socque

(Mot repris de socques)

socque

n.m. [ lat. soccus ]
1. Chaussure à semelle de bois ; sabot.
2. Dans l'Antiquité, chaussure basse que portaient les acteurs comiques.

SOCQUE

(so-k') s. m.
Chaussure basse des acteurs comiques de l'antiquité ; par opposition au cothurne, qui était une chaussure haute à l'usage des acteurs tragiques. Fig. La comédie, par opposition à la tragédie.
La comédie doit prendre un ton moins haut que la tragédie : le socque est inférieur au cothurne [FÉN., t. XXI, p. 221]
En ce sens on dit plus ordinairement brodequin.
Chaussure dont la semelle et le talon sont en bois, portée par certains religieux, et, en particulier, par les récollets.
Aujourd'hui, chaussures de bois et de cuir adaptées à la chaussure ordinaire pour mieux garantir les pieds de l'humidité, Porter des socques. Socques articulés.
Pour venir dîner au Marais, cette terre classique des bottes à semelle de liége et des socques articulés, il avait mis des souliers vernis et des bas à jour [CH. DE BERNARD, le Gendre, § X]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. soc ; portug. soco, socco ; ital. socco ; du lat. soccus, brodequin.

socque

SOCQUE. n. m. Sorte de chaussure sans quartier et le plus souvent à semelle de bois. Une paire de socques. Porter des socques.

SOCQUE se dit également d'une Chaussure basse dont les acteurs de l'antiquité se servaient dans les pièces comiques; à la différence du Cothurne, Chaussure haute dont ils se servaient dans les tragédies.

Il se dit, au figuré, dans le style soutenu, pour opposer la comédie à la tragédie. Il a quitté le socque pour le cothurne. Il chausse également le cothurne et le socque.

Traductions

socque

clog, sock

socque

klompschoen [zonder hiel]

socque

chanclo