sophistiquerie

SOPHISTIQUERIE

(so-fi-sti-ke-rie) s. f.
Terme familier. Excessive subtilité. Il y a bien de la sophistiquerie dans ce raisonnement.
Synonyme moins usité de sophistication.
La sophistiquerie de l'étain par l'alliage d'un tiers de cuivre [MONGEZ, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 223]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Toutes les additions et sophistiqueries, qu'ils sçavent faire, ont causé un millier de faux monnoyeurs [PALISSY, 199]
    De là s'estoit introduite la raquette telle que nous voyons aujourd'hui, en laissant la sophistiquerie du gand [PASQUIER, Rech. IV, p. 350, dans LACURNE]
    Desjà par toute l'Italie se faisoit guerre ouverte à la barbarie, à la sophistiquerie et à l'ignorance [DU VERDIER, Bibl. p. XVIII, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Sophistiquer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    SOPHISTIQUERIE.
    Ajoutez :
    Il n'y eut jamais de plus basse sophistiquerie que la manière dont il s'y prend pour justifier ce reproche [ANT. ARNAULD, 5e dénonciation, VIII (Œuvres, Lausanne, 1780, p. 343)]

sophistiquerie

SOPHISTIQUERIE. s. f. Excessive subtilité dans le discours, dans le raisonnement. Il y a bien de la sophistiquerie dans ces raisonnements-là. Ce sens est familier.

Il signifie aussi, Frelaterie, altération dans les drogues, etc. Il y a de la sophistiquerie dans ce vin, dans ces drogues. En ce sens, il est moins usité que Sophistication.