souper

1. souper

n.m.
1. Repas que l'on fait dans la nuit, à la sortie d'un spectacle, au cours d'une soirée.
2. Dans certaines régions de France, en Belgique, au Québec et en Suisse, repas du soir ; dîner : Ils regardent la télévision pendant leur souper.

2. souper

v.i.
Prendre le souper : Ils soupent généralement vers vingt heures dîner
En avoir soupé,
Fam. en avoir assez : J'en ai soupé de vos critiques.

souper


Participe passé: soupé
Gérondif: soupant

Indicatif présent
je soupe
tu soupes
il/elle soupe
nous soupons
vous soupez
ils/elles soupent
Passé simple
je soupai
tu soupas
il/elle soupa
nous soupâmes
vous soupâtes
ils/elles soupèrent
Imparfait
je soupais
tu soupais
il/elle soupait
nous soupions
vous soupiez
ils/elles soupaient
Futur
je souperai
tu souperas
il/elle soupera
nous souperons
vous souperez
ils/elles souperont
Conditionnel présent
je souperais
tu souperais
il/elle souperait
nous souperions
vous souperiez
ils/elles souperaient
Subjonctif imparfait
je soupasse
tu soupasses
il/elle soupât
nous soupassions
vous soupassiez
ils/elles soupassent
Subjonctif présent
je soupe
tu soupes
il/elle soupe
nous soupions
vous soupiez
ils/elles soupent
Impératif
soupe (tu)
soupons (nous)
soupez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais soupé
tu avais soupé
il/elle avait soupé
nous avions soupé
vous aviez soupé
ils/elles avaient soupé
Futur antérieur
j'aurai soupé
tu auras soupé
il/elle aura soupé
nous aurons soupé
vous aurez soupé
ils/elles auront soupé
Passé composé
j'ai soupé
tu as soupé
il/elle a soupé
nous avons soupé
vous avez soupé
ils/elles ont soupé
Conditionnel passé
j'aurais soupé
tu aurais soupé
il/elle aurait soupé
nous aurions soupé
vous auriez soupé
ils/elles auraient soupé
Passé antérieur
j'eus soupé
tu eus soupé
il/elle eut soupé
nous eûmes soupé
vous eûtes soupé
ils/elles eurent soupé
Subjonctif passé
j'aie soupé
tu aies soupé
il/elle ait soupé
nous ayons soupé
vous ayez soupé
ils/elles aient soupé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse soupé
tu eusses soupé
il/elle eût soupé
nous eussions soupé
vous eussiez soupé
ils/elles eussent soupé

