tomber

(Mot repris de tomberons)

1. tomber

v.i. [ lat. pop. tumbare ] (Auxil. être)
1. Perdre l'équilibre et faire une chute : Elle a trébuché et est tombée de tout son long s'affaler ; se relever
2. S'affaisser sous son propre poids : La cloison est tombée s'abattre s'écrouler, s'effondrer
3. Être entraîné par son propre poids, d'un lieu haut vers un lieu bas : Elle est tombée du toit monter sur
4. Se détacher d'un organe, d'un support : Les feuilles tombent en automne. Ses cheveux tombent par poignées.
5. En parlant des précipitations atmosphériques, descendre vers le sol : La neige tombe à gros flocons. Il est tombé de la grêle il a grêlé
6. Être attaché, fixé par une extrémité et pendre librement : Son abondante chevelure tombe sur ses épaules. Des guirlandes tombent du plafond.
7. Ne plus avoir la force de se tenir debout : Tomber de fatigue, de sommeil.
8. Être tué dans un combat, une guerre : Tomber au champ d'honneur mourir, périr
9. Perdre le pouvoir ; être renversé : Le gouvernement est tombé.
10. Fam. En parlant d'un malfaiteur, être arrêté.
11. Perdre de sa force, de son intensité : Le vent est tombé faiblir baisser se calmer, retomber
12. Être sur le point de finir : La conversation tombe décliner
13. Cesser de faire obstacle : Les dernières réticences sont tombées disparaître
14. Passer d'un état neutre ou valorisant à un état dévalorisant : Ce film est tombé dans l'oubli sombrer il a été déçu
15. Passer brusquement d'un état physique normal à un état déficient : Tomber en syncope s'évanouir
16. Se laisser entraîner dans une situation fâcheuse : Tomber dans un piège. Tomber dans certains excès.
17. Arriver à l'improviste ; survenir à telle date : Vous risquez de tomber au mauvais moment. Le sort est tombé sur nous il nous a désignés
18. (sur) Trouver par hasard ou de façon inattendue : Elle est tombée sur lui en sortant elle l'a rencontré je l'ai retrouvée
19. (Suivi d'un attribut) Devenir soudainement : Tomber malade. Tomber amoureux.
Laisser tomber qqn, qqch,
Fam. ne plus s'en occuper ; ne plus s'y intéresser.
Tomber aux pieds de qqn,
le supplier.
Tomber bien, mal,
arriver à propos, mal à propos : Vous tombez bien, je vous cherchais ; pour un vêtement, s'adapter harmonieusement, ou non, aux lignes du corps : Ce manteau tombe bien.
Tomber sous la main, les yeux de qqn,
venir par hasard à sa portée : Ces documents me sont tombés sous les yeux.
Tomber sur qqn,
l'attaquer soudainement ; le critiquer violemment.
v.t. (Auxil. avoir) Fam.
1. Jeter à terre : Tomber un adversaire renverser
2. Fig. Triompher de : Elle a tombé toutes les favorites battre, vaincre
Tomber la veste,
la retirer.
Tomber une femme,
faire sa conquête.

2. tomber

n.m.
Litt. Tombée.

tomber


Participe passé: tombé
Gérondif: tombant

Indicatif présent
je tombe
tu tombes
il/elle tombe
nous tombons
vous tombez
ils/elles tombent
Passé simple
je tombai
tu tombas
il/elle tomba
nous tombâmes
vous tombâtes
ils/elles tombèrent
Imparfait
je tombais
tu tombais
il/elle tombait
nous tombions
vous tombiez
ils/elles tombaient
Futur
je tomberai
tu tomberas
il/elle tombera
nous tomberons
vous tomberez
ils/elles tomberont
Conditionnel présent
je tomberais
tu tomberais
il/elle tomberait
nous tomberions
vous tomberiez
ils/elles tomberaient
Subjonctif imparfait
je tombasse
tu tombasses
il/elle tombât
nous tombassions
vous tombassiez
ils/elles tombassent
Subjonctif présent
je tombe
tu tombes
il/elle tombe
nous tombions
vous tombiez
ils/elles tombent
Impératif
tombe (tu)
tombons (nous)
tombez (vous)
Plus-que-parfait
j'étais tombé
tu étais tombé
il/elle était tombé/tombée
nous étions tombés
vous étiez tombés
ils/elles étaient tombés/tombées
Futur antérieur
je serai tombé
tu seras tombé
il/elle sera tombé/tombée
nous serons tombés
vous serez tombés
ils/elles seront tombés/tombées
Passé composé
je suis tombé
tu es tombé
il/elle est tombé/tombée
nous sommes tombés
vous êtes tombés
ils/elles sont tombés/tombées
Conditionnel passé
je serais tombé
tu serais tombé
il/elle serait tombé/tombée
nous serions tombés
vous seriez tombés
ils/elles seraient tombés/tombées
Passé antérieur
je fus tombé
tu fus tombé
il/elle fut tombé/tombée
nous fûmes tombés
vous fûtes tombés
ils/elles furent tombés/tombées
Subjonctif passé
je sois tombé
tu sois tombé
il/elle soit tombé/tombée
nous soyons tombés
vous soyez tombés
ils/elles soient tombés/tombées
Subjonctif plus-que-parfait
je fusse tombé
tu fusses tombé
il/elle fût tombé/tombée
nous fussions tombés
vous fussiez tombés
ils/elles fussent tombés/tombées

TOMBER

(ton-bé) v. n.

