tenable

tenable

adj. (En tournure négative)
1. Qu'on peut endurer, supporter : Cette situation n'est plus tenable ! supportable, tolérable
2. Que l'on peut faire tenir en place, rester tranquille : Les enfants ne sont pas tenables.

tenable

(tənabl)
adjectif
1. intenable que l'on peut supporter Ces conditions ne sont pas tenables.
2. personne intenable qu'on peut maîtriser Cet enfant n'est pas tenable.

TENABLE

(te-na-bl') adj.
Où l'on peut se tenir, demeurer. La campagne n'est pas tenable.
On avait cru y être un jour de plus, pour aller voir le lieu de la bataille ; mais les chemins sont si peu tenables qu'on a changé d'avis [PELLISSON, Lett. hist. t. III, p. 261]
Quand vous viendrez, les eaux seront grandes, et la place ne sera plus tenable [SÉV., 10 oct. 1673]
La place n'était pas tenable pour un jaloux, il sortit furieux [MONTESQ., Lett. pers. 141]
Six mois de l'année la place publique n'est pas tenable [J. J. ROUSS., Contr. III, 15]
Terme de guerre. Il se dit d'un poste où l'on peut se défendre.
Elles [les lois de la guerre] ne permettent pas de se défendre contre une armée dans une place ou un château qui n'est pas tenable [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. v, p. 386, dans POUGENS]
Jérusalem est dominée de toutes parts ; pour la rendre tenable contre une armée régulière, il faudrait faire de grands ouvrages avancés, à l'ouest et au nord [CHATEAUBR., Itin. part. 4]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Paiz fine e entiere e tenable, Certaine, seüre e estable [BENOÎT, II, 12055]
  • XIIIe s.
    N'est-ce donc choso bien provable, Que sa roe [de la fortune] n'est pas tenable ? [, la Rose, 6648]
    Car Platon dist, c'est chose voire, Que plus tenable est la memoire De ce qu'on aprent en enfance, De quiconques soit la science [, ib. 13094]
  • XVe s.
    Et disoit bien que ce n'estoit pas forteresse tenable contre un ost [FROISS., I, I, 137]
  • XVIe s.
    Aucun douaire n'estoit tenable, quand il surpassoit la moitié du vaillant de celui qui doue [LOYSEL, 139]

ÉTYMOLOGIE

  • Tenir.

tenable

TENABLE. adj. des deux genres. En termes de Guerre, il se dit d'un Lieu, d'un poste, d'une place où l'on peut se défendre, où l'on peut demeurer sans un trop grand péril; il s'emploie principalement avec la négation. Cette place n'est pas tenable. Ce poste n'est pas tenable.

Il se dit aussi, dans l'usage ordinaire, avec la négation, d'un Lieu, d'un endroit où l'on ne peut demeurer commodément. Il fait trop froid ici, on étouffe de chaleur dans cette chambre, la place n'est pas tenable.

Il se dit figurément, avec la négation, d'une Fonction que l'on quitte parce qu'on y éprouve des désagréments, parce qu'on y trouve de grandes difficultés. Le ministère se retira; sa position n'était plus tenable.

tenable

Tenable, c'est ce qui peut estre tenu et defendu contre l'effort d'autruy, comme ce chasteau, cette ville est tenable, c'est à dire defensable contre l'ennemy, Quae aduersus vim atque impetum hostium teneri et defendi potest.

tenable


TENABLE, adj. [1re et dern. e muet.] Il ne se dit qu'avec la négative. "Cette place, ce poste n' est pas tenable: elle ne peut résister; on ne peut la défendre. — Cet endroit n'est pas tenable, ou la place n'est pas tenable: on n'y peut demeurer comodément: on y soufre du froid, ou du chaud, du vent, etc.

Synonymes et Contraires

tenable

adjectif tenable
2.  Qu'on peut faire tenir en place.
disciplinable, obéissant, sage.
Traductions

tenable

endurable

tenable

haltbar

tenable

houdbaar

tenable

[t(ə)nabl] adjbearable