sursis, ise

SURSIS, ISE

(sur-sî, si-z') part. passé de surseoir
Remis à un autre temps.
Son supplice fut plutôt sursis que son crime ne fut pardonné [VAUGEL., Q. C. 384]
Les conférences sont sursises jusques à leur retour [PELLISSON, Lett. hist. t. 1, p. 379]
S. m.Terme de justice. Délai. Par extension.
Cette Smolensk, deux fois fatale à l'armée, était un lieu de repos pour quelques-uns ; pendant ce sursis accordé à leurs souffrances, ceux-là se demandèrent.... [SÉGUR, Hist. de Nap. x, 2]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877