Résumé

Aller de haut en bas, en vertu de son propre poids.
Avec pluie, neige, grêle, brouillard, etc. tomber s'emploie le plus souvent à l'impersonnel.
Mourir.
Succomber.
Ne pas pouvoir se soutenir.
Tomber aux pieds, aux genoux de quelqu'un.
Tomber sur, se jeter sur, à l'improviste, attaquer avec violence.
Faire rencontre inopinée.
Être jeté dans, fortuitement ou malgré soi.
10° Arriver à l'improviste chez quelqu'un.
11° Passer d'une rue, d'un quartier dans un autre.
12° Tomber sur un vers, sur un passage, le trouver sans le chercher.
13° Recevoir du hasard telle situation. Tomber au sort à la conscription.
14° Tomber en ou dans, être affecté de telle maladie.
15° Terme de chasse. Tomber en défaut. Tomber en arrêt.
16° Tomber en, dans, être réduit à, être jeté dans.
17° Tomber de.... en, éprouver successivement, passer par.
18° Tomber en, dans, faire quelque chose qui mérite blâme.
19° Tomber dans, se laisser aller à.
20° Perdre une haute position, possession.
21° Absolument, pécher.
22° Décroître, perdre de ses forces, de son mérite.
23° Éprouver une chute au théâtre, en parlant d'un auteur.
24° Tomber d'accord.
25° Tomber à quelque chose, s'y conformer.
26° Tomber dans, être sujet à quelque prescription.
27° Tomber, avec un nom de chose pour sujet, ne plus se soutenir.
28° Se détacher, en parlant de parties du corps vivant.
29° Tomber sur, se dit d'objets qui sont entraînés sur d'autres.
30° Être vaincu, se rendre.
31° Déchoir, en parlant d'institutions, d'empires, de familles, etc.
32° Perdre en autorité, en crédit, en vogue.
33° Ne pas réussir, en parlant d'ouvrages dramatiques.
34° Cesser, être discontinué, abandonné.
35° Laisser tomber, ne pas donner d'attention à, ne pas s'occuper de.
36° Arriver, s'approcher, en parlant de la nuit, du jour.
37° S'apaiser, se calmer.
38° En termes de marine, on dit qu'un mât, qu'un navire tombe sur l'avant, sur l'arrière.
39° Être pendant.
40° Des regards tombent sur quelqu'un, quand on le regarde comme d'en haut.
41° Tomber sous le vent, en parlant de navires.
42° Il se dit d'un coup qui vient d'en haut.
43° Céder, disparaître.
44° Faiblir, manquer
45° Tomber en, arriver à, avec une idée de déchéance, de détérioration
46° Dégénérer en.
47° Devenir l'objet, la possession.
48° Échoir.
49° Tomber sous la main, se présenter fortuitement.
50° Tomber dans l'esprit, dans la tête, se présenter à l'esprit.
51° Se tourner fortuitement sur un sujet.
52° Tomber sur, avoir son point principal en.
53° Tomber sur, être porté sur, comme par une attaque.
54° Tomber sur, s'appliquer à.
55° Tomber bien ou mal, arriver à propos ou à contre-temps.
56° Faire jonction, aboutir.
57° Coïncider par le temps.
58° Terme d'imprimerie. Faire tomber les pages les unes sur les autres.
59° Tomber sous, appartenir à la classe de.
60° Ne pas garder la même élévation, en parlant de la voix.
61° Tomber construit avec l'auxiliaire avoir.
Aller de haut en bas, en vertu de son propre poids. Voilà la pluie qui tombe.
Il frappe, et le tyran tombe aussitôt sans vie [CORN., Héracl. v, 7]
Tombe sur moi le ciel, pourvu que je me venge ! [ID., Rodog. IV, 1]
Comment es-tu tombé du ciel, Lucifer, toi qui paraissais si brillant au point du jour ? [SACI, Bible, Isaïe, XIV, 13]
La maison tomba sur tous les princes et tout le reste du peuple qui était avec lui [ID., ib. Juges, XVI, 30]
Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme ; Un gland tombe : le nez du dormeur en pâtit [LA FONT., Fabl. IX, 4]
À qui la bourse ? - Oh ! dieux ! elle m'était tombée [MOL., l'Ét. I, 7]
Il [M. de Grignan] était tombé à Sorgues sur un degré, et s'était tellement cassé le nez et un peu la tête, et avait de si grands emplâtres, que jamais la Rapinière ni le Destin [personnages du Roman comique de Scarron] n'en portèrent de plus remarquables [SÉV., Lett. à Coulanges, 14 oct. 1694]
J'ai vu sa main défaillante chercher encore en tombant de nouvelles forces pour appliquer sur ses lèvres le signe de notre rédemption [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Il ne leur reste plus [au roi et à la reine de Pologne] qu'à considérer de quel côté allait tomber ce grand arbre [la Pologne], ébranlé par tant de mains et frappé de tant de coups à sa racine [ID., Anne de Gonz.]
Une plume dans le vide d'air doit tomber aussi vite que du plomb [MALEBR., Rech. vér. Éclair. sur la lum. t. IV, p. 412, dans POUGENS.]
Il est beau qu'un mortel jusques aux cieux s'élève ; Il est beau même d'en tomber [QUINAULT, Phaéthon, IV, 2]
Il tombe sur son lit sans chaleur et sans vie [RAC., Brit. v, 5]
À ce discours que l'on n'attendait pas, Robert glacé laisse tomber ses bras [VOLT., Ce qui plaît.]
An nom du baron et de Pangloss les deux forçats poussèrent un grand cri, s'arrêtèrent sur leur banc, et laissèrent tomber leurs rames [ID., Cand. 27]
De ma mort la feuille qui tombe Est le présage trop certain [MILLEV., Chute des feuilles.]
Tombez, tombez, feuilles légères, Et pour la plus tendre des mères Cachez quelque temps ce chemin [ID., ib.]
Quel est sur moi le froid qui tombe ? C'est le froid du soir de mes jours [BÉRANG., Sciences.]
Quand la feuille des bois tombe dans la prairie [LAMART., Méd. I, 1]
Quand la neige à minuit, lente, silencieuse, Tombe aux toits endormis [STE-BEUVE, J. Delorme, p. 186]
Impersonnellement.
Oh ! oh ! dit-il, je saigne ! et que serait-ce donc, S'il fût tombé de l'arbre une masse plus lourde ? [LA FONT., Fabl. IX, 4]
Tomber à bas, tomber par terre.
Ils vous ont vu courir, tomber le mort à bas [CORN., Suite du Ment. III, 4]
Par extension. Tomber à bas de, être renversé de.
Tomber à bas d'un trône est un sort rigoureux [CORN., la Tois. IV, 1]
Sa tête tomba sur l'échafaud, il eut la tête tranchée.
Il [le roi] a trop d'intérêt lui-même en ma personne, Et ma tête en tombant ferait choir sa couronne [CORN., Cid, II, 1]
Faire tomber une tête, faire périr quelqu'un, surtout par la main du bourreau.
Quel bras fera tomber cette superbe tête ? [LA FOSSE, Marius à Mint. I, 4]
Tomber d'épilepsie, du haut mal, être épileptique, chaque accès causant la chute du malade. Fig. Tomber de la poêle en la braise, tomber d'un mal dans un pire.
Je tombai par malheur de la poêle en la braise [RÉGNIER, Sat. x.]
Familièrement. Cet homme est tombé les quatre fers en l'air, il est tombé sur le dos, et, figurément, il est frappé d'étonnement. Tomber mort, tomber raide mort, mourir tout d'un coup en tombant.
Judas lui-même tomba mort, et tous les autres s'enfuirent [SACI, Bible, Machab. I, IX, 18]
J'aime bien le bon naturel de ce fils qui tombe mort en voyant son pauvre père pendu ; cela fait honneur aux enfants : il v avait longtemps que les pères avaient fait leurs preuves [SÉV., 411]
Tomber de son haut, de toute sa hauteur, tomber, étant debout, par terre. Fig. Tomber de son haut, être dans le plus grand étonnement.
C'est un méchant ; il me tint l'autre fois Propos d'amour, dont je fus si surprise Que je pensai tomber tout de mon haut [LA FONT., Coc.]
Killigrew pensa tomber de son haut, en apprenant son dessein [HAMILT., Gram. 9]
Tomber de bien haut, être saisi d'un profond étonnement.
À vous dire le vrai, je tombe de bien haut [CORN., le Ment. I, 6]
On dit de même : tomber d'étonnement.
Ce monsieur qui m'a apporté cette robe de chambre a pensé tomber d'étonnement de la beauté et de la ressemblance de votre portrait [SÉV., 270]
Dans le même sens : Les bras m'en tombent, ou me tombent.
À cette nouvelle [les bâtards déclarés princes du sang], les bras me tombèrent [SAINT-SIMON, 359, 241]
Fig. Tomber des nues, être très étonné.
Ce qui s'appelle tomber du haut des nues, c'est ce qui arriva hier au soir aux Tuileries [rupture du mariage de Mademoiselle et de Lauzun] [SÉV., 19 déc. 1670]
En un autre sens. Cet homme semble tomber des nues, il est embarrassé de sa contenance, il ne sait à qui s'adresser dans la compagnie où il se trouve. Tomber des nues, signifie aussi n'être connu ni avoué de personne.
Qu'on juge de celui qui tombe là des nues ! il lui est presque impossible de parler une minute impunément [J. J. ROUSS., Confess. III]
Cet homme est tombé des nues, il est arrivé sans être attendu. Par extension. Tomber des nues, être mal amené, mal préparé, en parlant d'un incident, d'un personnage dans un ouvrage d'imagination, d'un sujet dans une conversation. Ce dénoûment tombe des nues.
Cette matière avec elle ne peut tomber que des nues [MARIV., le Legs, sc. 3]
Fig. Tomber du ciel, se dit d'une chose qui arrive inopinément.
Elle [la duchesse de Chaulnes] avait une si sincère envie de me faire tomber du ciel ces mille écus.... [SÉV., 6 nov. 1689]
Tomber sur ses pieds, tomber debout, tomber de manière qu'on reste debout. Fig. Tomber sur ses pieds, se tirer heureusement d'une circonstance critique, se trouver dans la même situation qu'auparavant. Il tombe toujours sur ses pieds. Il ne peut tomber que sur ses pieds. On dit de même : Il ne peut tomber que debout. Tomber par terre, se dit de ce qui, touchant à terre, tombe de sa hauteur ; ainsi un homme tombe par terre, un arbre tombe par terre.
êtes-vous ici près, monsieur, tombé par terre ? [VOLT., le Dépositaire, III, 2]
Fig. Tomber par terre, n'avoir aucun effet, se perdre.
Mais leur gloire tombe par terre, Et, comme elle a l'éclat du verre, Elle en a la fragilité [GODEAU, Ode au roi]
Toute votre félicité, Sujette à l'instabilité, En moins de rien tombe par terre [CORN., Poly. IV, 2]
Une vertu sort de la croix, et toutes les idoles sont ébranlées ; nous les voyons tomber par terre, quoique soutenues par toute la puissance romaine [BOSSUET, Hist. II, 11]
Tomber à terre, se dit de ce qui, étant élevé au-dessus de terre, tombe d'en haut ; ainsi un couvreur tombe à terre, le fruit d'un arbre tombe à terre.
Les javelots s'entre-choquaient en l'air, de sorte que la plupart tombaient à terre sans effet [VAUGEL., Q. C. III, 11]
De bonne fortune, il ne faisait point du tout de vent ; car, s'il y en eût eu, la nuée en cheminant m'eût porté de côté ou d'autre, et ainsi je fusse tombé à terre [VOIT., Lett. 9]
Là, près d'un Guarini, Térence tombe à terre [BOILEAU, Lutr. V]
Fig. Tomber à terre, ne pas être relevé, ne pas avoir d'effet.
Sans qu'aucune de ses paroles soit tombée à terre [SACI, Bible, Josué, XXX, 14]
Vous voyez que notre aventure ne tomba pas à terre [BUSSY-RABUTIN, Lett. t. III, p. 320, dans POUGENS]
Je ne sais si vous avez celle [intention] de m'écrire des endroits admirables, vous y réussiriez ; mais aussi ils ne tombent pas à terre [SÉV., 360]
Le saint-père.... dit... qu'il fallait qu'elle [Mme de Coulanges] vînt à Rome.... cela ne tombera pas à terre [ID., 27 nov. 1689]
Fig. Les armes tombent des mains, le désir des combats s'apaise.
Il fit la paix, et les armes Lui tombèrent de la main [MALH., II, 2]
Les Manduriens, si irrités, sentaient que leurs armes leur tombaient des mains [FÉN., Tél. X]
Faire tomber les armes des mains de quelqu'un, le vaincre, le fléchir, l'apaiser.
Ses pleurs [de Roxane] ne m'ont-ils pas découvert sa tendresse ? Peut-être elle n'attend qu'un espoir incertain Qui lui fasse tomber les armes de la main [RAC., Bajaz. II, 5]
