soumis, ise

SOUMIS, ISE

(sou-mî, mi-z') part. passé de soumettre
Qui est mis sous l'autorité.
J'ordonne, poursuit-il [le Seigneur], que tout lui soit soumis [à Nabuchodonosor], jusqu'aux animaux [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Elle [l'âme] se tourmente de voir son bien si détaché d'elle-même, si exposé au hasard, si soumis au pouvoir d'autrui [ID., la Vallière.]
Jadis Priam soumis fut respecté d'Achille : J'attendais de son fils encor plus de bonté [RAC., Andr. III, 6]
Ses gardes, son palais, son lit, m'étaient soumis [ID., Brit. IV, 2]
Les orages, les vents, les cieux te sont soumis [ID., Esth. I, 4]
Filles soumises, voy. FILLE, n° 11. Terme de fortification. On dit d'un ouvrage qu'il est soumis à un autre, pour dire qu'il en est dominé.
Qui obéit.
Le vrai intérêt de ceux qui gouvernent est d'intéresser aussi à leur conservation les peuples soumis [BOSSUET, 5e avert. 56]
Ces gens qui, par une âme à l'intérêt soumise, Font de dévotion métier et marchandise [MOL., Tart. I, 6]
Soumise à mon époux, et cachant mes ennuis [RAC., Phèd. I, 3]
Il se dit des choses.
Et ma douleur soumise aux soins de le venger.... [CORN., Sert. v, 3]
Absolument. Disposé à l'obéissance. Un fils soumis et respectueux.
Sophie semble pressentir ces emportements et le regarde ; ce seul regard le désarme et l'intimide : il est plus soumis qu'auparavant [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Il [l'abbé] est le complaisant soumis de madame, assiste à sa toilette, surveille la maison [MERC., Tabl. de Par. 90]
La métamorphose de l'amant soumis en mari impérieux [LETOURNEUR, Trad. de Clar. Harlowe, Lett. 68]
Il se dit des choses.
....Je ne puis voir d'un cœur lâche et soumis La sœur de mon époux déshériter mon fils [CORN., Perth. I, 2]
Ces plaintes respectueuses qu'une douleur soumise répand devant Dieu pour les faire mourir à ses pieds [BOSSUET, 3e serm. Concept. 2]
Monsieur et Madame, qui, fidèles à tous leurs devoirs, ont eu pour elle des respects si soumis, si sincères, si persévérants [ID., Reine d'Anglet.]
Il y a dans l'admiration une ignorance soumise qui, contente de ce qu'on lui montre des grandeurs de Dieu, ne demande pas d'en savoir davantage [ID., Élév. sur myst. XVIII, 11]
Votre prière n'était pas assez soumise et assez pure [MASS., Car. Prière 2]
Une conduite à la fois si réservée, si soumise et en même temps remplie de soins si recherchés et si délicats [GENLIS, Vœux témér. t. I, p. 95, dans POUGENS]