suranner

SURANNER

(su-ra-né) v. n.
Avoir plus d'un an de date, en parlant des lettres de chancellerie, des passe-ports, etc. Laisser suranner un passe-port. On dit plutôt maintenant : être périmé.
Se suranner, v. réfl. Être suranné.
Une prise de corps ne se suranne pas [DE LAURIÈRE, ]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et ceux qui desdits grossiers auront achepté celui [hareng] qui sera suranné [trop vieux en caque], il ne le pourront vendre qu'ils ne le disent estre tel [, Ordonn. des rois de Fr. t. II, p. 360]
  • XVIe s.
    Encores que le commencement de cet affaire fust suranné de plusieurs années, la dispute dura jusques en ce temps [D'AUB., Hist. II, 88]
    Prise de corps ne se suranne point, et s'execute nonobstant toutes appellations [LOYSEL, 895]
    Difficilement se peuvent bien engraisser les bestes surannées, leur defaillans les dents pour paistre [O. DE SERRES, 841]

ÉTYMOLOGIE

  • Sur 1, et an.