terrir

(Mot repris de terrissent)

TERRIR

(tè-rir) v. n.
En parlant des tortues, venir sur le rivage pour y pondre ses œufs. Se dit des poissons qui s'approchent de la terre quand il fait chaud.
Terme de marine. Arriver à la vue d'une terre, arriver à terre.
Des barques qui puissent terrir ou échouer à quelque heure de la marée que ce soit, se relever et reprendre mer sans dangers et sans avaries [NOËL, Instit. Mém. sc. phys. et math. sav. étr. t. I, p. 243]
On dit plus souvent atterrir. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Salarais, courant la mer et terrissant de ce costé là, vit des vaisseaux chrestiens, les charge et deffaict en un combat d'un jour et d'une nuit [D'AUB., Hist. I, 37]

ÉTYMOLOGIE

  • Terre.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

terrir

TERRIR. v. intr. T. didactique. Il se dit des Tortues qui, sortant de la mer à certaines époques, viennent sur le rivage, et, après y avoir fait un trou dans le sable, y pondent leurs oeufs, puis les recouvrent. La saison où les tortues terrissent.

En termes de Marine, Il signifie Prendre terre. On dit plus souvent Atterrir.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

terrir


TERRIR, v. n. [Tèri: 1reè moy. r forte.] On le dit proprement des tortûes, qui viènent à têrre pour pondre leur oeufs. = Des Marins le disent aussi pour, prendre têrre, aprês un long voyage. "Nous terrîmes à tel endroit.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788