supplanté, ée

SUPPLANTÉ, ÉE

(su-plan-té, tée) part. passé de supplanter
Un amant supplanté [CORN., Attila, IV, 4]
Un fat supplanté ne pardonne jamais [GENLIS, Mères riv. t. I, p. 280, dans POUGENS]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877