Fig. La plume me tombe des mains, je n'ai pas le courage d'écrire.
J'étais, comme tout le monde, dans une perpétuelle crise, et la plume me tombait des mains dès que je voulais former une pensée et une lettre [SÉV., à Bussy, 29 juin 1686]
La plume tombe des mains quand on voit un homme sensé proposer sérieusement de semblables expédients [J. J. ROUSS., Polysyn. Jugement.]
Faire tomber la plume des mains, dégoûter, décourager d'écrire. Fig. Le livre me tombe des mains, je n'en puis soutenir la lecture.
Tous les gens sincères m'ont avoué que le livre leur tombait des mains [VOLT., Cand. 25]
Fig. Tomber du côté où l'on penche, se laisser aller à son penchant. On finit toujours par tomber du côté où l'on penche.
L'un et l'autre [des princes] fait voir un mérite si rare, Que le souhait confus entre les deux s'égare, Et ce qu'en quelques-uns on voit d'attachement, N'est qu'un faible ascendant d'un premier mouvement : Ils penchent d'un côté, prêts à tomber de l'autre [CORN., Rodog. II, 2]
On dit qu'un rhume tombe sur la poitrine, quand, quittant la gorge, il gagne les bronches, le poumon. Terme de marine. Laisser tomber une voile, la laisser aller à son propre poids, lorsqu'on détourne les rabans qui la retenaient pliée contre la vergue.
Avec pluie, neige, grêle, brouillard, etc., tomber s'emploie plus ordinairement à l'impersonnel. Il tombe une pluie froide. Il est tombé ce matin beaucoup de grêle. Il tombe de l'eau.
Tomber, mourir. (à partir de là on peut distinguer le sens de tomber, suivant qu'il a pour sujet une personne ou une chose.)
Sauve-moi de l'affront de tomber à leurs pieds [CORN., Rodog. v, 4]
Merci tombe aux pieds du prince, digne victime de sa valeur [BOSSUET, Louis de Bourb.]
Le redouté capitaine tombe au plus beau temps de sa vie [ID., Anne de Gonz.]
Hector tomba sous lui [Achille], Troie expira sous vous [RAC., Andr. I, 2]
Je tomberai comme une fleur Qui n'a vu qu'une aurore [ID., Esth. I, 5]
Hélas ! sous le couteau d'une mère cruelle Te verrons-nous tomber une seconde fois ? [ID., Ath. IV, 6]
Nestor, qui voyait tomber ses plus vaillants capitaines sous la main du cruel Adraste, comme les épis dorés tombent pendant la moisson, sous la faux tranchante d'un infatigable moissonneur [FÉN., Tél. XX]
Une victime amenée à l'autel Y tombe sans défense, et son sang plaît au ciel [VOLT., Fanat. III, 7]
Succomber.
Tu céderas, ou tu tomberas sous ce vainqueur, Alger.... [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Quoi ! vous allez combattre un roi.... Sous qui toute l'Asie a vu tomber ses rois [RAC., Alex. I, 1]
Là il attendait chaque jour que les dieux justes, quoique patients, fissent tomber Adraste [FÉN., Tél. XX]
Lorsque du fier Anglais la valeur menaçante.... Satisfit en tombant aux lis qu'ils ont bravés [VOLT., Zaïre, II, 3]
Qui tombait avec art ne tombait point sans gloire, Et souvent le vaincu remportait la victoire [DELILLE, Imag. v.]
Ne pas pouvoir se soutenir.
Trente femmes.... qu'il fallut baiser au milieu de la poussière et du soleil, et trente ou quarante messieurs me fatiguèrent beaucoup plus que le voyage n'avait fait ; Mme de Carman en tombait, car elle est délicate [SÉV., 550]
Fig.
Il [l'homme] tourne au moindre vent, il tombe au moindre choc, Aujourd'hui dans un casque, et demain dans un froc [BOILEAU, Sat. VIII]
Tomber de faiblesse, d'inanition, être dans une extrême faiblesse, être près de se trouver mal, faute de nourriture. Tomber de sommeil, avoir un besoin extrême de dormir.
Il est minuit ; je tombe de sommeil [DIDER., Lett. à Mlle Voland, 28 sept. 1767]
Tomber aux pieds, aux genoux de quelqu'un, s'y jeter poussé par un sentiment de respect ou de crainte.
Et je ne réponds pas avant la fin du jour, Que.... Rome, avec lui [le sénat] tombant à vos genoux, Ne vous demande un choix digne d'elle et de vous [RAC., Bérén. II, 2]
Une mère à vos pieds peut tomber sans rougir [ID., Iphig. III, 5]
Tomber sur, se jeter sur, à l'improviste, attaquer avec violence. Il tomba sur lui avec fureur et le frappa.
Cette place [Ypres] est farcie de gens de guerre, quoiqu'il en soit sorti deux mille hommes pour aller à Bruges, parce qu'on ne sait jamais où le roi tombera [SÉV., 18 mars 1678]
Il précipite sa marche pour tomber sur nos soldats épuisés [à Rocroy] [BOSSUET, Louis de Bourb.]
Le comte Arbétion, qui commandait ces escadrons ennemis, était prêt à tomber sur Théodose.... [FLÉCH., Hist. de Théodose, IV, 58]
Comme les barbares tombaient tout à coup sur un pays, n'y ayant point chez eux de préparatifs après la résolution de partir, il était difficile de faire des levées à temps dans les provinces [MONTESQ., Rom. 18]
C'est ainsi que tout se balançait, et que tous les États tombaient les uns sur les autres, la Perse sur la Turquie, la Turquie sur l'Allemagne et sur l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne sur la France [VOLT., Mœurs, 124]
Beaumont, maréchal de Bourgogne, à la tête de la noblesse et des milices du pays, tomba sur ces brigands et les défit [DUCLOS, Œuv. t. II, p. 42]
On dit de même : Jean Bart avec ses vaisseaux tomba sur une flotte marchande. L'armée, après le gain de la bataille, tomba sur telle place. Fig. Tomber sur, attaquer en paroles, blâmer.
Je suis bien loin de vouloir tomber sur Mme de Beauvilliers ; mais, entre nous, il me semble qu'elle ne doit point se mêler de la conduite de M. de Beauvais [MAINTENON, Lett. à Mme de Dangeau, t. VII, p. 120, dans POUGENS.]
Je suis un peu fâché qu'on soit tombé depuis peu si rudement sur Rapin Thoiras.... je regarde cet historien comme le meilleur que nous ayons [VOLT., Lett. Hénault, 12 mai 1754]
Après avoir traité de la mort et de la brièveté de la vie, il [Sénèque] tombe sans ménagement sur les puérilités de la dialectique de son école [DIDER., Cl. et Nér. II, 58]
On dit dans le même sens, familièrement : tomber sur le corps à quelqu'un, tomber sur sa friperie.
Les Frérons et toute la canaille de la littérature vont me tomber sur le corps [VOLT., Lett. Richelieu, 1er févr. 1773]
Fig. et familièrement. Tomber sur un plat, sur un mets, en manger avidement.
Faire rencontre inopinée. Ces navires marchands tombèrent dans une flotte de vaisseaux ennemis. Il tomba au milieu de gens qui lui étaient inconnus.
Les fuyards tombaient dans les troupes du roi ; et ceux qui gardaient les chemins en tuaient un bien plus grand nombre que ceux qui étaient envoyés à la poursuite des ennemis [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 227, dans POUGENS]
Ne tomber que sur, faire rencontre à chaque pas.
La Pologne se voit ravagée par le rebelle Cosaque, par le Moscovite infidèle, et plus encore par le Tartare qu'elle appelle à son secours dans son désespoir ; tout nage dans le sang, et on ne tombe que sur des corps morts [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Tomber entre les mains, dans les mains, aux mains de quelqu'un, devenir son captif, devenir sujet à sa volonté, à son autorité, à son empire.
En Afrique, c'était la coutume des rois de porter toujours sur eux du poison très violent, pour s'épargner la honte de tomber vivants entre les mains de leurs ennemis [CORN., Sophonisbe, Exam.]
Ce vainqueur enflé de tant de titres tombera à son tour entre les mains de la mort [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
C'est une chose horrible de tomber entre les mains du Dieu vivant, entre ces mains où tout est action, où tout est vie [ID., Anne de Gonz.]
Dieu fait naître Moïse.... et le fait tomber entre les mains de la fille de Pharaon [ID., Hist. I, 3]
Le sort, dont les arrêts furent alors sui vis, Fit tomber en mes mains Andromaque et son fils [RAC., Andr. I, 2]
Le cruel dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi ; Je te plains de tomber dans ses mains redoutables [ID., Ath. II, 5]
J'ignore.... Si la reine est tombée aux mains de l'oppresseur ? [VOLT., Orphel. I, 1]
Nous sommes tombés, s'écria-t-il, entre les mains de l'ennemi. - Et pourquoi ne serait-il pas tombé entre les nôtres ? répondit le général [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 1]
Tomber sous la main de quelqu'un, ou familièrement, sous sa patte, se trouver sous sa dépendance, ou à portée de sa colère, de son ressentiment.
Allez, vous êtes une ingrate : Ne tombez jamais sous ma patte [LA FONT., Fabl. III, 9]
Familièrement. Tomber sous la coupe de quelqu'un, tomber en son pouvoir. Tomber sous les lois, sous la dépendance, sous le joug, perdre sa liberté devenir assujetti. tre jeté dans, fortuitement, ou malgré soi. Tomber dans une embuscade, dans un piége. Tomber dans les fers.
Le trop d'attention qu'on a pour le danger Fait le plus souvent qu'on y tombe [LA FONT., Fabl. XII, 18]
On sait avec quelle rage les peuples anciens faisaient la guerre ; que souvent, dans le siége d'une ville, hommes, femmes, enfants, tout se jetait dans les flammes, plutôt que de tomber au pouvoir du vainqueur [RAYNAL, Hist. phil. XIX, 9]
10° Arriver à l'improviste chez quelqu'un.
Marquez-moi à peu près le jour de votre arrivée, et venez tomber chez moi : vous y trouverez votre chambre prête [J. J. ROUSS., Lett. à Moultou, Corresp. t. VI, p. 31, dans POUGENS.]
Tomber sur les bras, attaquer, causer du dommage.
Il [Datame] s'était posté de telle sorte qu'ils ne pouvaient pas l'envelopper ; qu'au moindre mouvement qu'ils faisaient, il leur tombait sur les bras, et les incommodait considérablement [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 342]
Il le considérait comme un fléau qui allait leur tomber sur les bras [ANCILLON, Mél. de litt. t. II, p. 10, dans POUGENS]
Tomber sur les bras de quelqu'un, arriver inopinément chez lui et l'incommoder.
Tu m'as abandonné dans un grand embarras ; Un malheureux neveu m'est tombé sur les bras [REGNARD, le Légat. III, 4]
Fig. et familièrement. Tomber sur les bras de quelqu'un, se trouver inopinément à sa charge.
11° Passer d'une rue, d'un quartier dans un autre.
De là je vins tomber au faubourg Saint-Germain [BOISSY, Babillard, sc. 3]
12° Fig. Tomber sur un vers, sur un passage, le trouver sans le chercher.
Le feuilletant [un livre de casuistique] avec négligence et sans penser à rien, il tomba sur son cas et y apprit qu'il n'était point obligé à restituer [PASC., Prov. VIII]
Nous tombons sur le chapitre quinzième [de Bélisaire] ; c'est le chapitre de la tolérance, le catéchisme des rois [VOLT., Lett. Marmontel, 16 févr. 1767]
Tomber sur un sujet de conversation, y arriver sans le chercher.
Lorsqu'on les lisait [les annales] devant lui [Assuérus], on tomba sur l'endroit où il était écrit de quelle sorte Mardochée avait donné avis de la conspiration de Bagathan [SACI, Bible, Esther, VI, 1]
Et puisque nous voici tombés sur ce sujet [LA FONT., Fabl. IV, 10]
Ayant donc mis à part les entretiens frivoles, Et beaucoup raisonné sur l'homme et sur l'esprit, Ils tombèrent sur la morale [ID., ib. VIII, 26]
Je tombai sur l'expérience d'un Parisien ingénieux qui, pour se réjouir, avait fait labourer son parterre quinze fois [VOLT., L'hom. aux 40 écus, lettre.]
Tomber dans l'exemple, citer un exemple.
