sérail

(Mot repris de serail)

sérail

[ seraj] n.m. [ it. serraglio, du persan ]
Dans l'Empire ottoman, palais royal ; harem de ce palais : « L'Enlèvement au sérail » de Mozart.
Dans le sérail,
dans un milieu fermé et influent dont on connaît tous les rouages : Fils d'acteur, ce jeune comédien a été élevé dans le sérail.

sérail

(seʀaj)
nom masculin
1. histoire palais, dans l'Empire ottoman le sérail du sultan d'Istanbul
2. histoire harem du palais du sultan femmes vivant dans le sérail
3. appartenir à un milieu très fermé

SÉRAIL

(sé-rall, ll mouillées) s. m.
Palais de l'empereur, des princes et de quelques grands en Turquie. Le sultan a des sérails dans plusieurs villes.
Le Grand Seigneur.... dans son superbe sérail [PASC., Pens. III, 3, édit. HAVET.]
Nourri dans le sérail, j'en connais les détours [RAC., Bajaz. IV, 7]
On lui permit [à l'ambassadeur moscovite] d'avoir un sérail, c'est-à-dire un palais dans le quartier des Francs [VOLT., Charles XII, 5]
Plus ordinairement, mais improprement, partie du palais où sont les femmes ; le véritable nom est harem.
On dit que le roi de Maroc a, dans son sérail, des femmes blanches, des femmes noires, des femmes jaunes [MONTESQ., Esp. XVI, 6]
La raison, l'humanité, la justice réclament contre ces sérails odieux où l'on sacrifie à la passion brutale ou dédaigneuse d'un seul homme la liberté et le cœur de plusieurs femmes [BUFF., Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 257]
Les grands mettent dans leur sérail une femme, comme nous mettons un oiseau rare dans une volière [COMTE DE CAYLUS, Acad. de ces dames, Œuv. t. XII, p. 31, dans POUGENS.]
Fig.
Chaque femme de Paris rassemble dans son appartement un sérail d'hommes plus femmes qu'elle, qui savent rendre à la beauté toute sorte d'hommages, hors celui du cœur dont elle est digne [J. J. ROUSS., Lett. à d'Alemb.]
Toutes les femmes qui sont dans le sérail, avec leur suite. Le sérail était en fête.
Abusivement, maison où quelqu'un tient des femmes de plaisir, et la réunion même de ces femmes. Cette maison est un vrai sérail.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le grand seigneur en son serrail [MONT., I, 332]
    Lequel, ayant esté pris petit enfant au siege de Patras, fut mignardement nourri au sarrail, et puis affriandé de tous honneurs [D'AUB., Hist. I, 242]
    Prince voluptueux, et auquel un serail de femmes n'eust pas suffi [CARLOIX, II, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. sarraglio, du persan serai (a long), palais, hôtel.

sérail

SÉRAIL. n. m. Nom d'un palais en Turquie. Le sérail de Constantinople. Les portes du sérail. Le Grand Seigneur a des sérails dans plusieurs villes. Le sérail du grand vizir. Le sérail d'un pacha.

Il s'est dit improprement de la Partie du palais où les femmes sont enfermées et dont le véritable nom est Harem. Les eunuques du sérail. Une femme du sérail. Il a tant de femmes dans son sérail.

sérail


SÉRAIL, s. m. [1re é fer. mouillez l'l finale; ai n'y a pas le son d'é; mais l'a et l'i conservent leur propre son. Plusieurs écrivent serrail.] Palais qu'habite l'Empereur des Turcs. — Par extension, il se dit des Grands du Pays, et sur-tout de la partie de leurs maisons, où ils tiènent leurs femmes enfermées, mais mal; car l'appartement des femmes s'appelle le Harem. MARIN.

Traductions

sérail

Serail

sérail

seraglio

sérail

serraglio

sérail

Seraglio

sérail

Seraglio

sérail

Seralji

sérail

[seʀaj] nm
(= palais) → seraglio
être du sérail, faire partie du sérail (fig) → to be one of the happy few
C'est un homme du sérail → He's an insider.
(= harem) → seraglio