souleur

SOULEUR

(sou-leur) s. f.
Terme familier. Frayeur subite, saisissement. Vous lui avez causé bien des souleurs.
Après lui avoir donné la souleur [à la maréchale de Boufflers], je lui contai ce qui s'était passé [SAINT-SIMON, 475, 86]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il le trova en terre deserte en leu [lieu] de paour et de grant souleur [vastae solitudinis] [, Psautier, f° 187]
  • XVIe s.
    Les frayeurs, les souleurs des sinistres oiseaux [R. BELLEAU, Poésies, t. I, p. 13, dans LACURNE]
    Elle arme la faible jeunesse, Pendue au col, de hardiesse Contre les souleurs de la nuict [ID., ib. p. 69]

ÉTYMOLOGIE

  • Dérivé du lat. solus, seul (voy. ce mot). Le sens propre est solitude ; d'où crainte.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

souleur

SOULEUR. n. f. Frayeur subite, saisissement, serrement de coeur. Son apparition subite m'a fait, m'a causé, m'a donné une souleur. En apprenant cette nouvelle, il eut une grande souleur. Il est familier.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

souleur


SOULEUR, s. f. Frayeur violente et subite. "Il eut une souleur, qui le fit blémir. — L'Académie l'admet pour le discours familier.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

souleur

Bammel