Et, pour tomber dans l'exemple, il y avait l'autre jour des femmes à cette comédie.... qui.... [MOL., Critique, 3]
13° Recevoir du hasard telle situation.
N'ai-je pas dit à Votre Majesté, en entrant ici, que l'on est tombé dans un temps où un homme de bien a quelquefois honte de parler comme il y est obligé ? [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 367, dans POUGENS]
Tomber bien ou mal, faire une bonne ou mauvaise rencontre.
Vous ne pouviez jamais mieux tomber que chez moi [MOL., Sicil. 17]
Vous êtes bien tombée, nous vous ferons grand'chère [LEGRAND, Roi de Cocagne, I, 2]
Et vous êtes, pour rire, on ne peut mieux tombée [PIR., Métrom. II, 1]
Tomber au sort, tomber à la conscription, être désigné par le sort pour faire partie de la conscription.
14° Tomber en ou tomber dans, être affecté de telle maladie.
Monsieur, j'ai une fille qui est tombée dans une étrange maladie [MOL., Méd. m. lui, II, 3]
Cette nuit Mme la princesse de Conti est tombée en apoplexie [SÉV., 116]
La reine, qui se trouva grosse, tomba en langueur ; et tout l'État languit avec elle [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Enfin il tomba dans une apoplexie, dont il mourut le lendemain 2 février, âgé de 43 ans [FONTEN., l'Hôpital.]
Charles IX, dévoré de remords et d'inquiétudes, tomba dans une maladie mortelle [VOLT., Hist. parl. XXVIII]
On a dit que j'étais tombé en jeunesse ; mais on n'a pas encore dit que je fusse tombé en enfance [VOLT., Lett. au roi de Pr. 5 avr. 1771]
Tomber malade, devenir malade.
Si je tombais malade ici, ce que je ne crois point du tout assurément, je vous prierais d'y venir en diligence [SÉV., 278]
Je trouve que, dès qu'on tombe malade à Paris, on tombe mort ; je n'ai jamais vu une telle mortalité [ID., 73]
Par extension, tomber amoureux, devenir amoureux.
Mais la belle est tombée amoureuse de moi [REGNARD, le Joueur, III, 11]
Croirai-je que vous êtes tombé subitement amoureux de moi ? [MARIV., l'Épreuve, 4]
15° Terme de chasse. Tomber en défaut, se dit des chiens qui perdent la piste de la bête. Tomber en arrêt, se dit du chien qui arrête un gibier. Le chien tomba en arrêt sur une perdrix.
16° Fig. Tomber en, dans, être réduit à, être jeté dans. Tomber dans la pauvreté, dans la misère.
Un homme tel que moi voit sa gloire ternie, Quand il tombe en péril de quelque ignominie [CORN., Hor. v, 2]
Qu'un homme prenne querelle avec un autre, et que, l'ayant tué, il vienne à le reconnaître pour son père ou pour son frère, et en tombe au désespoir [ID., 2e disc.]
Il faut demeurer d'accord, à l'honneur de la vertu, que les plus grands malheurs des hommes sont ceux où ils tombent par leurs crimes [LA ROCHEFOUC., Réfl. mor. n° 183]
C'est par là que nous tombons dans la plus basse servitude [BOURDAL., Resp. hum. 2e avent, p. 384]
Tomber au point de, être réduit à l'extrémité de.
Puissent tant de malheurs accompagner ta vie, Que tu tombes au point de me porter envie ! [CORN., Hor. IV, 5]
Tomber en disgrâce. dans la disgrâce, n'être plus dans les bonnes grâces de quelqu'un, n'avoir plus de part à sa bienveillance, à sa faveur.
Depuis que je suis tombé dans la disgrâce, je n'ai jamais osé écrire à Sa Majesté pour me plaindre de mon malheur et lui faire voir mon innocence [SCARR., Lett. Œuv. t. I, p. 268, dans POUGENS]
Tomber dans le mépris, devenir un objet de mépris.
Et je tombais dans le mépris des honnêtes gens [LESAGE, Turcaret, I, 9]
Faire tomber quelqu'un en confusion, lui causer une grande confusion.
17° Fig. Tomber de.... en, éprouver successivement, passer par.
Les esprits, une fois émus, tombant de ruines en ruines, se sont divisés en plusieurs sectes [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
À chaque expérience, je tombais de surprise en surprise [BUFF., Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 516]
La Harpe.... Qui, sifflé pour ses vers, pour sa prose sifflé, Tout meurtri des faux pas de sa muse tragique, Tomba de chute en chute au trône académique [GILB., Mon apolog.]
Tomber de Charybde en Scylla, en voulant éviter un mal tomber dans un autre. Tomber de fièvre en chaud mal, tomber d'un état fâcheux dans un pire.
18° Fig. Tomber en, dans, faire quelque chose qui mérite blâme. Tomber dans le galimatias. Cet auteur tombe dans l'affectation, dans le précieux. Ce peintre tombe quelquefois dans la manière.
C'est pour éviter ces miracles et ces prédictions que les impies sont tombés dans toutes les absurdités qui vous ont surpris [BOSSUET, Hist. II, 13]
L'incrédulité où elle était enfin tombée [ID., Anne de Gonz.]
Le respect humain fait tomber l'homme dans des apostasies, peut-être plus condamnables que celles de ces apostats des premiers siècles [BOURDAL., Respect hum. 2e avent, p. 391]
Isocrate, dans son Panégyrique, par une sotte ambition de ne vouloir rien dire qu'avec emphase, est tombé, je ne sais comment, dans une faute de petit écolier [BOILEAU, Longin, Subl. ch. 31]
On s'aperçoit que c'est le poëte qui parle, et non la princesse ; c'est un défaut dans lequel Corneille tombe toujours [VOLT., Comm. Corn. Rem. Pulchér. Préf.]
Menacer, m'emporter, quelle imprudence extrême ! J'en avertis Ambroise, et j'y tombe moi-même [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. IV, 6]
Tomber en faute, tomber dans le crime, tomber dans le péché, commettre une faute, un crime, un péché. Tomber dans l'erreur, dans la contradiction, en contradiction, se tromper, se contredire.
Il [Woodward] tombe, aussi bien que Burnet, dans des contradictions évidentes [BUFF., Hist. nat. Pr. th. ter. Œuv. t. I, p. 277]
Tomber dans le ridicule, dans quelque inconvénient, faire quelque action ridicule, faire quelque démarche qui a des suites fâcheuses. Dans le style de l'Écriture. Tomber dans l'aveuglement, dans l'endurcissement, devenir aveugle, insensible aux vérités de la religion.
19° Fig. Tomber dans, se laisser aller à.
Cette conversation nous est si naturelle que nous y tombons insensiblement ; c'est un penchant si doux qu'on y revient sans peine [SÉV., 43]
Avouez que le jour ne vous eût jamais jeté dans une rêverie aussi douce que celle où je vous ai vu prêt de tomber tout à l'heure à la vue de cette belle nuit [FONTEN., Mond. 1er soir.]
Je pleurai d'aise, je criai de joie, je tombai dans des transports de tendresse, de reconnaissance [MARIV., Marianne, 6e part.]
Bélise ne répondit point ; elle était tombée dans une rêverie profonde et dans un sérieux glacé [MARMONTEL, Contes mor. Scrup.]
Tomber dans la dévotion, devenir dévot.
20° Fig. Perdre une haute position, possession.
Ce désir [du bonheur] nous est laissé, tant pour nous punir que pour nous faire sentir d'où nous sommes tombés [PASC., Pens. VIII, 10, édit. HAVET.]
Afin qu'ils ne tombent pas d'un si grand bonheur et d'un si grand honneur que Dieu leur a faits [ID., Lett. à Mlle de Roannez, 6]
Quand je viens à penser que ces mêmes personnes peuvent.... Être au nombre malheureux des jugés, et qu'il y en aura tant qui tomberont de la gloire.... [ID., ib. 3]
Hélas ! qu'elle [l'âme] s'est trompée, et que sa chute a été funeste ! elle est tombée de Dieu sur soi-même [BOSSUET, la Vallière.]
21° Absolument. Pécher. Le juste tombe sept fois le jour.
Voici ce que dit le Seigneur : Quand on est tombé, ne se relève-t-on pas ? [SACI, Bible, Jérémie, VIII, 4]
David tombe, devient adultère, il y ajoute l'homicide [BOURDAL., 9e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 149]
On ne peut rien voir de plus éloquent que son épître [de saint Basile] à une vierge qui était tombée [FÉN., t. XXI, p. 114]
22° Fig. Décroître, perdre de ses forces, de son mérite.
Je n'admire point l'excès d'une vertu, comme de la valeur, si je ne vois en même temps l'excès de la vertu opposée, comme en Épaminondas, qui avait l'extrême valeur et l'extrême bénignité ; car autrement ce n'est pas monter, c'est tomber [PASC., Pens. VI, 21, édit. HAVET.]
Elle [l'âme] ne peut pas demeurer en cet état, tout triste qu'il est : il faut qu'elle tombe encore plus bas [BOSSUET, la Vallière.]
Sans avoir besoin de ces divinités qui tombent de vieillesse [FONTEN., Sur la poés. en gén. Œuv. t. VIII, p. 297, dans POUGENS.]
Que verra-t-on par ce commentaire ? que nul auteur n'est jamais tombé si bas [VOLT., Comm. Corn. Rem. Théod. I, 1]
C'est un homme qui tombe, qui est bien tombé, il est affaibli de corps et d'esprit. Perdre son crédit. Cet homme-là n'a pas été longtemps en crédit, il est bientôt tombé.
23° Absolument. Éprouver une chute au théâtre.
Tenez ; si vous tombez, je parle sans pitié [PIRON, Métrom. IV, 6]
Qui sait, grand Dieu ! quel sort m'attend ce soir ? Sous l'effort des sifflets si ma pièce succombe, C'en est fait, je vous perds ; je suis mort si je tombe [C. DELAV., Comédiens, II, 2]
Un pauvre auteur qui tombe est-il une merveille ? [ID., ib. v, 6]
24° Tomber d'accord avec quelqu'un, convenir avec lui. Absolument. Tomber d'accord, avouer, confesser. Je tombe d'accord de cela. Je tombe d'accord que cela est ainsi.
Non, messieurs, disait-il, je ne m'en dédis point, Et tomberai d'accord de tout, hors de ce point [MOL., Mis. IV, 1]
Tomber dans le sens, tomber dans le sentiment. de quelqu'un, être de même avis que lui, se ranger à son avis.
Vous êtes tombé dans ma pensée ; mais il n'était pas, ce me semble, de la dignité de ma politique de m'ouvrir le premier [ST-ÉVREM., Sir Politick, I, 3]
Ils l'ont fait à la fin tomber dans leur sens, ils lui ont enfin persuadé de se ranger de leur avis.
25° Tomber à quelque chose, s'y conformer, y atteindre.
Quant au principal but qu'Ésope se propose, J'y tombe au moins mal que je puis [LA FONT., Fabl. V, I]
26° Fig. Tomber dans, être sujet à quelque prescription.
François II fut le premier qui tomba dans le cas de l'ordonnance de Charles V [pour la majorité des rois] [BOSSUET, Déf. Var. 1a disc. 37]
27° Tomber, avec un nom de chose pour sujet, ne plus se soutenir. Ces bâtiments tombent de vétusté.
Un ouvrage humain pourrait tomber après cent ans, comme après mille ans [BOSSUET, 1re instr past. 30]
Quand tout cédait à Louis, quand les murailles tombaient au bruit des trompettes [ID., Mar.-Thér.]
Vous voyez tomber de toutes parts les temples de l'hérésie [ID., le Tellier.]
L'arche qui fit tomber tant de superbes tours [RAC., Athal. v, 1]
Après avoir traversé une très petite pièce qui tombait en ruine [GENLIS, Mme de la Fayette, p. 238, dans POUGENS]
28° Se détacher, en parlant de parties du corps vivant. Depuis sa fièvre les cheveux de cet enfant tombent beaucoup. La gangrène fit tomber les orteils. L'eschare ne tomba que le vingtième jour.
Après avoir dit : je ferai tomber leurs cheveux, je détruirai, poursuit le Seigneur, les colliers et les bracelets [BOSSUET, la Vallière.]
Malgré tous mes soins, je n'ai pu empêcher que le troisième doigt du pied ne soit tombé sur la fin de juin [BONNET, 2e mém. reprod. salam.]
29° Tomber sur, se dit d'objets qui sont entraînés sur d'autres.
Assez souvent, dans le gros temps, ces navires tombent sur les navires voisins, et les entraînent dans des bas-fonds où ils périssent misérablement ensemble [RAYNAL, Hist. phil. XI, 3]
