soudrille

SOUDRILLE

(sou-dri-ll' ; ll mouillées, et non sou-dri-ye) s. m.
Terme vieilli, synonyme de soudard.
Eusses-tu garde de soudrilles, Va-t'en travailler en pastilles [SCARR., Mazarinades, Œuvr. t. I, p. 286, dans POUGENS]
Franc soudrille, gripechapon, Homme sans honneur et sans âme [ID., Virg. IV]
On dit que quelques bons esprits Ordonnèrent qu'on fît des grilles Pour se garantir des soudrilles Du redoutable Jean de Vert [ID., Typhon, II]
Adam, parrain banal de toutes les familles, Adam, dis-je, par qui chaque nom fut ourdi, N'y rencontrait pas mieux que nos braves soudrilles [LA FONT., Poésies mêlées, Sur un sobriquet donné à Monseigneur par les soldats]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    N'estants soldats, pas seulement souldrilles, ny dignes de ceste qualité, et n'ayant jamais faict serment ni service à sa majesté [CARLOIX, VIII, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine incertaine. On est porté à y voir le radical de soudard avec une autre terminaison diminutive et péjorative ; toutefois le sens que Carloix donne à ce mot suggère l'idée qu'il vient de sous et drille.

soudrille

SOUDRILLE. s. m. T. de mépris, qui se dit d'Un soldat libertin, fripon. Il est familier et peu usité.

soudrille


SOUDRILLE, s. m. [Sou-dri-glie: mouillez les ll, dern. e muet.] Terme de mépris. Soldat libertin, fripon.