SOUPER1

(sou-pé ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des sou-pé-z exquis) , ou SOUPÉ (soupé) s. m.
Repas, ordinaire du soir (l'usage du souper tend à disparaître dans les grandes villes).
M. de Coulanges me donna un grand souper, où tout le monde s'assembla pour me dire adieu [SÉV., 55]
Enfin sur les huit heures, j'entends une cloche, c'est le souper [ID., 562]
Tous les jours [à la cour], des plaisirs, des comédies, des musiques, des soupers sur l'eau [ID., 297]
Depuis qu'il avait la goutte, il [Leibnitz] ne dînait que d'un peu de lait ; mais il faisait un grand souper, sur lequel il se couchait à une ou deux heures après minuit [FONTEN., Leibnitz.]
Si on apprenant à dix heures du matin que la moitié du globe a péri, on irait à cinq heures au spectacle, et on arrangerait un souper [VOLT., Lett. à Richelieu, 25 mars 1775]
Faire des soupers fins où l'on périt d'ennui [GRESSET, Méch. II, 3]
Le souper était proprement le seul repas des Romains ; le matin, sur le midi, ils ne mangeaient qu'un morceau [CONDIL., Hist. anc. XI, 3]
En vérité, il y a deux choses qu'on devrait bien retrancher de la société, les grands soupers et les visites [GENLIS, Vœux témér. t. III, p. 122, dans POUGENS]
Les beautés vagabondes, qui vont de spectacles en spectacles, chercher des aventures, c'est-à-dire des soupers [MERC., Tabl. de Paris, 542]
Petits soupers, soupers délicats, où il n'y a que des intimes.
Grandeur et grâces, grenadiers et muses, trompettes et violons.... société et liberté [chez le roi de Prusse], qui le croirait ? tout cela pourtant est très vrai, et tout cela ne m'est pas plus précieux que nos petits soupers [VOLT., Lett. en vers et en prose, 99]
Là se forment ces délicieuses parties, suivies de ces petits soupers plus délicieux encore, qui se passent à médire d'une femme, à relever l'excellence d'un ragoût, à raconter des aventures apprêtées, et à se persifler réciproquement [DIDER., Prom. sceptiq.]
Mets qui composent le souper. Je vais acheter mon souper.
Le boulanger et la fruitière voulaient bien nous fournir encore, l'un du pain, l'autre du fromage ; c'étaient là nos soupers, [MARMONTEL, Mém. III]
Après-soupée ou après-souper, voy. ces mots à leur rang.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Dunc seeient les genz le plus à lur super [, Th. le mart. 48]
  • XIIIe s.
    Les table furent mise, [ils] s'assirent au souper [, Berte, III]
  • XIVe s.
    Il fut reçu courtoisement par les gens [de] Collatin ; si avint que après le souper.... [BERCHEURE, f° 26, verso.]
  • XVIe s.
    Aujourd'hui nous employons les potages et viandes bouillies à nos disners, et les rosties à nos souppers ; chose tournée en tel usage chez nous que ce grand chancelier de l'Hospital, voulant introduire la frugalité en France, fit par edit particulier deffenses d'user d'autres viandes que du bouilly à disner, et reserver le rosty pour le soupper [PASQUIER, Lett. t. II, p. 547]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. SOUPER 2 ; wallon, sopé ; bourguig. sôpai ; au XVIe siècle, on disait aussi soupée.

SOUPER2

(sou-pé) v. n.
Prendre le repas du soir. Il soupa d'un plat de pommes de terre.
Je n'ai point mangé de fruits à Vichy, parce qu'il n'y en avait point ; j'ai dîné sainement ; et pour souper, quand les sottes gens veulent qu'on soupe à six heures sur son dîner, je me moque d'eux, je soupe à huit ; mais quoi ? une caille, ou une aile de perdrix uniquement [SÉV., 369]
Cliton n'a jamais eu en toute sa vie que deux affaires, qui est de dîner le matin et de souper le soir ; il ne semble né que pour la digestion [LA BRUY., XI]
Un des plus grands malheurs des honnêtes gens, c'est qu'ils sont des lâches : on gémit, on se tait, on soupe, on oublie [VOLT., Lett. d'Alembert, 7 août 1766]
Vous vivez comme si l'homme avait été créé uniquement pour souper ; et vous n'avez d'existence que depuis dix heures du soir jusqu'à deux heures après minuit [VOLT., Lett. Thiriot, 12 juin 1735]
Le colonel me prierait à souper ; mais, par malheur, je ne soupe point [ID., Lett. au Pr. roy. de Pr. 25 avr. 1739]
Un roi aimable [Frédéric II] qui se bat comme César, qui pense comme Julien, et qui me donne vingt mille livres de rente et des honneurs pour souper avec lui [ID., Lett. d'Argental, 4 mai 1751]
Compagnons, leur dit-il [Léonidas aux trois cents], dînez comme des hommes qui ce soir doivent souper aux enfers [DIDER., Claude et Nér. II, 29]
La robe dîne, et la finance soupe [MERC., Tabl. de Par. 177]
On l'envoya se coucher sans souper, se dit d'un enfant que l'on prive, par punition, du repas du soir. Souper par cœur, ne pas souper du tout.