30° Être vaincu, se rendre.
Mais aujourd'hui qu'il faut que l'une ou l'autre tombe, Qu'Albe devienne esclave ou que Rome succombe.... [CORN., Hor. I, 1]
Quatre batailles perdues font croire que Rome allait tomber [BOSSUET, Hist. I, 8]
Toutes les villes [après Fontenoy] tombent devant lui [Louis XV], devant les princes de son sang, devant tous les généraux qui les assiègent [VOLT., Panég. Louis X]
31° En parlant des institutions, des empires, des cités, des familles, etc. déchoir, diminuer, périr.
Telle fut la mort de Saül et de ses trois fils ; et toute sa maison tomba avec lui [SACI, Bibl. Paralip. I, X, 6]
Babylone est tombée ; elle est tombée cette grande ville qui a fait boire à toutes les nations le vin de sa prostitution [ID., ib. St Jean, Apocal. XIV, 8]
J'ai vu tomber ton temple, et périr ta mémoire [VOLT., Zaïre, II, 3]
Je vis tomber l'empire où régnaient mes ancêtres [ID., Alz. III, 5]
Le culte de Tyr et de Carthage est tombé avec ces puissantes villes [ID., Philos. Profes. foi théistes.]
Un seul homme [Pierre 1er], parce qu'il avait un génie actif et ferme, éleva sa patrie ; et un seul homme [le schah de Perse], parce qu'il était faible et indolent, fit tomber la sienne [ID., Russie, II, 16]
Vous avez vu tomber la gloire D'un Ilion trop insulté [BÉRANG., Mon âme.]
32° Perdre en autorité, en crédit, en vogue. Cette mode commence à tomber. Cette théorie, ce système tombe devant les faits.
Je vois mes honneurs croître, et tomber mon crédit [RAC., Brit. I, 1]
Encore serait-il à souhaiter qu'on laissât tomber le commerce à l'égard de toutes les choses qui ne servent qu'à entretenir le luxe, la vanité et la mollesse [FÉN., Tél. XIX.]
Vous avez laissé choir le tripot de la comédie de Paris ; je m'y intéresse fort médiocrement ; mais je suis fâché que tout tombe, excepté l'Opéra-Comique [VOLT., Lett. Richelieu, 28 nov. 1767]
On dit que le grand théâtre tragique Ost tout à fait tombé depuis la retraite de Mlle Clairon [ID., Lett. à Marmontel, 21 oct. 1771]
Les livres qui tombent à Paris sont la fortune des libraires de province [J. J. ROUSS., Hél. 2e préf.]
Sous l'empire des peuples grossiers les lettres tombèrent, les théâtres furent détruits [CONDIL., Conn. hum. II, I, 5]
La culture tomba ; il y eut moins de terres ensemencées, et il survint des années de disette ; le prix du blé fut excessif [ID., Comm. gouv. II, 12]
Tomber de haut, éprouver une grande décadence.
J'ai été indigné que le siècle fût tombé de si haut [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 23 oct. 1772]
Cela est bien tombé aujourd'hui, se dit d'une chose qui n'est plus en faveur.
Le service, autrefois de tant d'honneur suivi, Est bien tombé [IMBERT, Jaloux sans amour, I, 3]
Ces études sont tombées, on les néglige beaucoup aujourd'hui.
33° En parlant des ouvrages dramatiques, ne pas réussir.
On venait de jouer sainte Agnès d'un Puget de la Serre ; elle était tombée ; sa chute donna mauvaise opinion de saint Polyeucte à l'hôtel de Rambouillet [VOLT., Comm. Corn. Rem. Poly. I, 1]
Zaïre, Oreste, Sémiramis, Mahomet, Tancrède, l'Orphelin de la Chine, tombèrent à la première représentation ; elles furent accablées de critiques, elles ne se relevèrent qu'avec le temps [ID., Lett. Richelieu, 27 mai 1767]
Il [Voltaire] donne la tragédie de Marianne en 1722 ; Marianne était empoisonnée par Hérode ; lorsqu'elle but la coupe, la cabale cria : la reine boit, et la pièce tomba [ID., Comm. Œuv. aut. Henr.]
Le même préjugé qui avait fait tomber le Festin de Pierre, parce qu'il était en prose, avait fait tomber l'Avare [ID., Vie de Molière.]
La musique de Rameau ne saurait jamais tomber [ID., Lett. en vers et en prose, 43]
Cette pièce de théâtre est absolument tombée, on ne la joue plus du tout, on n'en fait plus aucun cas.
34° Cesser, être discontinué, abandonné.
Mais un dessein formé ne tombe pas ainsi [CORN., Nicom. v, 4]
La requête civile tombe quasi toute seule ; après ce jugement, il n'est plus question du Conseil, toute chicane est finie [SÉV., 531]
La conversation tombait d'abord qu'on ne buvait plus [HAMILT., Gramm. 4]
Ils étaient également embarrassés et contraints l'un et l'autre, et la conversation tomba plusieurs fois [GENLIS, Vœux témér. t. III, p. 82, dans POUGENS]
Tomber de soi-même, cesser sans intervention étrangère.
Il ne s'agit pas de réfuter ces rêveries des platoniciens, qui aussi bien tombent d'elles-mêmes [BOSSUET, Hist. II, 12]
Les uns eurent le plaisir de voir tomber de soi-même ce qu'on avait fait sans eux [FLÉCH., Hist. de Théodose, II, 55]
Il vaut mieux approfondir une bonne fois ce qui a rapport à la doctrine ; après quon tout le reste tombera de lui-même [MAINTENON, Lett. au duc de Beauvilliers, t. II, p. 207, dans POUGENS.]
Heureusement la plupart des opinions des philosophes tombent d'elles-mêmes, et ne méritent pas qu'on en parle [CONDIL., Art de pens. I, 12]
35° Laisser tomber, ne pas donner d'attention à, ne pas s'occuper de.
Je vous quitte, en vous priant.... de faire jaser Pauline, si vous avez envie de répondre à mes causeries ; sans cela, laissez-les tomber [SÉV., 8 avr. 1689]
Le banquier ne laissa pas tomber cette parole, et lui demanda en riant si lui et son frère seraient d'humeur à gagner une grosse somme d'argent et à faire fortune [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 501, dans POUGENS]
[Il] Ne laisse rien tomber, pas la moindre parole, Registre tout sur son journal [DU CERCEAU, Poésies, Remerc. au roi.]
Le Cramer que vous voyez à Paris avait offert de donner quarante mille francs du produit des souscriptions et de la vente de l'édition, et ensuite il avait laissé tomber cette offre [VOLT., Lett. d'Argental, 15 févr. 1763]
Il faut laisser tomber cela, il faut, pour empêcher qu'on n'y fasse attention, paraître n'y pas faire attention soi-même.
Ma foi, laissez tomber tout cela de soi-même [GRESSET, le Méch. IV, 7]
Ces bruits commencent à tomber, on commence à n'y plus donner autant d'attention qu'on faisait d'abord.
36° Arriver, s'approcher, en parlant de la nuit, du soir. La nuit tombe.
Le soir tombait, la lutte était ardente et noire [V. HUGO, Châtiments, l'Expiation.]
La nuit est tombée, il est nuit close.
Il faut que je vous quitte, mon ami ; la nuit est tout à fait tombée [GENLIS, Vœux témér. t. III, p. 179, dans POUGENS]
Baisser, approcher de sa fin.
Le jour commençait à tomber ; nous ne laissions pas que d'avoir du chemin à faire jusqu'au château [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 188, dans POUGENS]
Quand le jour tombe, il y a de grandes ombres dans la campagne qui semblent les replis de sa robe traînante [STAËL, Corinne, XX, 5]
Substantivement.
Ou plutôt que ne puis-je, au doux tomber du jour.... [LAMART., Méd. I, 20]
37° S'apaiser, se calmer. La fièvre tombe.
J'ai vu de son courroux tomber la violence [RAC., Athal. v, 2]
Croyez-vous que des passions que vous nourrissez depuis l'enfance, qui sont devenues comme votre fonds et votre tempérament, tomberont, s'évanouiront en un instant ? [MASS., Carême, Impén. fin.]
Il a bien fait de laisser à la haine de ses camarades le temps de tomber [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XV, p. 163, dans POUGENS]
Son goût pour les tableaux, pour la musique, etc. est bien tombé, il est devenu bien moins vif. Terme de marine. La mer tombe, quand l'agitation en diminue, et que les lames s'abaissent.
La mer, comme disent les marins, était tombée, et le ciel s'était éclairci [CHATEAUBR., Itin. part. 2]
On dit que le vent tombe, quand il perd de sa force, quand il tend à se calmer.
Dès que les vents furent tombés, Bomilcar prit le large pour mieux doubler le cap [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. x, p. 90, dans POUGENS]
38° Terme de marine. Un mât, un navire tombe sur l'avent ou sur l'arrière, lorsque, au lieu de conserver la position verticale, il a une inclinaison du côté de la proue ou du côté de la poupe.
39° Être pendant. De beaux cheveux lui tombent sur les épaules. Son manteau lui tombe sur les talons.
40° On dit que des regards tombent sur quelqu'un, quand on le regarde comme d'en haut.
Tous vos regards sur moi ne tombent qu'avec peine [RAC., Iphig. II, 2]
Ses yeux.... Verront autour de vous les rois sans diadème, Inconnus dans la foule.... s'honorer d'un regard Que vous aurez sur eux fait tomber au hasard [ID., Brit. II, 2]
Ses regards inquiets n'osent tomber sur moi [VOLT., Marianne, III, 4]
Laisser tomber un regard de pitié sur quelqu'un, prendre intérêt à sa misère, le secourir dans sa détresse. Son regard tomba sur cet objet, sur cette personne, il regarda fortuitement cet objet, cette personne.
41° Terme de marine. Un navire tombe sous le vent d'un point quelconque, lorsque, loin de se rapprocher de ce point, placé plus près que lui de l'origine du vent, il s'en éloigne.
42° Il se dit d'un coup qui vient d'en haut. Le coup lui tomba d'aplomb sur la tête.
Le coup qu'on m'a prédit va tomber sur ma tête [RAC., Brit. v, 7]
Fig.
M. de Pompone n'était pas de ces ministres sur qui une disgrâce tombe à propos pour leur apprendre l'humanité, qu'ils ont presque tous oubliée [SÉV., 22 nov. 1679]
43° Céder, disparaître.
Grand prince, lui dit-il, tout va manquer, et il n'y a que votre présence qui puisse faire tomber les difficultés [MASS., Or. fun. Conti.]
Fig. Les portes tombent, ce qui empêchait l'accès, l'entrée, disparaît.
Mais d'être dans la foule, après avoir vu tomber les portes devant lui, c'est une chose qui le pénètre toujours [Pompone disgracié] [SÉV., 403]
44° Faiblir, manquer.
Ces délicats à qui la moindre peine fait tomber le courage [BOSSUET, 1er sermon sur les démons, 2]
Ce prince, si intrépide devant ses ennemis, sent toute sa fierté tomber devant le prophète [MASS., Carême, Mélange.]
45° Tomber en, dans, arriver à, avec une idée de déchéance, de détérioration.
Les lois sans le secours des armes tombent dans le mépris ; les armes qui ne sont point modérées par les lois tombent bientôt dans l'anarchie [RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 128, dans POUGENS]
Quelques États, sans avoir reçu d'échec qu'on puisse remarquer, tombent dans une faiblesse dont les voisins sont surpris, et qui étonne les citoyens mêmes [MONTESQ., Esp. v, 8]
Tomber en putréfaction, en pourriture, se pourrir. Tomber en poussière, être réduit en poussière. Tomber en loques, se dit d'un habit qui se déchire partout. Dans le même sens, tomber par pièces.
Il avait un habit noir plutôt usé que vieux, et qui tombait par pièces [J. J. ROUSS., Conf. III]
Tomber en désuétude, cesser d'être en usage. Cela est tombé en oubli, on ne s'en souvient plus. Terme de chimie. Tomber en déliquescence, en deliquium, se dit d'un corps solide qui, au contact de l'air, se remplit d'humidité et se fond.
46° Dégénérer en. Cela tombe dans le maniéré.
L'Époux sacré ne dit pas toujours qu'il aime l'épouse ; à la fin, cela tomberait dans le froid [BOSSUET, Explic. de la messe, 25]
Cette maison est tombée en quenouille, il n'en reste que des filles. Cette couronne, cette souveraineté tombe en quenouille, les femmes peuvent en hériter. Tomber à rien, se réduire à très peu de chose. Toutes ces grandes promesses sont tombées à rien. Cette dépense tombe en pure perte, elle ne produit rien.
