensibilitatem, de sensibilis, sensible.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    SENSIBILITÉ. Ajoutez :
    Fig. Se dit de la régularité avec laquelle un marché, une bourse obéissent aux plus légères différences.
    Le marché des grains d'une sensibilité excessive [HORN, l'Écon. pol. avant les physiocrates, ch. IX]
    En démontrant l'extrême sensibilité de ce jeu de bascule [l'offre et la demande] [ID., ib.]

sensibilité

SENSIBILITÉ. n. f. Qualité par laquelle un sujet est sensible aux impressions physiques. Il est d'une grande sensibilité à toutes les impressions de l'air. Avoir une égale sensibilité pour le froid et pour le chaud. La sensibilité des parties nerveuses. La sensibilité de l'oeil, de l'oreille. Cet organe est d'une extrême sensibilité.

Il se dit de même en parlant des Impressions morales. Sa sensibilité sur tout ce qui touche à l'honneur est extrême. Être d'une grande sensibilité aux moindres reproches.

Il se dit absolument des Sentiments d'humanité, de pitié, de tendresse. Il a beaucoup de sensibilité, une grande sensibilité. Il est d'une extrême sensibilité. Une fausse sensibilité. Une sensibilité affectée.

En termes de Philosophie, Il désigne l'Ensemble des opérations qui constituent la vie sensitive et la vie affective.

En termes de Physique, La sensibilité d'une balance, d'un thermomètre, etc., La propriété qu'ont ces instruments de marquer les plus légères différences, les moindres variations.

sensibilité


SENSIBILITÉ, s. fém. SENSIBLE, adj. SENSIBLEMENT, adv. [Sansibilité, ble, bleman; 3e e muet au 2d et au 3e.] Sensible, 1°. En parlant des animaux et des persones, qui a du sentiment, qui reçoit aisément l'impression que font les objets. "L' oeuil est une partie fort sensible. Ce cheval a la bouche fort sensible: il est sensible à l'éperon. "Il est sensible au froid, au chaud. — Fig. "Sensible à l'amitié, aux injûres, comme aux bienfaits. Voy. TENDRE, adj. "Tel est le Peuple de France; sensible jusqu'à l'enthousiasme, et capable de tous les excès dans ses afections comme dans ses murmures. Volt. "Si le coeur de ce Prince, dont nous conservons ici le dépôt, pouvoit être sensible à quelque chôse, de quel transport de joie ne seroit-il pas ému, au moment que je parles. Bourdal. Or. Fun. de Henri de Bourbon. "Les Gens naturellement sensibles ne sont pas ordinairement les meilleurs juges de ce qui est estimable. Duclos. — En parlant des chôses, ce dont on est le plus touché. "Vous l'avez frapé à l'endroit le plus sensible. = 2°. Qui se fait sentir. "Le froid a été fort sensible: le mal de dents est un mal très-sensible. = 3°. Qui se fait apercevoir. "Mouvement, éfet sensible. "Je vais vous rendre cette vérité sensible.
   Rem. Sensible régit le datif. Un des Auteurs du Dict. Hist. lui fait régir l'ablatif. "Cet Empereur en fut si sensible que, etc. Dites, y fut si sensible.
   SENSIBLEMENT, d'une manière sensible, (n°. 3°.) "On voit croître sensiblement la rivière; ou (n°. 1°.) "sensiblement touché de cette perte.
   SENSIBILITÉ, qualité par laquelle on est sensible, (n°. 1°.) "Il est d'une grande sensibilité à toutes les impressions de l'air; aux reproches, aux avertissemens. Avoir une grande sensibilité pour la gloire, sur le point d'honeur, etc. = Sensibilité de coeur, compassion ou tendresse de coeur; penchant à l'amour: la 1re est aussi louable, que l'aûtre est dangereûse et funeste, sur-tout aux femmes. "Il y a une espèce de sensibilité vague, qui n'est qu'une foiblesse d'organes, plus digne de compassion, que de reconoissance. La vraie sensibilité seroit cèle qui naîtroit de nos jugemens, et qui ne les formeroit pas. Duclos.

Synonymes et Contraires
Traductions

sensibilité

sensitivity, appreciation, sensibility, sensitiveness, tender-heartednessחישה (נ), לב זהב (ז), מחישה (נ), נפשיות (נ), רגישות (נ), ריגושיות (נ), תחושה (נ), נַפְשִׁיּוּת, רִגּוּשִׁיּוּת, חִישָׁהgevoeligheid, lichtgevoeligheid [foto], ontvankelijkheidEmpfindsamkeit, Feingefühl, Zärtlichkeitsensibilitàчувствителност靈敏度citlivostfølsomhedkänslighet (sɑ̃sibilite)
nom féminin
1. capacité à ressentir des émotions avoir de la sensibilité
2. capacité d'un appareil à réagir à de petits changements la sensibilité d'un instrument de mesure

sensibilité

[sɑ̃sibilite] nf
(physique)sensitivity
(= affectivité, émotivité) → sensitivity, sensibility
[appareil, ouïe] → sensitivity