silique

SILIQUE

(si-li-k') s. f.
Terme de botanique. Fruit sec allongé, bivalve, dont les graines sont attachées à deux trophospermes suturaux, ordinairement séparés en deux loges par une fausse cloison qui n'est qu'un prolongement des trophospermes, et qui persiste souvent après la chute des valves. La silique et la silicule caractérisent particulièrement la famille des crucifères.
Silique douce, fruit du caroubier et de l'arbre de Judée ; cette silique est non une silique, mais une gousse.
Petit poids des Romains.
Genre de coquilles bivalves.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Au rang des plantes tousjours verdoiantes, nous logerons le garrobier, ainsi appellé en Provence, par d'aucuns silique [O. DE SERRES, 556]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. siliqua, gousse.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • SILIQUE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
    Et il l'envoya en sa mettairie pour paistre les pourceaux ; et convoitoit remplir son ventre des siliques que les pourceaux mangeoient, et nul ne luy en donnoit [, Luc, XV, 16, Nouv. Testament, éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525]

silique

SILIQUE. n. f. T. de Botanique. Fruit constitué par une sorte de capsule plus ou moins longue, formée de deux parties unies par des sutures longitudinales où les semences sont attachées, et divisée en deux loges par une cloison membraneuse. Le chou porte des siliques.
Traductions

silique

Kiesel

silique

silicua