47° Devenir l'objet, la possession.
J'ose m'imaginer qu'à ses moindres exploits Les royaumes entiers tomberont sous ses lois [CORN., le Cid, II, 5]
En vous de tout l'État j'ai défendu la cause, Quand je l'ai fait tomber dessous votre pouvoir [ID., Agés. v, 7]
Je verrai sans regret tomber entre ses mains Tout ce que lui promet l'amitié des Romains [RAC., Mithr. I, 1]
Les biens de cette maison sont tombés dans telle autre par un mariage, ils y sont passés.
Antoine de Bourbon.... chef de la branche des Bourbons, ainsi appelée d'un fief de ce nom qui tomba dans leur maison par un mariage avec l'héritière de Bourbon [VOLT., Ess. guerr. civ. France.]
Tomber dans le domaine public, se dit d'une propriété privée qui cesse de l'être. Cet ouvrage est tombé dans le domaine public. Fig. Tomber dans la conversation, devenir un sujet commun de conversation.
Une science vaine, aride, dénuée d'agrément et d'utilité, qui ne tombe point dans la conversation, qui est hors du commerce [LA BRUY., 1]
48° Échoir.
C'est à cette extraordinaire et admirable piété, madame, que la France est redevable des bénédictions qu'elle voit tomber sur les premières armes de son roi [CORN., Poly. à la reine régente.]
Je viens remercier et mon père et mon roi.... D'avoir choisi mon bras pour une telle gloire, Et fait tomber sur moi l'honneur de sa victoire [ID., Nicom. II, 2]
Et faire, par des choix judicieux et sains, Tomber le ministère en de fidèles mains [ROTR., Vencesl. I, 1]
Seigneur Harpagon, vous jugez bien que le choix d'une jeune personne tombera sur le fils, plutôt que sur le père [MOL., l'Av. v. 6]
Nous espérons d'apprendre que le régiment de M. le chevalier [de Grignan] tombera à son neveu [SÉV., 16 nov. 1689]
Mais, si quelque vertu m'est tombée en partage, Seigneur, je crois surtout avoir fait éclater La haine des forfaits qu'on ose m'imputer [RAC., Phèdre, IV, 2]
La paix de Ryswick ne fut point faite dans la vue de faire tomber la monarchie d'Espagne à un fils de France, comme on l'avait toujours cru [VOLT., Fragm sur l'hist. XXIX.]
Il y a même un duché dans sa maison qui pourrait lui tomber un jour [SAURIN, Mœurs du temps, 12]
Le sort tomba sur lui, ce fut lui que le sort désigna.
49° Tomber sous la main, se présenter fortuitement.
Les papiers me tomberont sous la main quand j'y songerai le moins [BOSSUET, Lett. abb 217]
Tomber entre les mains, venir fortuitement en la possession. Le hasard a fait tomber entre mes mains une pièce fort curieuse.
Le Poussin, né aux Andelys en 1595, n'eut de maître que son génie et quelques estampes de Raphaël qui lui tombèrent entre les mains [VOLT., Temple du goût.]
Impersonnellement.
Il m'est tombé entre les mains une petite pièce de vers d'un jeune Courlandais ou Courlandois qui est venu dans mon ermitage [une Ode de Voltaire lui-même] [VOLT., Lett à Catherine II, 12 févr. 1772]
Il nous est tombé entre les mains un exemplaire anglais de Clarisse, accompagné de réflexions manuscrites [DIDER., Éloge de Richardson.]
50° Tomber dans l'esprit, dans la tête, se présenter à l'esprit.
Je pensais être le premier à qui il fût tombé en l'esprit de sanctifier la poésie par un ouvrage si précieux [CORN., Imit. préf. éd. 1651]
Cette sentence ne pourrait tomber que dans l'âme d'un homme.... [PASC., Prov. X]
Il ne me tombe jamais dans l'esprit que ce soit votre faute ; je connais votre soin [SÉV., 228]
Il n'est pas tombé dans la tête d'aucun dévot qu'elle [l'âme de Turenne] ne fût pas en bon état [au moment où il fut tué] [ID., 16 août 1675]
Le maître de l'éloquence, accusant un gouverneur de province d'avoir fait crucifier un Romain, représente cette action comme la plus noire et la plus furieuse qui puisse tomber dans l'esprit d'un homme [BOSSUET, 1er sermon, Exalt. de la croix, préambule.]
Cela ne me serait jamais tombé dans l'esprit, je ne me serais jamais avisé de cela, je n'aurais jamais conçu un tel soupçon, formé une telle conjecture. Cela ne peut tomber que dans l'esprit, que dans la tête d'un fou, il n'y a qu'un fou qui puisse imaginer telle chose. Tomber au cœur, être imaginé, deviné par le cœur.
Vous connaissant comme je fais, il me tomba au cœur que vous ne voudriez point quitter M. de Grignan [SÉV., 13 nov. 1676]
51° Être tourné fortuitement sur un sujet. L'entretien tomba sur un tel.
La conversation tomba sur la tranquillité de sa profession [MONTESQ., Lett. pers. 61]
La conversation tombe sur votre ennemi [GENLIS, Veillées du château t. II, p. 221, dans POUGENS]
Faire tomber la conversation sur, l'amener sur.
En un lieu, l'autre jour, où je faisais visite, Je trouvai quelques gens d'un très rare mérite, Qui, parlant des vrais soins d'une âme qui vit bien, Firent tomber sur vous, madame, l'entretien [MOL., Mis. III, 5]
Faire tomber quelque chose, l'amener dans le discours.
Il y a un mois qu'elle [Mlle du Plessis] joue la fièvre quarte, pour faire justement tomber qu'elle la quitte le jour que ma mère va dîner au Plessis [CH. DE SÉV., dans SÉV. 5 janv. 1676]
52° Tomber sur, avoir son point principal en.
On s'étonnera peut-être de ce que j'ai donné à cette tragédie le nom de Rodogune plutôt que celui de Cléopâtre, sur qui tombe toute l'action tragique [CORN., Rodog. préface]
Être à la charge de.
Je souhaite qu'il donne quelque chose à la petite de Lévi, afin que tout ne tombe pas sur le roi [MAINTENON, Lett. à Mme de la Viefville, 28 nov. 1705]
Avoir pour objet.
L'interdiction du feu et de l'eau chez les Romains tombait sur des choses nécessaires à la vie ; celle-ci tombe sur tout ce qui peut la rendre supportable [J. J. ROUSS., 1er dial.]
53° Tomber sur, être porté sur, attaquer.
La haine sur Titus tombera tout entière [RAC., Bérén. III, 2]
C'est sur ceux qui partagent le gouvernement que tombe la rigueur du despotisme [VOLT., Mœurs, 93]
Les critiques, les sarcasmes, les injures même tombèrent sur lui de toutes parts [D'ALEMB., Éloges, Moncrif.]
Le soupçon tomba sur lui, on le soupçonna de la chose dont il s'agissait.
54° Tomber sur, s'appliquer à.
Cela [un dire de la princesse de Tarente, qu'elle avait le cœur comme de dire] tombe sur le général ; mais le monde en a fait des applications particulières [SÉV., 11 déc. 1675]
J'ai un grand dégoût pour les conversations inutiles qui ne tombent sur rien du tout : des oui, des voire, des lanternes où l'on ne prend aucune sorte d'intérêt [ID., 19 juin 1680]
Faire tomber sur, rejeter sur, imputer à.
Renfermez-vous à faire tomber la tromperie sur l'intérêt [SÉV., 18 déc. 1689]
55° Tomber bien ou mal, arriver heureusement ou malheureusement, à propos ou à contre-temps. Cela tombe bien.
Madame de Moreuil.... je vous conjure de lui faire tomber mes compliments à propos [SÉV., 8 juill. 1685]
56° Faire jonction, aboutir. Ce chemin tombe dans tel autre.
Le roi descendait le degré qui tombait dans la salle du souper [SAINT-SIMON, 11, 129]
Le Nil ne reçoit aucune rivière qu'à plus de cinq cents lieues de son embouchure ; la dernière qui y tombe est le Moraba, et, de cet endroit jusqu'à sa source, il reçoit environ douze ou treize rivières [BUFF., Hist. nat. preuv. théor. terr. Œuv. t. II, p. 75]
57° Coïncider par le temps.
Son retour en Espagne doit tomber à l'an 1580, vers la fin de l'été [COMTE DE CAYLUS, Mém. Acad. de Troyes, Œuv. t. XII, p. 103]
Je ne me suis pas aperçu que votre silence tombât précisément au temps de l'arrivée de notre chère sœur [DIDER., Lett. à Mlle Voland, 6 sept. 1762]
Cette cérémonie se fait avec solennité dans la fête des Apaturies, qui tombe au mois pyanepsion, et qui dure trois jours [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 26]
Cette fête tombe au jeudi, elle arrive, on la chôme le jeudi.
58° Terme d'imprimerie. Faire tomber les pages les unes sur les autres, faire que la page du recto et celle du verso se correspondent exactement.
59° Tomber sous, appartenir à la classe de.
Je ne parle pas ici des vérités divines, que je n'aurais garde de faire tomber sous l'art de persuader [PASC., Art de persuader, édit. FAUGÈRE]
Tomber sous les sens, être perceptible par les sens.
Tous les corps qui tombent sous nos sens [BRISSON, Traité de phys. t. I, ch. 2, n° 6]
Dieu, il est vrai, ne tombe pas sous les sens ; mais il a imprimé son caractère dans les choses sensibles [CONDIL., Log. I, 5]
Tomber sous le sens, être évident, incontestable.
Les sujets qui tombent sous le sens ou sous le raisonnement [PASC., Vide, Préf.]
Cela ne tombe pas sous le sens, se dit d'une chose qui paraît absurde, qui blesse le sens commun.
60° Ne pas garder la même élévation, en parlant de la voix.
Il fallait pour l'image, qu'après avoir peint la promptitude avec laquelle on fut frappé de cette nouvelle, la voix de l'orateur tombât avec ces mots : Madame se meurt, Madame est morte [CONDIL., Art d'écr. II, 14]
Laisser tomber la voix, ne pas la soutenir là où il le faudrait. Laisser tomber ses paroles, parler négligemment, avec indolence. Dans un sens un peu différent : se décider à parler.
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère Laissa tomber ces mots [LAMART., Médit. le Lac.]
Terme de musique. Se dit d'une phrase musicale qui finit brusquement, qui n'est pas carrée. Se dit absolument d'un vers dont la césure est défectueuse. La voix tombe, se dit aussi d'une voix qui devient plus faible.
Heureux si, averti par ces cheveux blancs du compte que je dois rendre de mon administration, je réserve au troupeau que je dois nourrir de la parole de vie les restes d'une voix qui tombe et d'une ardeur qui s'éteint ! [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
61° Tomber, qui se construit d'ordinaire avec l'auxiliaire être dans les temps composés, peut aussi recevoir l'auxiliaire avoir.
Les poëtes disent que Vulcain a tombé du ciel pendant un jour entier ; ce grand courage a tombé tout à coup [, Dict. de l'Acad.]
Indépendamment du christianisme, les oracles ne laissaient pas de déchoir beaucoup par d'autres causes, et à la fin ils eussent entièrement tombé [FONTEN., Oracl. II, 5]
Où serais-je, grand Dieu ! si ma crédulité Eût tombé dans le piége à mes pas présenté ? [VOLT., Orph. II, 3]
Jamais Voltaire n'avait été plus brillant que dans Alzire, et l'on a peine à concevoir qu'il ait tombé de si haut jusqu'à Zulime [LAHARPE, Cours de litt. 3e part. III, 8]
Le Malheureux imaginaire, comédie en cinq actes de M. Dorat, a tombé depuis le premier acte jusqu'au dernier [ID., Corresp. littéraire, Lett. 56]
Les pièces du Théâtre italien ont tombé encore plus indécemment [ID., ib.]
Terme de fauconnerie. L'oiseau a tombé sur la perdrix, il a fondu tout d'un coup sur elle. Bien que l'auxiliaire être soit le plus fréquent, cependant de ces exemples on conclut qu'il est des cas où avoir est absolument nécessaire pour rendre la nuance de la pensée. Cette phrase : mon enfant est tombé, ne peut signifier tout à la fois : mon enfant est par terre, et il a fait une chute tout à l'heure. Il faut dire dans ce dernier cas : mon enfant a tombé.

