sublimé, ée

SUBLIMÉ, ÉE

(su-bli-mé, mée) part. passé de sublimer
Qui est le produit de la sublimation.
On y verra les matières calcaires calcinées, le fer et les autres métaux sublimés en safran, en litharge [BUFF., Min. t. III, p. 72]
Chercher dans les crevasses, si elles renferment des cristallisations métalliques ou pierreuses que l'on puisse considérer comme sublimées [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. VIII, p. 300]
S. m.Terme de chimie. Le produit de la sublimation. Il se dit surtout de certaines préparations de mercure. Sublimé doux, le calomel ou protochlorure de mercure ; le sublimé corrosif, deutochlorure de mercure.
Comme on a presque toujours préparé ces sels [deutochlorure et protochlorure de mercure] en chimie par la voie sèche, on a nommé les produits sublimés corrosif et doux [FOURCROY, Conn. chim. t. v, p. 333]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    En sublimé dangereux à toucher [VILLON, Ballade.]
  • XVIe s.
    La poudre du sublimé ou de l'arsenic [PARÉ, IX, 6]