tien

tien, tienne

adj. poss. [ lat. tuum ]
Qui est à toi : Tu as fait tienne cette idée. Un tien ami m'a averti.
pron. poss.
(Précédé des art. déf. le, la, les) Désigne ce qui appartient ou se rapporte à un possesseur de la 2e personne du singulier : Ce sont mes stylos et voici les tiens.Ces bagues sont les tiennes.
À la tienne !,
Fam. à ta santé !
Les tiens,
ta famille, tes proches.

TIEN

(tiin ; l'n ne se lie pas : le tiin est meilleur) , TIENNE (tiè-n' ; au XVIe siècle on prononçait tianne, PALSGRAVE, p. 3).
Adj. possessif, relatif à la seconde personne du singulier et signifiant à toi.
N'en doute point, quoi qu'il advienne, La belle Oranthe sera tienne [MALH., v, 20]
Mais n'appréhende pas qu'un autre ainsi m'obtienne ; Vis pour ton cher tyran, tandis que je meurs tienne [CORN., Cinna, III, 4]
Oui, tendre et généreux amant, ta Julie sera toujours tienne [J. J. ROUSS., Hél. III, 15]
Le plus ordinairement, il se construit avec l'article défini et ne se met jamais devant un substantif. Mon père est malade, le tien se porte bien. Ma maison est bâtie ; la tienne n'est pas commencée. Voici mes livres ; où sont les tiens ?
S. m. Le Lien qui t'appartient. Défends le tien, mais respecte le bien d'autrui.
Le tien et le mien, la propriété en général.
Rome donc eut naguère un maître dans cet art Qui du tien et du mien tire son origine [LA FONT., Candaule.]
Chez l'animal qu'on appelle homme, On la reçut [la Discorde] à bras ouverts, Elle et que-si-que-non son frère, Avecque tien et mien son père [ID., Fabl. VI, 20]
Et le mien et le tien, deux frères pointilleux, Par son ordre amenant les procès et la guerre, En tous lieux de ce pas vont partager la terre [BOILEAU, Sat. X]
Ces peuples [des îles Mariannes], ignorant le tien et le mien, mangèrent quelques provisions du vaisseau [VOLT., Mœurs, 149]
Dès que nous les aurons peuplées [les terres], il faudra revenir au tien et au mien, et à ces lois qui très souvent sont fort mauvaises, mais dont on ne peut se passer [ID., Dict. phil. Homme.]
S. m. pl. Tes proches, tes alliés, tes serviteurs.
Et la loi des chrétiens T'ordonne-t-elle ainsi d'abandonner les tiens ? [CORN., Poly. v, 2]
Le dieu lui répondit : Les tiens cesseront de régner quand un étranger entrera dans ton île pour y faire régner tes lois [FÉN., Tél. v.]
Familièrement. Tu fais des tiennes, tu te divertis, ou tu fais des actions compromettantes.
On dit que tu fais ici des tiennes [BEAUMARCH., Mar. de Fig. III, 13]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ge sui tuens, fai moi sauf [, Psautier, f° 151]
  • XVe s.
    Je suis des tiens, ce dist Thieris : Car je ne puis orgueil amer [FROISS., Pastourelle.]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. MIEN ; Berry, ten, tenne, prononcés tin, tène.

tien

TIEN, IENNE. Pronom possessif de la seconde personne du singulier. Voilà mon livre, où est le tien? Ses intérêts et les tiens sont opposés. C'est son opinion, mais ce n'est pas la tienne. En t'occupant obligeamment des affaires des autres, tu as négligé les tiennes.

LE TIEN s'emploie comme nom masculin pour désigner Ce qui t'appartient en propre. Tu veux le tien, cela est juste; et moi je veux aussi le mien.

Le tien et le mien, La propriété en général. Le tien et le mien sont la source de beaucoup de querelles.

LE TIEN signifie aussi Ce qui vient de toi. Je ne puis croire que tu m'aies rapporté la chose comme elle s'est passée, tu as dû y ajouter du tien....

Il faut y mettre du tien, Il faut faire quelques concessions.

LES TIENS se dit comme nom masculin pluriel pour Tes proches, tes alliés, ceux qui t'appartiennent en quelque façon, qui te sont attachés. Tu devrais faire du bien aux tiens plutôt qu'à des étrangers. Voilà un des tiens. Il ne se soucie de toi ni des tiens.

Fam., Faire des tiennes, Faire des folies, jouer des tours, avoir de mauvais procédés qui sont dans ton caractère, dans tes habitudes. Tu as dû encore faire des tiennes.

TIEN, TIENNE s'employait dans l'ancienne langue comme adjectif possessif. Il se dit encore dans quelques expressions. Un tien ami, Un de tes amis. Tu as fait tiennes les idées des autres, Tu les as adoptées comme tes idées.

tien

Tien, Il vient de Tuus.

Cela est tien, Tuum est.

Tu adjoustes cela du tien, De tuo istuc addis.

Je te prie d'autant que tu aimes les tiens, et tes biens, Per Fortunas tuas, per liberos te oro. B. ex Caelio.

tien


TIEN, TIENNE, ou TIèNE, pronom possessif relatif. [Tien, monosyllabe; tiène; 1re è moy. 2e e muet. — On disait aûtrefois toyen, toye, comme venant de toy.] Il est toujours précédé de l'article. "C'est là mon livre: voilà le tien. "Je prends ma part, prends la tienne. Et ainsi, les tiens, les tiennes. Voy. MIEN = Tien est aussi s. m. Le bien, qui t'apartient. "Tu veux le tien, cela est juste. "Le tien et le mien sont la cause de tous les procês. = Les tiens, tes proches, tes aliés. "Ils ne se soucient de toi, ni des tiens.

Traductions

tien

(tjɛ̃)

tienne

dein, deinig, euer, eurige, Ihr, ihrigeyourje, jouw, jullie, uwtuo (tjɛn)
pronom possessif
1. personne ou chose qui est à toi C'est le tien, pas le mien !
2. ta famille, tes proches

tien

[tjɛ̃, tjɛn] pron
le tien → yours
la tienne → yours
les tiens → yours
les tiennes → yours
J'ai oublié mon stylo. Tu peux me prêter le tien? → I've forgotten my pen. Can you lend me yours?
Ce n'est pas ma raquette, c'est la tienne → It's not my racket, it's yours.
Je ne trouve pas mes feutres. Je peux utiliser les tiens? → I can't find my felt pens. Can I use yours?
À la tienne! (en trinquant)Cheers!