suif

suif

n.m. [ lat. sebum ]
Graisse de ruminants, qui était utilisée dans la fabrication des chandelles et la préparation des cuirs.

SUIF

(suif) s. m.
Corps gras consistant fourni par les ruminants, bœuf, mouton, chèvre, et qui sert à faire la chandelle.
La graisse diffère du suif en ce qu'elle reste toujours molle, au lieu que le suif durcit en se refroidissant [BUFF., Quadrup. t. I, p. 248]
Ils [les Hottentots de Natal] portent des bonnets faits de suif de bœuf ; et ces bonnets ont huit à dix pouces de hauteur.... ils n'appliquent le suif que peu à peu, et le mêlent si bien dans leurs cheveux, qu'il ne se défait jamais [ID., Hist. nat. hom. Œuvr. t. v, p. 158]
Le meilleur suif est toujours le plus nouveau, le plus ferme et le plus sec, le mieux sonnant et le plus pur [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 270, dans POUGENS]
Suif en branche, le suif tel qu'on le tire du corps de la bête et avant d'être fondu ; ainsi dit, parce que, arraché de l'animal, il présente un aspect ramifié. La mèche de cette chandelle n'a pas encore pris le suif, le suif, n'étant pas encore liquéfié par la flamme, n'a pas monté dans la mèche. Pain de suif, pain de cretons.
Terme de harnachement. Cuir en plein suif ou en suif, se dit d'un cuir préparé d'une manière spéciale ; ce cuir est nourri au suif et employé dans son suif. Cuir en suif à chair propre, cuir qui, après avoir été préparé comme le précédent, est dégraissé et paré du côté de la chair.
Terme de vénerie. Graisse des bêtes fauves.
Terme de marine. Préparation où entrent du suif, du soufre, du brai chaud, du savon sec et qu'on étend sur la carène d'un navire. Donner un suif à un vaisseau. Fig. et populairement. Un suif, une réprimande. Donner un suif à quelqu'un.
Arbre à suif, le stillingia sebifera, euphorbiacées, qui est le croton sébifère de certains auteurs. Suif végétal, huile concrète qui recouvre les semences de ce végétal, et dont on fait de la chandelle.
Suif minéral, variété de talc.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Mielz volt à Deu obeir que le seu del multun offrir [, Rois, p. 56]
  • XIIIe s.
    Nus chandeliers de suif ne puet avoir que un aprentis, se il ne sont si enfant [, Liv. des mét. 161]
    Autant couste li suis que la meche [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 181]

ÉTYMOLOGIE

  • Norm. sieu (Valogne) ; Berry, souif ; wallon, sew ; patois des Fourgs, su ; prov. ceu, sef, seu ; esp. sebo ; ital. sevo ; du lat. sebum ou sevum. à sebum on compare sapium, résine, sapo, savon, et l'allem. Saft, suc.

suif

SUIF. n. m. Graisse de certains animaux, dont on se sert principalement pour faire des chandelles et des bougies. Suif de mouton. Suif de boeuf. Fondre du suif. Chandelle de suif. Enduire de suif.

Arbre à suif, Espèce d'arbre de Chine dont les graines sont recouvertes d'une huile qui sert à faire des chandelles.

En termes de Marine, Donner du suif à un bâtiment, Enduire sa carène d'un mélange de suif, de brai et de soufre fondus ensemble.

suif

Suif, Seuum, vel Sebum, aut Sepum.

Qui oingt comme suif, Sebosus, vel seuosus.

suif


SUIF, s. m. [Monosyllabe: on prononce l'f finale. — * Quelques-uns le font fém. et disent de la suif, pour du suif.] Graisse, dont on se sert pour faire de la chandelle et pour suiver ou espalmer les vaisseaux.

Traductions

suif

חלב (ז(, חֵלֶב

suif

grasa

suif

talg

suif

sego

suif

Talg

suif

sebo

suif

łój

suif

лой

suif

牛油

suif

牛油

suif

lůj

suif

talg

suif

獣脂

suif

수지

suif

talg

suif

[sɥif] nmtallow