PROVERBE

    Couche-toi sans souper, et tu te trouveras le matin sans dette, se dit par avertissement à ceux qui veulent faire bonne chère, avoir de beaux habits, etc. et n'ont pas de quoi payer.
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Quatorze rois i ot à hore de soper [, Sax. XII]
  • XIIIe s.
    Et fist souper ses chevaliers et sa gent de haute eure, et donner avaine as chevaux [, Chr. de Rains, p. 15]
  • XIVe s.
    Conquerre nous convient de l'autre vistement ; Ou nous irons couchier sans souper nullement [, Guesclin. 11538]
  • XVe s.
    À souper tart trop estes ahurté ; Manger sans faim, boire sans soif, vous nuit.... [E. DESCH., Vie dissipée.]
  • XVIe s.
    .... De maniere que plusieurs maistres furent ce jour là mal soupez [furent mal servis] [LANOUE, 655]
    L'autre [un condamné à mort] respondit à son confesseur qui luy promettoit qu'il souperoit ce jour là avecques nostre Seigneur : Allez vous y en, car, de ma part, je jeusne [MONT., I, 296]
    Mal soupe qui tard disne [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Soupe. Souper, c'est proprement prendre la soupe, puis, particulièrement, prendre le repas du soir.

souper

SOUPER. v. intr. Prendre le repas du soir. On vous attend à souper. On dit plutôt aujourd'hui, en ce sens, Dîner.

Il signifie particulièrement Prendre un repas au cours de la nuit. Nous irons souper en sortant de l'Opéra.

souper

SOUPER. n. m. Repas du soir. On dit plutôt aujourd'hui, en ce sens, Dîner.

Il se dit particulièrement d'un Repas que l'on prend à quelque heure de la nuit. Le bal s'est terminé par un souper. Un souper chaud. Un souper fin. Un souper assis. Un souper par petites tables.

Après-souper se disait du Temps qui s'écoule depuis le souper jusqu'à ce qu'on aille se coucher.

souper

Souper, Coenare.

Souper aux despens d'autruy, Coenare alienum.

Souper hors de sa maison, Coenare foris.

Aller souper avec aucun, Ad aliquem se recipere ad coenam.

Complot fait d'aller souper en quelque lieu, Condicta coena.

Avoir faim de souper, Coenaturire.

Commander d'apprester le soupper, Imperare coenam.

Promettre à aucun d'aller soupper avec luy, Promittere alicui, ad coenam, Condicere coenam.

Je luy manday que je souperoye chez luy, Condixi ei coenam, Bud. ex Suet.

Promettre d'aller souper, et apporter son soupper, Condicere symbolum ad coenam.

Donner à souper, Coenam alicui dare, vel facere.

Semondre quelqu'un à souper, Coenam indicere alicui, voyez Semondre.

Estre plein jusques à la gorge du souper du jour de devant, Hesterna coena redundare.

Qui n'a point encore soupé, Incoenis, Incoenatus.

Il se coucha sans souper, Incoenatus iacuit, B.

Le lieu où on soupoit, Coenaculum, Coena.

Robbe qu'on prenoit pour souper, Coenatorium, Vestis coenatoria.

En soupant, Super coenam, Inter coenam, vel coenandum.

Quand apres souper tu eus, etc. Quum illa munera inspexisses coenatus.

Un souper, Coena.

Petit souper, Coenula.

Souper auquel se fait despense excessive, Sumptuosa coena.

Pour chacun souper, In coenas singulas.

souper


SOUPER. Voy. SOUPE.

Traductions

souper

(supe)
nom masculin
repas que l'on prend tard le soir

souper

Abendessen, Abendmahl, Soupersupper, evening mealavondmaal, souper, avondeten, hetavondmaalgebruiken, souperen, avondmaaltijdארוחת ערב (נ)δείπνο, βραδινό φαγητόcena, cenareعَشَاءvečeřeaftensmadcenaillallinenvečera夕食저녁식사kveldsmatkolacjajantarужинkvällsmatอาหารเย็นhafif akşam yemeğibữa tối晚餐вечеря (supe)
verbe intransitif
prendre un repas tard le soir Nous souperons après le spectacle.

souper

[supe]
vi
→ to have supper
avoir soupé de → to be sick and tired of
nmsupper