tigre et tigresse

TIGRE et TIGRESSE

(ti-gr' (le mâle) et ti-grès' (la femelle)) s. m. et s. f.
Bête féroce, dont le poil est rayé ou moucheté, et qui a la forme d'un chat ; felis tigris (mammifères digitigrades) des naturalistes ; cette espèce est parfois nommée tigre royal, pour la distinguer de certaines autres, dites improprement tigres.
Aux accents dont Orphée emplit les monts de Thrace, Les tigres amollis dépouillent leur audace [BOILEAU, Art p. IV]
Enfin je vis Bacchus : il était sur son char traîné par des tigres [MONTESQ., Templ. de Gnide, 6]
Le vrai tigre, le seul qui doive conserver ce nom, est un animal terrible et peut-être plus à craindre que le lion [BUFF., Quadrup. t. III, p. 137]
Ce furent des ambassadeurs indiens qui présentèrent à Auguste, dans le temps qu'il était à Samos, le premier tigre qui ait été vu des Romains [ID., ib. t. III, p. 255]
Il est jaloux comme un tigre, il est jaloux jusqu'à la rage.
Fig. Homme cruel, impitoyable.
Tigres, allez combattre ; et nous, allons mourir [CORN., Hor. II, 7]
Si l'on doit le nom d'homme à qui n'a rien d'humain, à ce tigre altéré de tout le sang romain [ID., Cinna, I, 3]
Je ne sais si ce tigre a reconnu sa proie [RAC., Esth. III, 3]
V. A. R. me fait frémir en me parlant de ce que je soupçonnais du czar ; eh ! cet homme est indigne d'avoir bâti des villes ; c'est un tigre qui a été le législateur des loups [VOLT., Lett. au pr. roy. de Pr. février 1738]
Fig. C'est an tigre, un vrai tigre, il est d'une excessive cruauté. Il se dit, par exagération, d'un homme insensible à l'amour.
Ce tigre, que jamais je n'abordai sans crainte [RAC., Phèd. IV, 6]
Par exagération moqueuse, celui qui se fâche et fait quelque coup d'autorité.
Les voltigeurs [de la garde nationale] et les flots sont changeants. - Bah ! répondis-je, un tas de moutons ! - Moutons aujourd'hui, tigres demain [REYBAUD, Jér. Paturot, II, 2]
Fig. et familièrement. Tigresse, femme qui fait la furieuse quand on lui parle d'amour.
...Lucrèce Qui ne manqua de faire la tigresse [LA FONT., Mandr.]
La dame n'était pas tigresse ; elle prêta volontiers l'oreille aux discours de la vieille [LESAGE, Guz. d'Alf. I, 3]
Je cherche une beauté qui soit un peu tigresse [LEGRAND, Roi de Cocagne, I, 5]
Tigre, nom donné à différents animaux d'Amérique Le jaguar, le jaguarète, le couguar et le chat-pard sont les animaux d'Amérique auxquels on a mal à propos donné le nom de tigre [BUFF., Quadrup. t. III, p. 142]
Tigre barbet ou frisé, le guépard. Tigre du Brésil ou de la Guyane, le jaguar. Tigre chat, le serval, l'ocelot. Tigre chasseur, un des noms vulgaires du chat à crinière, dit aussi léopard à crinière et guépard, c'est le guépard à crinière de certains auteurs. Tigre des Iroquois, tigre poltron, le couguar. Tigre loup, hyène. Tigre noir, le jaguar.
Tigre, nom spécifique d'un python (ophidiens), qu'on trouve au Bengale.
Tigre, nom que certains auteurs ont donné à l'ostracion cubique (branchiostèges), poisson qui habite la mer Rouge et celle des Indes.
Tigre, insecte moucheté qui s'attache aux feuilles des arbres fruitiers, dit aussi punaise tigre : c'est la tingide clavicorne (hémiptères) de Fabricius, que l'on trouve aux environs de Paris. Tigre de l'asperge, nom donné par les jardiniers au criocère de l'asperge (insectes coléoptères), qui était pour Fabricius le lema de l'asperge.
Tigre, nom spécifique d'une cyprée (mollusques), et nom vulgaire du cône milléponctué, lequel a été appelé aussi cône tigre.
Groom d'un élégant.
Petite constellation située entre Pégase et le Serpentaire.
10° Adjectivement. Chevaux tigres, chiens tigres, chevaux, chiens tavelés et mouchetés à peu près comme les tigres.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Tigres est une beste qui plus naist es parties de Ircanie que en autre, et est menuement tachiée de noires taches [BRUN. LATINI, Trésor, p. 251]
  • XVIe s.
    La tigre à qui on a derobé les petits fants [YVER, p. 569]
    Tesmoin.... qui à l'age de soixante ans espousa une fille de vingt ans, dont il devint jaloux comme un tigre ou deux [D'AUB., Conf. I, 4]
    Au fond d'une caverne une tygre felonne L'a nourry de chair crue.... [RONS., 807]
    Troys monstres, le premier estoit un cheval fée, le second estoit un tingre aiant teste d'homme... [, Pièce publiée par LEROUX DE LINCY, dans Bibl. des ch. 5e série, t. II, p. 183]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç espagn. et ital. tigre ; du lat. tigris, qui vient du grec, dérivé lui-même de l'anc. persan tigrâ, flèche, qui vient du rad. tij, aiguiser, pour stig (comparez STIGMATE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TIGRE. Ajoutez :
    12° Tigre de guerre, nom que portent les soldats chinois.
    Des masques grotesques et effrayants, pareils à ceux que des tigres de guerre portent dans le combat [F. CHAULNES, Journ. offic. 3 nov. 1873, p. 6576, 3e col.]