tolérant, ante

TOLÉRANT, ANTE

(to-lé-ran, ran-t') adj.
Qui tolère. Il se dit principalement en matière de religion. Un zèle tolérant.
La religion catholique, c'est-à-dire la plus sévère et la moins tolérante de toutes les religions [BOSSUET, 6e avert. 3e part. 9]
[Le gouvernement turc] exemple bien frappant d'un gouvernement tolérant sur la religion, quoiqu'il fût sanguinaire sur le reste [VOLT., Mœurs, 191]
La religion protestante est tolérante par principe, elle est tolérante essentiellement ; elle l'est autant qu'il est possible de l'être, puisque le seul dogme qu'elle ne tolère pas est celui de l'intolérance [J. J. ROUSS., Lett. de la Mont. 2]
La philosophie ne retrouvera pas aisément un prince tolérant comme lui par indifférence, ce qui est la bonne manière de l'être [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 27 janv. 1762]
Il n'y a point de peuple plus tolérant que les Romains, ils sont accoutumés à ce qu'on ne vienne chez eux que pour voir et pour observer [STAËL, Corinne, x, 2]
Substantivement.
Je lui appris que M. Freind était tolérant, et qu'il descendait de la fille de Guillaume Penn, le premier des tolérants, et le fondateur de Philadelphie [VOLT., Jenni, ch. 3]
Je vois qu'on ne tolère ni la tolérance ni les tolérants [la police avait arrêté un écrit de Voltaire sur la tolérance] [ID., Lett. d'Alembert, 31 déc. 1763]
Les tolérants, nom donné dans le XVIIe siècle à ceux qui parmi les protestants toléraient les sectes dissidentes.
Les tolérants, peuple immense dans la réforme, qu'il [Jussieu] appelle les indifférents, parce qu'ils vont à la tolérance universelle des religions sous la conduite d'Épiscopius et de Socin [BOSSUET, 6e avert. 3e part. 5]
Apologie pour les vrais tolérants, où l'on fait voir, avec la dernière évidence, la pureté de leurs intentions et la vérité de leur dogme, pour opposer aux fausses idées que M Jurieu en donne dans quelques-uns de ses écrits, par G. Huet [, cité dans BAYLE, Lett. 73 du 24 févr. 1689, t. I, p. 256]
Les non-tolérants, nom donné dans le XVIIe siècle à ceux qui, parmi les protestants, ne toléraient pas les sectes dissidentes.
Les non-tolérants se sont élevés contre lui [Jurieu] d'une terrible manière [BOSSUET, 6e avert. 2]
Indulgent, facile dans le commerce de la vie. Il est fort tolérant de son naturel.