te deum

Te Deum

[ tedeɔm] n.m. inv. [ mots lat. signif. « toi Dieu » ]
Hymne de louange et d'action de grâces de l'Église catholique ; musique composée sur cette hymne ; cérémonie religieuse où l'on chante cette hymne : Les Te Deum de Charpentier et de Berlioz.

TE DEUM

(tè-dé-om') s. m.
Cantique de l'Église qui se dit ordinairement à la fin de matines, et se chante extraordinairement, avec pompe et cérémonie, pour rendre grâces à Dieu d'une victoire ou de tout autre événement heureux (on met deux majuscules : Te Deum).
M. Ménage veut qu'on dise deux Te Deum et non deux Te Deons ; je suis de son avis [VAUGEL., Rem. not. Th. Corn. t. III, p. 132, éd. de Paris, 1738]
Le mardi 7 juin, le roi fut le matin faire chanter le Te Deum dans la principale église de Rhinberg, qui était maintenant le temple des protestants [PELLISS., Lett. hist. t. I, p. 119]
On périssait de misère au bruit des Te Deum et parmi les réjouissances [VOLT., Louis XIV, 16]
Cérémonie qui accompagne cette action de grâces. Assister au Te Deum.
On ordonna un Te Deum, des feux de joie, et des remercîments publics à M. de Chaulnes [SÉV., 180]
J'ai battu les Romains, écrivait Annibal aux Carthaginois ; envoyez-moi des troupes : j'ai mis l'Italie à contribution, envoyez-moi de l'argent ; voilà ce que signifient les Te Deum [J. J. ROUSS., Paix perp.]
Au plur. Des Te Deum.

ÉTYMOLOGIE

  • Premiers mots d'un cantique qui commence par Te Deum laudamus. Plusieurs prononçaient te deon, comme facton pour factum.

te deum

TE DEUM. (UM se prononce OME.) n. m. Cantique de l'Église, qui commence par ces mots latins : Te Deum laudamus, qui se dit ordinairement à la fin de matines et qui se chante extraordinairement, avec pompe et cérémonie, pour rendre grâces à Dieu d'une victoire ou de quelque autre événement heureux. On chanta le Te Deum en action de grâces.

Il se dit aussi de la Cérémonie qui accompagne cette action de grâces. Toutes les autorités furent invitées au Te Deum. Avoir place au Te Deum. Se trouver, assister au Te Deum. Des Te Deum.