tille

tille

[ tij] n.f. teille.

TILLE1

(ti-ll', ll mouillées, et non ti-ye) s. f.
Nom donné vulgairement au liber du tilleul.
Nom vulgaire donné à l'écorce de la tige du chanvre ; on dit aussi teille.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Les renes de lor frains estoient De tille, qui molt mal seoient [, Lai du trot]
    Li grains en est douz à mengier ; Maintes foiz m'a eü mestier ; Et de la tile [chènevotte] a-on argent [, Ren. 19825]
    Et si vint li quens de saint Gille, Ki n'i fist vallant une tille [MOUSKES, ms. p. 687, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    La teille ou poil du fin chanvre pour les exquises toiles procede des pieds [de la plante] [O. DE SERRES, 730]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. tilia, tilleul, qui signifie aussi écorce de tilleul, et, par extension, écorce des brins de chanvre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. TILLE. Ajoutez :
    Il se dit aussi pour écorce d'arbre.
    Sylviculture :.... bûcherons.... fabricants de potasse ; coupeurs de tille [, Congrès internat. de statist. 8e session, 1re part. Annexes, p. 119]

TILLE2

(ti-ll') s. f.
Instrument qui est tout ensemble hache et marteau à l'usage des tonneliers, des couvreurs et d'autres artisans ; il se nomme aussi hachette et assette.
Les sondes à fromages, les tricoises, les tilles appartiennent à la classe des outils [, Tarif des douanes, 1869, p. 130]
Outil pour fouiller le fond des formes de sucre, avant de leur donner la terre.

ÉTYMOLOGIE

  • Origine inconnue.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. TILLE. - ÉTYM. Ajoutez : Au lieu d'origine inconnue, à quoi se réduit le Dictionnaire, M. Bugge, Romania, n° 10, p. 158, dit : " C'est un mot germanique qui signifie, dans les dialectes de l'Allemagne, petite hache, erminette, hache des tonneliers ; dans les dialectes norvégien et suédois, teksla ; patois anglais, thixille ; holl. dissel. "

TILLE3

(ti-ll', ll mouillées) s. f.
Anciennement, petit pont, petite couverte à l'arrière d'un bâtiment non ponté.
Aujourd'hui, petit compartiment en planches fait à l'avant et à l'arrière d'une barque, pour servir d'armoire à l'équipage.

ÉTYMOLOGIE

  • La même que tillac.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    3. TILLE. - ÉTYM. Ajoutez : M. Pétilleau croit que ce mot n'a rien à faire avec tillac et qu'il est la transcription française de l'anglais till, petite caisse ; cela est vraisemblable.

TILLE4

(ti-ll') s. m.
Genre de coléoptères.

tille

TILLE. n. f. Petite peau qui est entre l'écorce et le bois du tilleul. On fait des cordes à puits avec la tille.

Il se dit également de l'Écorce du brin de chanvre, qu'on appelle aussi Teille.

Il se dit en outre d'un Instrument qui sert à la fois de hache et de marteau.

En termes de Marine, il désigne un Petit compartiment, une logette qui se trouve à l'avant ou à l'arrière d'une barque et qui sert à ranger des vêtements, des provisions. Ce chasse-marée a deux tilles.

tille

De la tille, Tilia.

tille


TILLE, s. fém. TILLEUL, s. m. [Ti-glie, ti-glieul: mouillez les ll: 2ee muet au 1er.] Tilleul, arbre dont le bois est blanc, tendre, léger et propre pour plusieurs ouvrages: Une alée de tilleuls. "L'écorce du tilleul sert à faire des cordes à puits, etc. = Tille, la petite peau fine et déliée, qui est entre l'écorce et le bois du tilleul. "On fait des cordes à puits avec de la tille.
   Rem. Les Jardiniers disent tillau. L'Acad. avait dit, que quelques-uns disaient Tillot: elle n'en parle plus dans les autres éditions, et ne dit que tilleul.

Traductions

tille

tiglio