tenté, ée


Recherches associées à tenté, ée: tentation, tenter

TENTÉ, ÉE

(tan-té, tée) part. passé de tenter 1
Mis en usage pour faire réussir. Une entreprise tentée infructueusement.
Sollicité à quelque péché.
Femme tentée et femme vaincue, c'est tout un [MARIV., Arleq. poli par l'amour, sc. 1]
Un homme tenté résiste une fois, parce qu'il est fort, et succombe une autre fois, parce qu'il est faible [J. J. ROUSS., Conf. IX]
Ce qui nous est défendu par la conscience n'est pas d'être tentés, mais de nous laisser vaincre aux tentations [ID., Ém. V]
Qui éprouve le désir de quelque chose.
Ces sollicitations furent bien reçues d'un prince déjà tenté de cette conquête [VOLT., Charles XII, 1]
Être tenté, être bien tenté de faire quelque chose, en avoir envie, une extrême envie.
Je serais tentée de vous envoyer une grande lettre de Mme de Moussy [SÉV., 433]
Télémaque fut tenté de s'en réjouir [FÉN., Tél. VII]