soudrille

(Mot repris de soudrilles)

SOUDRILLE

(sou-dri-ll' ; ll mouillées, et non sou-dri-ye) s. m.
Terme vieilli, synonyme de soudard.
Eusses-tu garde de soudrilles, Va-t'en travailler en pastilles [SCARR., Mazarinades, Œuvr. t. I, p. 286, dans POUGENS]
Franc soudrille, gripechapon, Homme sans honneur et sans âme [ID., Virg. IV]
On dit que quelques bons esprits Ordonnèrent qu'on fît des grilles Pour se garantir des soudrilles Du redoutable Jean de Vert [ID., Typhon, II]
Adam, parrain banal de toutes les familles, Adam, dis-je, par qui chaque nom fut ourdi, N'y rencontrait pas mieux que nos braves soudrilles [LA FONT., Poésies mêlées, Sur un sobriquet donné à Monseigneur par les soldats]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    N'estants soldats, pas seulement souldrilles, ny dignes de ceste qualité, et n'ayant jamais faict serment ni service à sa majesté [CARLOIX, VIII, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine incertaine. On est porté à y voir le radical de soudard avec une autre terminaison diminutive et péjorative ; toutefois le sens que Carloix donne à ce mot suggère l'idée qu'il vient de sous et drille.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

soudrille

SOUDRILLE. s. m. T. de mépris, qui se dit d'Un soldat libertin, fripon. Il est familier et peu usité.

Dictionnaire de L'Académie française 6th Edition © 1835

soudrille


SOUDRILLE, s. m. [Sou-dri-glie: mouillez les ll, dern. e muet.] Terme de mépris. Soldat libertin, fripon.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788