tiare

(Mot repris de tiares)

tiare

n.f. [ lat. tiara, du persan ]
Coiffure d'apparat à trois couronnes du pape, utilisée autref. pour les cérémonies non liturgiques ; dignité papale.

tiare

(tjaʀ)
nom féminin
religion coiffe du pape La tiare est de forme circulaire et est ornée de trois couronnes.

TIARE

(ti-a-r') s. f.
Ornement de tête en usage autrefois chez les Perses, chez les Arméniens, chez les Juifs.
Il lui mit la tiare sur la tête ; et, au bas de la tiare qui couvrait le front, il mit la lame d'or consacrée par le saint nom qu'elle portait [SACI, Bible, Lévit. VIII, 9]
Je ceignis la tiare et marchai son égal [de Joad] [RAC., Athal. III, 3]
Strabon dit que la tiare des grands de la Perse ressemblait à celle des mages, dont la tête était enveloppée dans des bonnets d'étoffe serrés qui descendaient sur les joues et couvraient même les lèvres [MONGEZ, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 13]
Nous avons vu, dans un passage des Éthiopiques d'Héliodore, qu'elles [les femmes] portaient la tiare comme les hommes, et qu'elles l'ôtaient aussi comme eux pour saluer [ID., ib. t. IV, p. 37]
Strabon nous a conservé la forme de la tiare des Perses armés ; c'était un bonnet de laine foulée, fait en forme de tour [ID., ib. t. IV, p. 51]
Grand bonnet que porte le pape dans les grandes cérémonies, et autour duquel sont trois couronnes d'or enrichies de pierreries, avec un globe surmonté d'une croix. Les trois couronnes qui ont été ajoutées l'une à l'autre en différents temps, marquent que l'autorité pontificale s'étend sur les trois Églises, la militante, la souffrante et la triomphante.
Voilà l'identité de forme entre la tiare des papes et celle des rois perses parfaitement établie [MONGEZ, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 81]
Fig. Porter la tiare, être pape. Poser, mettre la tiare sur la tête de quelqu'un, le faire pape.
Fig. La dignité papale. Il se montra digne de la tiare.
Le pape Alexandre VI avait acheté publiquement la tiare [VOLT., Pol. et lég. Tolérance, idée de la réforme.]
Ces jours où le roi Jean, lâche autant que barbare, Rendait le sceptre anglais vassal de la tiare [P. LEBRUN, Marie Stuart, III, 4]
Fig. Toucher à la tiare, toucher à la puissance papale.
Terme de zoologie. Tiare bâtarde, voy. VOLUTE.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    [Le pape] haiant sus teste une grande thyare marquettée sus or de pierres precieuses d'extime d'un million d'or [BONIVARD, Source de l'idolâtrie, Introd. p. XII]

ÉTYMOLOGIE

  • Du grec, tiare.

tiare

TIARE. n. f. Ornement de tête, de forme conique, qui était autrefois en usage chez les Perses, chez les Arméniens, etc., et qui servait aux princes et aux sacrificateurs. Ceindre la tiare.

Il se dit aujourd'hui d'une Haute coiffure ornée de trois couronnes et surmontée d'un globe portant une croix, que met le pape dans certaines cérémonies.

Fig., Porter la tiare, Être pape. Il porta la tiare vingt ans. On dit de même : Poser, mettre la tiare sur la tête de quelqu'un, Le faire pape.

TIARE se dit aussi figurément de la Dignité papale. Il se montra digne de la tiare. Il soutint l'honneur de la tiare.

tiâre


TIâRE, s. f. [2e lon. 3ee muet. Quelques Auteurs ou Imprimeurs ont écrit thiâre.] Ornement de tête aûtrefois en usage chez les Perses et d'autres peuples de l'Orient; et qui servait aux Princes et aux Sacrificateurs.
   Dès long-tems, elle hait cette fermeté râre,
   Qui rehausse en Joad l'éclat de la Tiâre.
       ATHALIE.
— Aujourd'hui, on ne le dit que d'un bonèt orné de trois courones, que le Pape porte dans les grandes cérémonies. — De-là on dit, porter la tiare, pour dire, être Pape.

Traductions

tiare

tiara

tiare

tiara

tiare

tiara

tiare

tiara

tiare

Tiara

tiare

頭飾

tiare

Tiara

tiare

Tiara

tiare

[tjaʀ] nftiara