survendre

survendre

v.t.
Vendre au-dessus du prix normal.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

SURVENDRE

(sur-van-dr') v. a.
Il se conjugue comme vendre. Vendre trop cher. Survendre sa marchandise.
Pour l'employer [l'or des monnaies] en ouvrages d'orfévrerie, lesquels ils survendent [, Édit, sept. 1641]
Ceux qui parmi nous ont quelque industrie ne sont pas obligés d'acheter chèrement le droit naturel d'exercer leurs talents : contrainte funeste qui détériore ces talents mêmes, qui oblige les artistes à survendre leurs ouvrages [VOLT., Pol. et lég. Remontr. du pays de Gex.]
Absolument. Vous avez tort de survendre.

ÉTYMOLOGIE

  • Sur 1, et vendre.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

survendre

SURVENDRE. v. a. (Il se conjugue comme Vendre.) Vendre trop cher, plus cher que les choses ne valent. Survendre sa marchandise. Tout a été survendu à cet inventaire.

Il s'emploie aussi neutralement. Vous avez tort de survendre. Il n'est pas juste que vous me survendiez.

Dictionnaire de L'Académie française 6th Edition © 1835

survendre

Survendre, Nimis care vendere, Plus aequo vendere, vel quam par sit.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

survendre


SURVENDRE, v. act. [Survandre: 2e lon. 3e e muet.] Vendre plus cher que la chôse ne vaut. "Il ne faut pas survendre, (on sous-entend le régime) "Vous m'avez survendu. "Tout a été survendu dans cet encan.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788