souterrain, aine

SOUTERRAIN, AINE

(sou-tè-rin, rè-n') adj.
Qui est sous terre.
Elle va descendre à ces sombres lieux, à ces demeures souterraines, pour y dormir dans la poussière avec les grands de la terre [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
De grands physiciens ont fort bien trouvé pourquoi les lieux souterrains sont chauds en hiver et froids en été : de plus grands physiciens ont trouvé depuis peu que cela n'était pas [FONTEN., Oracl. I, 4]
C'est là [chez les Calmouks] qu'on a trouvé en 1720 une maison souterraine de pierre, des urnes, des lampes.... une statue équestre d'un prince oriental portant un diadème sur la tête [VOLT., Russie, I, 1]
On a trouvé une grande quantité d'arbres souterrains à Youle dans la province d'York [BUFF., Hist. nat. Preuv. théor. terr. Œuvr. t. II, p. 404]
La base [de l'Etna], de près de cinquante lieues, ne s'est élevée que par la force des foudres souterraines [ID., Min. t. IX, p. 32]
Ces formidables monts Dont les feux souterrains vivent sous les glaçons [DELILLE, Imag. III]
Terme d'histoire naturelle. Qui vit ou croît dans le sein de la terre. Le rhizome est une tige souterraine. Guêpes souterraines, voy. GUÊPE.
Fig. Caché, secret, sourd. Employer des voies souterraines.
La honte marche à pas obliques dans des routes souterraines où le soupçon la suit [BUFF., Morc. choisis, p. 236]
Leurs marches souterraines sont trop ténébreuses, pour qu'il soit possible de les y suivre [J. J. ROUSS., 2e dial.]
S. m. Logis, voûte que l'on pratique sous terre.
Un peuple nommé les Guanches y habite encore [dans les Açores] ; il a des souterrains qui lui servent de tombeaux ; ces souterrains sont fermés, leur entrée est un secret confié à une succession de vieillards, qui se le transmettent [BAILLY, Atlantide, p. 15]
Synonyme de tunnel. Fig. surtout au pluriel, menées sourdes pour parvenir à quelque fin.
Épier l'orpheline, Prendre les souterrains, tournevirer Nérine [DUFRESNY, Réconciliat. norm. I, 11]
[Les ennemis de Socrate] l'attaquèrent d'abord non à visage découvert, mais par des souterrains et par des voies sourdes et cachées [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. IV, p. 391, dans POUGENS]
La duchesse de Lude n'ignorait pas qu'outre le nombre des prétendantes, il y en avait une entre autres sur qui elle ne pouvait espérer la préférence ; elle eut recours à un souterrain [SAINT-SIMON, 39, 191]
Louis XIV, avec la même hauteur, mais toujours soutenue par les souterrains de la politique, voulut donner un électeur à Cologne [VOLT., Louis XIV, 14]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Par une voute sousterine Entre ens en la cambre perine [, Lai d'Ignaurès]
  • XVe s.
    Ils allumerent fallots, et entrerent en celle soubsterrine qui estoit belle et nette, et se mirent en chemin [FROISS., II, II, 23]
  • XVIe s.
    Sousterreines, sont les choses qui sont souz terre, comme les canaux par lesquels on fait venir les fontaines [PALISSY, 380]
    Amestris.... feit ensepvelir touts vifs quatorze jouvenceaux.... pour gratifier à quelque dieu soubterrain [MONT., II, 257]
    Entre nous, ce sont choses que j'ay tousjours veues de singulier accord, les opinions supercelestes et les mœurs soubterraines [l'ascétisme et le vivre vulgaire] [ID., IV, 306]
    Les instruments pour tirer des puits les eaux sousterraines [O. DE SERRES, 506]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sosterrenh, subterrane ; du lat. subterraneus, de sub, sous, et terra, terre.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877