subjugué, ée

SUBJUGUÉ, ÉE

(sub-ju-ghé, ghée) part. passé
Part. passé de subjuguer. Réduit en sujétion.
Ils [les Romains] gouvernaient avec équité les nations subjuguées [BOSSUET, Hist. III, 6]
Substantivement.
Le nombre des subjugués est immense par rapport au nombre des vainqueurs [VOLT., Mœurs, 93]
Fig.
Je me sens subjugué par cette maxime de toute l'antiquité : rien ne vient du néant, rien ne peut retourner au néant [VOLT., Phil. ignor. 14]
J'ai compris par cette aventure qu'il est impossible de ramener un homme subjugué, et que la femme la plus méprisable est celle dent l'empire est le plus sûr [DUCLOS, Œuv. t. VIII, p. 123]
Ma raison subjuguée par ce penchant fatal [RICCOBONI, Œuv. t. IV, p. 116, dans POUGENS]
Corinne n'était point une personne frivole ; mais elle se sentait chaque jour plus subjuguée par son amour pour Oswald [STAËL, Corinne, VI, 1]