tâtonner

(Mot repris de tâtonnai)

tâtonner

v.i.
1. Avancer, chercher à trouver en tâtant pour reconnaître : Il tâtonnait dans le noir pour retrouver l'interrupteur.
2. Chercher en procédant par tâtonnements.

TÂTONNER

(tâ-to-né) v. n.
Chercher dans l'obscurité en tâtant.
Je me veux r'habiller, je cherche, je tâtonne [RÉGNIER, Sat. X]
Tâter avec les pieds et les mains pour se conduire plus sûrement. Marcher en tâtonnant.
Que Dieu les frapperait d'aveuglement, et qu'ils tâtonneraient en plein midi comme les aveugles [PASC., Proph. 34, éd. FAUGÈRE.]
Fig. Procéder avec embarras faute de lumières nécessaires.
Sept ou huit ans de plus qu'il n'avait l'ont rendu plus sage, et le font marcher en tâtonnant [BUSSY-RABUTIN, Lett. t. II, p. 149, dans POUGENS]
Un pinceau qui tâtonne [MOL., Gloire du Val-de-Grâce.]
Je suis si accoutumée à me voir confondue sur la plus grande partie de mes désirs, que je ne parle de l'avenir qu'en tâtonnant [SÉV., 30 juill. 1677]
J'allais tâtonnant par une suite de raisonnements, mais la lumière ne luisait point dans mes ténèbres [FÉN., t. XVIII, p. 342]
Tronchin [célèbre médecin] ne sait où il en est ; car il a abandonné son premier traitement : il tâtonne [DIDER., Lett. à Mlle Voland, 24 nov. 1768]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
V. a. Essayer quelque chose en tâtonnant.
Le petit homme [Coulanges] chanta, et fit un vrai plaisir à l'abbé de Marsillac, qui admirait et tâtonnait ses paroles avec des tons et des manières si semblables à celles de son père [M. de la Rochefoucauld] qu'on en était touché [SÉV., 10 janv. 1689]
Je ne me suis déterminé à commencer mes corrections au terme 114, qu'après avoir tâtonné toutes les autres suites que donnaient les sommes des nombres pris cinq à cinq et même dix à dix [BUFF., Prob. de la vie, Œuv. t. X, p. 220]
Tâter quelqu'un (emploi qui n'est plus usité).
Il [le cardinal d'Estrées] était quelquefois haut, quelquefois colère, ce n'était pas un homme qu'il fît bon tâtonner [SAINT-SIMON, 370, 150]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Après avoir remonstré que Dieu se peut en tastonnant sentir des aveugles [peut être senti par les aveugles] [CALV., Inst. 14]
    Ceulx que la tristesse accable se laissent pourtant par intervalles tastonner à quelque plaisir [MONT., IV, 207]
    Ha ! que je porte et de haine et d'envie Au medecin qui vient soir et matin Sans nul propos tastonner ce tetin ! [RONS., 169]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. TÂTONS ; picard, tatiller ; provenç. tastonar.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TÂTONNER. Ajoutez :
    Toucher en tâtonnant.
    On se perd sous ces voûtes comme dans ces dédales d'un cauchemar où l'on cherche en vain sa voie en tâtonnant les murs [, Journ. offic. 31 mars 1876, p. 2301, 2e col.]

tâtonner

TÂTONNER. v. intr. Tâter dans l'obscurité, pour se diriger, pour trouver quelque chose. Je tâtonne pour trouver l'endroit où j'ai mis mon livre. Marcher en tâtonnant.

Il signifie, au figuré, Faire différents essais dans une direction approximative pour arriver à un résultat. Dans ces recherches, on a commencé par tâtonner.

Synonymes et Contraires

tâtonner

verbe tâtonner
Procéder par essais successifs.
Traductions

tâtonner

fumble, gropeגישש (פיעל), גִּשֵּׁשׁ(rond)tasten, in het onzekere rondtasten, tasten, rondtastenannaspare, brancolare, cercare a tastoniيَتَحَسَّسšmátratfamletastenψηλαφώandar a tientashapuillatapkati手探りする손으로 더듬다famlepójść po omackutatearнащупыватьtafsa påคลำelle yoklamakmò mẫm摸索 (tɑtɔne)
verbe intransitif
1. toucher ce qu'il y a autour de soi pour serepérer tâtonner dans le noir
2. figuré hésiter, essayer Les chercheurs tâtonnent.

tâtonner

[tɑtɔne] vi
(dans le noir) → to grope one's way along
(fig) → to grope around, to grope around in the dark