PROVERBES

  • Quand la poire est mûre, il faut qu'elle tombe, quand les affaires sont venues à un certain point, il faut qu'elles éclatent.
  • Si le ciel tombait, il y aurait bien des alouettes prises, se dit à ceux qui font des suppositions impossibles.

REMARQUE

  • 1. Vaugelas condamne la locution tomber aux mains, et veut qu'on dise tomber entre les mains. Il a été réfuté par l'usage des meilleurs écrivains.
  • 2. On ne donne jamais aujourd'hui le sens actif à tomber ; ce qui se faisait dans le XVIe siècle et dans l'ancien français, ce qui est resté dans le langage du peuple, et ce qui revient présentement dans un certain usage :
    Que M. de Persigny - pour nous servir d'une expression triviale mais très énergique - tombe M. Rouher, rien de mieux ! et la galerie ne peut qu'applaudir [L. JOURDAN, le Siècle, 15 juin 1869]
    C'est un emploi tiré de l'argot des lutteurs, où l'on dit : tomber son adversaire, le renverser.
  • 3. Tumber était encore en usage au XVIIe siècle :
    Tomber ou tumber, l'un et l'autre peuvent être reçus, étant en usage [MARG., BUFFET, Observ. p. 137]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et fu li vaissiaus bien cousus et poiés, et fu assis en l'aigue, en tele maniere qu'il ne pouvoit thumer ne afondrer [, Chr. de Rains, 95]
    Mais tel cuide saillir qui tume [, Bl. et Jeh. v. 430]
    Mes la contraire [fortune] et la perverse, Quant de lor grant estat les verse Et les tumbe autor de sa roe Du sommet envers dans la boe.... [, la Rose, 4911]
    Dansent, tument [sautent] espringhent et balent [, Ren. t. IV, p. 223]
    Je servirai de mon mestier La mere Dieu en son moustier ; Li autre servent de causer ; Et je servirai de tumer [danser] [DU CANGE, tombare.]
  • XIVe s.
    Icellui Giraut donna audit Manson un si grant coup sur l'espaule que il le tumba par trois fois en la charriere [DU CANGE, tombare.]
  • XVe s.
    Les autres commencerent à eulx esbatre, à saillir et thumer ou thumber sur une autre table [DU CANGE, tombare.]
    Les François et Gascons estoient montez sur bons et forts chevaux, vistes et bons à la main, et pour ce abbatoient et tumboient tout se qu'ils trouvoient à eulx contraire [A. CHART., Hist. de Ch. VI et VII, p. 46]
  • XVIe s.
    Marquet tombit de dessus sa jument [RAB., Garg. I, 25]
    Peu de temps après, le bon Pantagruel tumba malade [ID., Pant. II, 23]
    L'un des enfans sur lesquelz tumba le sort, estoit son nepveu [AMYOT, Thés. 20]
    Il est meilleur de se tenir quoy, quand on sent comme un accès du hault mal qui nous veut prendre, de peur que nous n'en tombions [ID., Comment refréner la colère, 9]
    Le langaige qu'il avoit tenu de Villebon ne tomba pas à terre ; car.... [il fut rapporté à Villebon] [CARLOIX, IX, 5]
    Une tempeste qui fist trembler presque toute la ville, qui tomba par terre toutes les maisons prochaines [PARÉ, IX, 2e disc.]
    Il n'a pas l'Italie en poste traversé Sur un cheval poussif, suant et harassé, Qui a cent fois tombé son maistre par la course [RONS., 667]
    La couleur blanche tombe, et la couleur brunette Est toujours en saison et ne se flestrit pas [ID., 743]
    Tumber de l'eau [uriner] [MONT., I, 16]
    Ceulx à qui je tumberai en charge [ID., I, 18]
    Tumber roide mort [MONT., I, 62]
    Tumber en defaillance [ID., I, 94]
    Tout ce caprice m'est tumbé presentement en main sur le conte que.... [ID., I, 100]
    Il m'advint, l'aultre jour, de tumber sur un tel passage [ID., I, 156]
    Celui qui tumbe [meurt] obstiné en son courage [ID., I, 243]
    Celuy qui met la nappe tumbe toujours des despens [ID., I, 356]
    .... [Larmes] qui peuvent tomber des yeux sans que la vertu tombe du cœur [CHARRON, Sagesse, I, 32]
    Il n'y a pas longtemps qu'un homme et une femme tomberent en dispute s'il falloit dire tomba ou tombit ; celuy qui contestoit contre elle, tenoit resolument que tomba estoit bien meilleur ; elle lui repliquoit à tous les coups : c'est votre opinion, mais quant à moi j'aimerois mieux tombit [BOUCHET, Serées, liv. I, p. 114, dans LACURNE]
    Ce qui ne tomba pas en paille, mais fut bien relevé [DES ACCORDS, Bigarrures, p. 32, dans LACURNE]
    Qui chope et ne tombe adjouste à ses pas [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, tomber, tumber, timber ; tomber sur une pierre cornue, être mal avec sa femme ; wallon, toumé : lorrain , teumei ; champ. tumer ; provenç. et espagn. tumbar ; ital. tomare, tomber la tête la première, culbuter. Diez fait deux verbes différents de tumer et tumber ; il rattache tumber au scandinave tumba, tomber la tête en avant, ou bien au latin tumba , tombe qui a signifié aussi monceau. Il rattache tumer à l'ancien haut-allem. tumon ; anglo-saxon, tumbjan ; suédois, tumla ; allem. mod. taumeln ; angl. to tumble, verbes qui signifient tournoyer, trébucher, sauter. Il ne paraît pas qu'on puisse séparer ainsi tumer et tumber ; dans l'ancienne langue c'est tumer seul qu'on trouve, avec le double sens de tomber et de sauter. Plus tard, les deux se disent, et enfin tumber exclut absolument tumer, qui est resté dans quelques patois. Or tumer, par l'intercalation d'un b à coté de l'm, a pu facilement devenir tumber ; mais tumber n'a pu également devenir tumer ; c'est en effet l'ordre que l'historique présente : il faut donc admettre que la source de notre verbe est dans la seconde étymologie indiquée par Diez, qui l'a été aussi par Pott.

tomber

TOMBER. v. intr. Perdre son équilibre, être renversé, abattu. Tomber lourdement. Tomber à la renverse. Tomber de son haut, de toute sa hauteur. Tomber sur les genoux. Tomber à terre, par terre. Tomber dans l'eau. Tomber tout à plat, tout de son long. Tomber d'une fenêtre, par la fenêtre. Tomber de cheval. Tomber dans un fossé. Il tomba percé de coups. Il a failli tomber. Il a voulu courir et il est tombé. Elle releva son enfant qui était tombé.

