sirvente

Recherches associées à sirvente: troubadours

SIRVENTE

(sir-van-t') s. f.
Sorte de poésie ancienne des troubadours et des trouvères, ordinairement satirique, et quelquefois consacrée à l'amour et à la louange, et qui est presque toujours divisée en strophes ou couplets pour être chantés.
Robert [comte d'Auvergne] lui-même était poëte, et échangeait des sirventes avec Richard Cœur de Lion [CHATEAUBR., Voy. Clermont.]
On dit aussi sirventois.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    N'entendi mie a gas [plaisanteries] n'à faire serventoiz [WACE, Rou, V. 4889]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sirventes, serventes, s. m. ; ital. serventese ; de servir, d'après Diez, parce que c'est, proprement, un poëme composé par un menestrel au service de son maître. Sirvente est tiré du provençal ; mais la langue d'oïl avait sirventois, qui est l'équivalent du provençal sirventes (es égale ois).

sirvente

SIRVENTE. s. m. Sorte de poésie ancienne des troubadours et des trouvères, ordinairement satirique, et qui est presque toujours divisée en strophes ou couplets propres à être chantés. Les sirventes et les tensons.