terroir

(Mot repris de terroirs)

terroir

n.m. [ de terre ]
1. Ensemble de terres d'une région, considérées du point de vue de leurs productions agricoles : Ces vins ont un goût de terroir.
2. Province, campagne, considérées sous le rapport de certaines habitudes spécifiques : Elle a gardé l'accent du terroir. Les mots du terroir. Un écrivain du terroir.

TERROIR

(tè-roir) s. m.
Terrein considéré par rapport à l'agriculture.
C'est une vérité qui ne peut être contestée que le meilleur terroir ne diffère en rien du mauvais s'il n'est cultivé [VAUBAN, Dîme, p. 28]
Ce vin sent le terroir, il a un goût qui tient à la qualité du terroir.
La qualité des terrains se communique aux végétaux qui y sont placés ; elle forme ce qu'on nomme goût de terroir [FOURCROY, Conn. chim. t. VIII, p. 276]
Fig. et familièrement. Cet homme sent le terroir, il a les défauts qu'on attribue aux gens de son pays.
Il se peut qu'un homme [Tite-Live] né et élevé à Padoue eût conservé, s'il est permis de parler ainsi, un goût de terroir, et qu'il n'eût pas toute cette finesse, cette délicatesse de l'urbanité romaine [ROLLIN, Hist. anc. XXV, II, 2]
Fig. Sentir le terroir, se dit aussi des ouvrages d'esprit qui ont des défauts attribués aux habitudes du pays où l'auteur est né, a vécu.
Il s'est dit pour territoire.
Pausistrate s'alla camper en terroir de Stratonicée [MALH., Le XXXIIIe livre de Tite-Live, ch. 18]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Avons donné trois mencaldes de no tiere geisant en no tiercer as religieus de Femi (donation de 1198) [TAILLIAR, Recueil, p. 7]
  • XIIIe s.
    Et por ce doit on regarder.... le [la] valeur du teroir et le [la] charge que les teres doivent [BEAUMANOIR, XXVII, 11]
    .... porce que por le [la] nature du teroir il y a plus malvese voie [ID., XXV, 5]
    Aucunes fois sont li bon vin refusé, quant on nomme le teroir où il ont crut [ID., XXVII, Prol.]
  • XIVe s.
    Le champ chetif [captif], c'est le terouer prins et aquis des anemis [BERCHEURE, f° 45]
  • XVe s.
    Mon gosier dit aussi qu'il [un vin] a pris sa naissance Du terroir des bons vins [BASSEL., XXVIII]
    Ung terreur ou pasturail assis au villaige de Favars [DU CANGE, territoria.]
  • XVIe s.
    Consire ou grande consoulde est plante de terroir humide [O. DE SERRES, 610]
    Puisque tant de labeurs, de soupirs et de cris, Tous ont esté semez en terroir infertile [DESPORTES, Cléonice, 63]
    L'ile d'Oleron, qui est un terroir plein de delices [D'AUB., Hist. II, 303]
    Attirez par la bonté et fertilité du terroir [MONT., I, 233]

ÉTYMOLOGIE

  • Terre.

terroir

TERROIR. n. m. Terre considérée par rapport à la culture. Terroir fertile, gras. Terroir sec, humide. Terroir aride, ingrat. Terroir pierreux, sablonneux. Le terroir de la Beauce est bon pour les blés. Le terroir de la Bourgogne est bon pour les vins.

Ce vin sent le terroir, il a un goût de terroir, Il a une certaine odeur, un certain goût qui vient de la qualité du terroir.

Fig. et fam., Cet homme sent le terroir, Il a les qualités et les défauts qu'on attribue aux gens du pays d'où il est. Sentir le terroir se dit également des Ouvrages de l'esprit, quand ils ont des qualités et des défauts qu'on peut attribuer aux traits qui caractérisent le pays où l'auteur est né, a vécu.

TERROIR se dit, par extension et familièrement, du Pays d'origine, du pays où l'on a vécu, où l'on vit. Il a l'accent de son terroir, un accent de terroir.

terroir

Le terroir ou territoire d'une ville, Ager.

Le sol et le terroir, Terrenum.

Bon terroir, Bona terra.

Le principal terroir pour le bled, c'est, etc. Caput rei frumentariae in Sicilia, Ager Leontinus.

Ils paissent en toute sorte de terroir, Omni rure pascuntur.

Traductions

terroir

soil (teʀwaʀ)
nom masculin
1. région qui fournit certains produits un vin de terroir
2. région qui a conservé des traditions l'accent du terroir

terroir

[teʀwaʀ] nm
(AGRICULTURE)soil
(= région) → region
accent du terroir → country accent, rural accent