subornation

(Mot repris de subornations)

subornation

n.f.
Subornation de témoins,
délit consistant à faire pression sur un témoin pour le déterminer à déposer en justice contrairement à la vérité.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

SUBORNATION

(sub-or-na-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action de suborner. Subornation de témoins.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La premiere faute l'accuse tacitement d'un rapt pour le regard de la fille, et de subornation [tromperie] à l'endroit de la mere [MARG., Nouv. XLIV]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. subornation ; espagn. subornacion ; ital. subornazione ; du lat. subornationem, de subornare, suborner.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • SUBORNATION. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    La soubournation des tesmoins (1349) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 2e partie, p. 1244]
    Subornations de faux tesmoinz [ID., ib.]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

subornation

SUBORNATION. n. f. Action par laquelle on amène quelqu'un à faire quelque chose contre son devoir. Subornation de témoins. Il est convaincu de subornation. Procès en subornation.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

subornation


SUBORNATION, s. f. SUBORNATEUR, ou SUBORNEUR, EûSE, s. m. et f. SUBORNER, v. act. [Suborna-cion, nateur, neur, neû-ze, né: 3e lon. au 4e, é fer. au 5e.] Suborner, c'est séduire, porter à faire une action contre le devoir. "Suborner une fille, des enfans de famille, des domestiques, des témoins, etc. = Subornation, séduction, action de suborner. — Ce nom a le sens passif: il se dit de celui qui est suborné, et non pas de celui qui suborne. "La subornation d'une fille, des témoins, etc. = Suborneur, eûse, celui, celle qui suborne. Quelques Auteurs ont dit subornateur. Il est usité au Palais: subornateur de témoins. L' Académie ne le met pas. = Suborneur se dit adjectivement, des chôses: "Cet espoir suborneur. THOMAS. "Un talent suborneur. GRESS. — Séducteur est plus usité: mais suborneur peut être quelquefois plus énergique. = Suborneur est aussi s. m.
   Ce tribut ofensant doit blesser votre honeur;
   Et vous devez sentir que cet indigne homage
   Vient moins d'un tendre amant, que d' un vil suborneur.
       La Chaussée.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

subornation

Bestechung

subornation

subornation

subornation

subaĉeto

subornation

soborno

subornation

omkoping

subornation

suborno

subornation

[sybɔʀnasjɔ̃] nf (DROIT)subornation
subornation de témoin → subornation of perjury, witness tampering
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005