terrage

(Mot repris de terrages)

TERRAGE1

(tè-ra-j') s. m.
Anciennement, droit seigneurial, qui se levait en plusieurs points comme la dîme de dix ou douze gerbes l'une.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Miex [mieux] vault uns jaians qu'uns pages, Et deux dismes que uns terrages [, Anc. poés. franç. Vatic. dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Terre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. TERRAGE. Ajoutez :
    Terme d'exploitation houillère. Droit de terrage, tantième payé par l'exploitant au propriétaire du fonds sous lequel il exploite (ancien droit liégeois).

TERRAGE2

(tè-ra-j') s. m.
En sucrerie, action de terrer, d'enlever le sirop adhérent aux cristaux du sucre.
Le refroidissement détermine bientôt la cristallisation du sucre ; à cette époque, on débouche le trou des formes, et le sirop s'écoule ; après quoi l'on procède au terrage [THENARD, Traité de chim. t. III, p. 168, dans POUGENS]
Terme rural. Synonyme de colmatage.

ÉTYMOLOGIE

  • Terrer.

terrage

TERRAGE. n. m. T. de Féodalité. Droit qu'avaient certains seigneurs de prélever des produits de la terre qui était de leur domaine.

terrage

TERRAGE. n. m. T. de Raffinerie. Action de terrer le sucre.