soustraction

soustraction

n.f.
1. En arithmétique, une des quatre opérations fondamentales, symbolisée par le signe « − » (moins), qui consiste à retrancher un nombre d'un autre : Quel est le résultat de cette soustraction ? addition
2. Dans le langage juridique, action de dérober qqch ; vol.

SOUSTRACTION

(sou-stra-ksion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Action d'ôter, de retirer.
Si vous ôtez par soustraction quelques vérités fondamentales, le ministère n'est plus [BOSSUET, Var. XV, 42]
Craignons de résister au Saint-Esprit, de peur qu'enfin notre résistance ne soit poussée jusqu'à la fin, par la juste soustraction de ces grâces qui convertissent les cœurs [ID., Méd. sur l'Év. 2e partie, 19e jour.]
Il y a bien des manières de parvenir au froid et à l'insipide ; Lamotte.... y est arrivé.... par une versification lâche, par l'introduction de deux grands enfants d'Œdipe sur la scène, par la soustraction entière de la terreur et de la pitié [VOLT., Comm. Corn. Rem. Œdipe, v. 7]
La conservation des insectes tient essentiellement à la soustraction de l'humeur visqueuse contenue dans le ventre de ces petits animaux [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 128, dans POUGENS]
Action de soustraire, d'enlever par adresse ou par fraude. Soustraction frauduleuse.
Foucaut va sollicitant partout, et fait voir un écrit du roi, où on lui fait dire qu'il trouverait fort mauvais qu'il y eût des juges qui appuyassent leur avis sur la soustraction des papiers [SÉV., à Pompone, 11 déc. 1664]
Terme d'arithmétique. Opération par laquelle on ôte un nombre d'un autre nombre. Faire une soustraction. Soustraction complexe, celle qui consiste à retrancher un nombre complexe d'un autre nombre complexe.

REMARQUE

  • On trouve substraction :
    Ceux que ses dons [de la grâce] daignent instruire, Ceux qui savent où peut réduire Le douloureux effet de la substraction [CORN., Imit. II, 10]
    Substraction, qui d'ailleurs se trouve dans quelques anciens textes, est barbare.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Tele replecion et substraccion sont passions corporeles [ORESME, Éth. 229]
  • XVe s.
    Et l'ingratitude des dons de Dieu est punie sur les hommes par substraction de sa grace [A. CHART., Quadrilogue invectif.]
  • XVIe s.
    Il n'y a plus à dire de l'Occident que la substraction de la Gipousque [Guipuscoa] à l'evesché de Bayonne.... [D'AUB., Hist. II, 249]
    En soustraction ne sont requis que deux nombres, c'est à savoir le nombre que l'on veult soustraire et le nombre duquel on le veult soustraire [EST. DE LAROCHE, Arismetique, f° 8]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sostraccio ; espagn. substraccion ; ital. sottrazione ; du lat. subtractionem (QUICHERAT, Addenda), de subtrahere, soustraire.

soustraction

SOUSTRACTION. n. f. Action de soustraire. Soustraction d'effets. Accusé, convaincu de soustraction de papiers. Soustraction frauduleuse.

En termes d'Arithmétique, il désigne l'opération par laquelle on retranche un nombre d'un autre. Faire une soustraction. Faites la soustraction.

soustraction


SOUSTRACTION, s. f. SOUSTRAIRE, v. act. [Sous-trac-cion, trère: quelques-uns écrivent et prononcent Soutraction, soutraire, mais mal] Soustraire se conjugue comme Traire: il n'a point de prétérit simple, ni par conséquent d'imparfait du subjonctif. Ceux qui disent, il soustraya, que je soustrayasse font deux faûtes; l'une de doner à ce verbe des tems que l'usage n'admet pas; l' aûtre de les terminer comme dans la première conjugaison. Si ce verbe avait ces tems là, ce serait, je soustrayis, que je soustrayisse. = Soustraire. 1°. Ôter par adresse ou par fraude. "Il lui a soustrait des papiers importants. "On a soustrait une partie des éfets de la succession. = 2°. Soustraire les alimens à un malade; lui retrancher une partie de sa nourritûre ordinaire. = 3°. Se soustraire régit à ou de: il y a des exemples de l'un et de l'aûtre de ces deux régimes. "Se soustraire à la tyrannie, au châtiment: se soustraire de la puissance paternelle. Le premier est le plus usité:
   Dans votre apartement reculé, solitaire,
   À~ tous les importuns vous pouvez vous soustraire.
       La Chaussée.
= On dit aussi activement: soustraire un malheureux à la fureur de ses énemis: et soustraire les sujets de l'obéïssance de leur Prince. = 4°. En termes d'Arithmétique; ôter un nombre d'un aûtre. "Additioner, soustraire, multiplier, diviser, sont les quatre principales opérations de l' Arithmétique.
   SOUSTRACTION, se dit dans le 1er et le dernier sens. Soustraction d'éfets, de papiers. — Faire une soustraction, ou la soustraction.

Synonymes et Contraires

soustraction

nom féminin soustraction
Traductions

soustraction

subtraction, abstractionaftrekking, ontvreemding [document]גריעה (נ), הפחתה (נ), חיסור (ז), קיזוז (ז), גְּרִיעָה, חִסּוּר, קִזּוּזaftrekkingsubtrahoodejmowaniediminuição, subtraçãoSubtraktionαφαίρεσηизваждане減法odčítánísubtraktionsubtraktionвычитание (sustʀaksjɔ̃)
nom féminin
opération qui consiste à retirer une quantité d'une autre faire une soustraction

soustraction

[sustʀaksjɔ̃] nfsubtraction