sorti, ie

SORTI, IE

(sor-ti, tie) part. passé de sortir
Qui est allé dehors, en parlant des personnes ou des choses.
Ce sang qui tout sorti fume encor de courroux De se voir répandu pour d'autres que pour vous [CORN., Cid, II, 9]
Si l'on vient m'en demander [de l'argent], qu'on dise que je suis sorti, et que je ne dois revenir de toute la journée [MOL., Mar. forcé, I]
Un effroyable cri sorti du fond des flots [RAC., Phèdre, V, 6]
Qui a cessé d'être dans une certaine position ou place.
Son premier mouvement [de Diderot], sorti de mes bras, fut de se tourner vers l'ecclésiastique, et de lui dire : Vous voyez, monsieur, comme m'aiment mes amis [J. J. ROUSS., Conf. VIII]
Qui a cessé d'être dans une certaine condition.
Quand de sa folle erreur vous l'auriez diverti, En vain de ce péril vous le croiriez sorti [CORN., Théod. V, 1]
La reine à peine sortie d'une tourmente si épouvantable [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Comme un homme sorti d'un violent accès de fièvre [LESAGE, Diable boit. 5]
À peine sortie de l'enfance, vous avez osé faire un choix sans mon avis [GENLIS, Théât. d'éduc. la Mère rivale, IV, 4]
Il se dit, dans un sens analogue, des choses morales.
Nous avons été avertis qu'il s'élèverait des hérésies... mais en même temps on nous a déclaré qui vous étiez [vous, hérétiques] des gens sortis hors de la ligne, hors de la chaîne de la succession, hors de la tige de l'unité [BOSSUET, 1re instr. past. 26]
Ceux mêmes dont les yeux les devaient éclairer, Sortis de leur devoir n'osèrent y rentrer [RAC., Bajaz. I, 1]
À la fin, monsieur, vous voilà donc sorti de votre caractère [LEGRAND, le Philanthrope, sc. 20]
Qui est issu par la naissance.
Sortie d'un père et de tant d'aïeux souverains [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Le Verbe est un esprit né d'un esprit, un Dieu sorti d'un Dieu, et une lumière allumée à une lumière [ID., 6e avert. I, 48]
Qui provient de, en parlant des choses.
Glaive divin, sorti des arsenaux du ciel [DELILLE, Parad. perdu, VI]
Qui s'est tiré de quelque chose de difficile, de désagréable.
Dieu soit loué, m'en voilà sorti [DIDEROT, Salon de 1767, Œuvr t. XV, p. 164, dans POUGENS]
Terme d'hippologie. Se dit d'une partie qui a la saillie voulue. Garrot bien sorti.