solive

solive

n.f. [ de 2. sole ]
Pièce de charpente horizontale supportant un plancher.

solive

(sɔliv)
nom féminin
technique pièce qui soutient un plancher une solive en chêne

SOLIVE

(so-li-v') s. f.
Pièce de charpente qui soutient les planchers, et qui porte sur les murs ou sur les poutres.
Un barreau ou une solive résiste bien davantage, lorsque les couches ligneuses qui le composent sont situées perpendiculairement [BUFF., Hist. nat. part. exp. Œuvr. t. VIII, p. 198]
Mon imagination, qui s'anime à la campagne et sous les arbres, languit et meurt dans la chambre et sous les solives d'un plancher [J. J. ROUSS., Conf. IX]
Fig. Compter les solives, passer à ne rien faire le temps dans une chambre.
Quand je serai lasse de compter vos solives, ne pourrai-je point aller sur vos belles terrasses ? et ne me voulez-vous point donner des figues et des muscats ? [SÉV., 150]
Anciennement, parmi les charpentiers, nom d'une mesure qu'ils établissaient de six pouces d'équarrissage sur douze pieds de longueur, c'est-à-dire formant un parallélépipède rectangle dont la base était un carré de six pouces de côté et la hauteur douze pieds ; cette base, ayant 1/2 pied de côté, contient 1/4 de pied carré ; et en multipliant par la hauteur 12, on trouve trois pieds cubes pour le volume de la solive. Pied de solive, une des six divisions de la solive contenant 1/2 pied cube, ou 864 pouces cubes. Pouce de solive, une des douze divisions du pied de solive, contenant 72 pouces cubes.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Le pont cuident abatre et trestout peçoier, Les estaches coper, les solives brisier [, Ch. d'Ant. IV, 348]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. soliva, suliva. Origine incertaine. On le tire soit du lat. solum, sol, soit de l'anglo-sax. syl, colonne, soit du celtique : bas-bret. sôl, poutre, gaél. sail, solive ; mais les dérivés en ive sont tous des mots verbaux ; et cela rend ces étymologies bien douteuses. Diez demande si ce ne serait pas un composé de solum, le sol, avec ive, du lat. equa, remarquant que poutre signifie effectivement solive et cavale ; mais il s'objecte à lui-même que, jusqu'à présent du moins, on ne connaît point ive avec le sens de poutre. Enfin Vossius avait songé au lat. sública, pieu ; on peut avoir prononcé sublíca, et l'on sait que mendica avait donné mendive ; mais à cela Diez objecte que le sens n'est pas satisfaisant.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    SOLIVE. Ajoutez :
    Aujourd'hui, mesure qui est un décistère ou la dixième partie du mètre cube ; elle équivaut, par conséquent, à 100 décimètres cubes ; elle diffère peu de la solive ancienne : 1000 solives anciennes équivalent à 1028 solives nouvelles, [NANQUETTE, Exploit. débit et estim. des bois, Nancy, 1868, p. 57]
    Mesures de solidité, bois d'œuvre : le décistère ou solive nouvelle, 0m,100, la solive ancienne (longueur 2 toises, équarrissage, 6 pouces), 0m,103, [, Annuaire des Eaux et Forêts, 1873, p. 23]

solive

SOLIVE. n. f. Pièce de charpente qui sert à soutenir les planches et qui porte sur les murs ou sur les poutres.

Il se dit aussi, en termes d'Eaux et forêts, d'une Pièce de bois d'un cubage déterminé.

solive

Solive, f. Qu'on dit aussi sole, c'est une piece de bois de dix poulces, ou environ, en quarré, longue de douze à quinze pieds, dont on fait les planchers, et dont on les distingue par travées, Tignus, vel Tignum tigni, Lacunar lacunaris, Voyez Travée.

Le bout des solives, Capita tignorum.

solive


SOLIVE, s. f. SOLIVEAU, s. m. [3e e muet au 1er, dout. au sing. du 2d, lon. au plur. solivaux: prononcez, vo, .] Solive, est une pièce de charpente, qui porte sur les murs, ou sur des poûtres, pour soutenir un plancher. Soliveau est une petite solive. Il est quelquefois synonyme de solive.

Traductions

solive

כפיס (ז), קורה (נ), קרש (ז), קוֹרָה

solive

joist

solive

reglar

solive

[sɔliv] nfjoist