Tomber raide mort, tomber mort, Mourir tout d'un coup en tombant.

Tomber aux pieds, aux genoux de quelqu'un, S'y jeter. Il signifie, au figuré, S'abaisser devant lui aux plus humbles supplications.

Fig., Tomber de son haut, Être extrêmement surpris de quelque chose. Quand je vois cela, je tombe de mon haut. On dit de même : Les bras m'en tombent, m'en sont tombés, Ma surprise fut si grande que je demeurai comme paralysé.

Fig. et fam., Cet homme est tombé les quatre fers en l'air, Il est tombé à la renverse.

Fig., Tomber du ciel, Survenir à l'improviste. Cet homme est tombé du ciel pour nous venir en aide. Ce secours nous est tombé du ciel.

Fig. et fam., Tomber des nues. Voyez NUE.

TOMBER se dit aussi des Choses et signifie Être entraîné de haut en bas par son poids. Il a laissé tomber sa montre. La chaise tomba par terre. Ce vase est tombé et s'est cassé. Le fil qui les tenait s'étant cassé, les perles tombèrent à terre. Le brouillard tombe. Le tonnerre est tombé. La pluie, la neige, la grêle tombe. Impersonnellement, Il tombe de la pluie, de la neige, de la grêle.

Cet édifice tombe en ruines, Il est dans un tel état de vétusté, de délabrement qu'il en tombe de temps en temps quelque partie.

TOMBER se dit aussi d'une Chose qui étant suspendue, retenue d'un côté tend vers le bas de l'autre côté. Sa robe tombe bien. Ses cheveux tombaient sur ses épaules.

Fig., Laisser tomber sur quelqu'un un regard de pitié, de dédain, etc., Le regarder avec pitié, avec dédain, etc.

TOMBER signifie aussi Se détacher. Toutes ses dents sont tombées. Ses cheveux tombent. Ce fruit est tombé. Les feuilles commencent à tomber. Fig., Mes illusions sont tombées une à une.

Faire tomber la tête de quelqu'un, Le décapiter. Sa tête tomba sur l'échafaud.

Fig., Faire tomber les armes des mains, Fléchir quelqu'un, l'apaiser. Les soumissions de ses ennemis lui firent tomber les armes des mains.

Fig., Faire tomber la plume des mains, Décourager quelqu'un, le dégoûter d'écrire, faire qu'il s'interrompe tandis qu'il écrit. Cette funeste nouvelle m'a fait tomber la plume des mains.

TOMBER s'emploie aussi figurément et signifie Se jeter, se précipiter, fondre sur quelqu'un, sur quelque chose, le charger, l'attaquer vigoureusement. Il tomba sur lui avec fureur et le frappa. Ils sont tombés l'un sur l'autre avec impétuosité, à bras raccourcis. Les ennemis, qui étaient en embuscade, tombèrent sur la patrouille. Six vaisseaux de guerre tombèrent tout à coup sur une flotte de navires marchands.

Fig. et fam., Tomber sur quelqu'un, Dire de quelqu'un des choses dures et désobligeantes, soit en sa présence, soit en son absence.

Fig., Tomber sur un passage, sur un vers, sur un mot, etc., Le rencontrer par hasard dans un livre. En ouvrant le livre, je suis tombé sur le passage que je cherchais.

Fig., Tomber bien, Arriver au bon moment, rencontrer heureusement. Vous tombez bien : j'ai justement quelque chose à vous dire.

Fig. et fam., Tomber sur les bras de quelqu'un, Se trouver inopinément à sa charge.

TOMBER signifie encore Se trouver fortuitement, subitement dans une situation désavantageuse, dans une position fâcheuse. Tomber entre les mains des ennemis, au pouvoir de l'ennemi. Tomber dans une embuscade, dans un piège. Ces navires marchands tombèrent dans une flotte de vaisseaux ennemis. Il tomba au milieu de gens qui lui étaient inconnus.

Fig., Tomber sous la main de quelqu'un, Se trouver sous sa dépendance, à portée de sa colère, de son ressentiment. S'il tombe jamais sous ma main, il se repentira de m'avoir offensé.

Fig., Tomber de Charybde en Scylla, En voulant éviter un mal, tomber dans un autre.

Cela n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, Ce propos a été compris par celui qui l'a entendu et qui en fera son profit.

Cela m'est tombé sous les yeux, Je l'ai vu par hasard.

TOMBER se dit aussi des Choses qui se trouvent fortuitement, sans qu'on les cherche. Si, en rangeant votre bibliothèque, ce volume vous tombe sous la main, je vous prie de le mettre à part.

Il se dit encore en parlant d'un État physique ou moral, le plus souvent fâcheux, où l'on se trouve plus ou moins brusquement. Tomber en défaillance. Tomber en démence. Tomber en syncope. Tomber en pâmoison. Tomber en langueur. Tomber en enfance. Tomber en léthargie. Tomber dans l'erreur. Tomber dans la contradiction. Tomber dans le ridicule.

Tomber amoureux, Devenir amoureux.

Tomber malade, Devenir malade.

Tomber du haut mal, Avoir une crise d'épilepsie.

Tomber de faiblesse, tomber d'inanition, Être dans une extrême faiblesse, être près de se trouver mal, faute de nourriture. Tomber de sommeil, Avoir un besoin extrême de dormir.

Tomber dans la misère, dans le malheur, Devenir pauvre, malheureux. Tomber dans le mépris, Devenir un objet de mépris. Tomber en disgrâce, N'être plus dans les bonnes grâces de quelqu'un, n'avoir plus de part à sa bienveillance, à sa faveur. Faire tomber quelqu'un en confusion, Lui faire éprouver, lui causer une grande confusion.

Fam., Tomber dans la dévotion, Devenir dévot.

Dans le langage religieux, Tomber dans l'aveuglement, dans l'endurcissement, Devenir insensible aux vérités de la religion. Tomber dans le péché, Commettre une faute, céder au péché.

On dit aussi absolument, en termes de l'Écriture : Tomber, Pécher. Le juste tombe sept fois le jour.

TOMBER signifie aussi Dégénérer, descendre, se laisser aller à quelque chose de blâmable. Cet auteur prétend au sublime et tombe souvent dans le galimatias. Tomber dans l'affectation, dans le précieux. Ce peintre tombe quelquefois dans le maniérisme.

Il se dit aussi des Choses qui passent de l'état où elles étaient dans un état défavorable. Tomber en désuétude. Cela est tombé dans l'oubli.

Tomber à rien, Se réduire à très peu de chose. Toute sa fortune est tombée à rien.

Cette maison est tombée en quenouille, Il n'en reste que des filles. Cette couronne, cette souveraineté tombe en quenouille, Les filles en peuvent hériter au défaut des mâles.

Tomber en putréfaction, en pourriture, Se pourrir. Tomber en poussière, Se réduire en poussière.

TOMBER signifie également Déchoir de réputation, de crédit, perdre de sa vogue. Ce livre a eu d'abord quelque succès, mais il est tombé. Cet homme n'a pas été longtemps en crédit, il est bientôt tombé. Ces fabriques, ces manufactures sont tombées. Cette mode commence à tomber.

Ces études sont tombées, On les néglige beaucoup aujourd'hui.

Son goût pour les tableaux, pour la musique est bien tombé, Il s'est bien affaibli.

TOMBER signifie également Succomber, périr, s'anéantir. Il est tombé sur le champ de bataille. Ilion tomba sous les efforts des Grecs. On vit ces empires tomber les uns après les autres. Avec lui tomba la puissance de son favori.

Le ministère est tombé, Il a été mis en minorité, il est obligé de quitter le pouvoir.

TOMBER signifie encore, surtout en parlant d'Ouvrages dramatiques, Ne pas réussir. Cette pièce est tombée à la première représentation; elle est tombée à plat.

Il signifie pareillement Cesser, discontinuer. Le vent est tombé. Ce grand courage a tombé tout à coup. Laissez tomber tous ces bruits, tous ces mauvais propos. Cette calomnie tombera d'elle-même. La fièvre est tombée.

Le jour tombe, La nuit approche.

Il faut laisser tomber cela, Il faut, pour empêcher qu'on n'y fasse attention, paraître n'y pas faire attention soi-même.

Laisser tomber la conversation, Ne pas l'entretenir, ne pas l'alimenter.

Sa voix tombe, Sa voix faiblit. Il ne faut pas laisser tomber sa voix à la fin des phrases.

TOMBER signifie également Se porter sur, atteindre, frapper. Les coups tombaient sur lui. Le soupçon tomba sur lui. Il cherchait à faire tomber les soupçons sur cette personne. Un grand malheur est tombé sur elle. Sa colère tomba sur ceux qui l'entouraient.

Faire tomber la conversation sur quelque sujet, L'y amener. On dit de même : L'entretien tomba sur un tel.

TOMBER signifie encore Échoir. Cette terre est tombée en partage au cadet. Cela est tombé dans son lot. Cela est tombé en de bonnes mains, en bonnes mains.

Cet ouvrage est tombé dans le domaine public, Il a cessé d'être une propriété privée.

Ce document, cet écrit est tombé entre mes mains, le hasard l'a fait tomber entre mes mains, C'est à une circonstance fortuite que je dois la possession, la connaissance de ce document, de cet écrit. Il m'est tombé entre les mains une pièce fort curieuse.

Les biens de cette maison sont tombés dans telle autre par un mariage, Ils y sont passés.

Le sort tomba sur lui, Ce fut lui que le sort désigna.

TOMBER sert encore, dans certaines locutions, à marquer Jonction, coïncidence, rapport, tant au sens physique qu'au sens moral. Ce chemin tombe dans tel autre, cette rivière tombe dans telle autre, Ce chemin aboutit à tel autre, cette rivière se décharge dans telle autre. La rue Saint-Benoît tombe dans la rue Jacob.

Cette fête tombe un jeudi, Elle a lieu un jeudi.

Faire tomber les pages les unes sur les autres en imprimant, Faire que les pages imprimées sur l'un des côtés d'une feuille répondent exactement à celles qui sont imprimées sur l'autre côté.

Tomber d'accord avec quelqu'un, Convenir avec lui. On dit aussi simplement : Tomber d'accord, Avouer, convenir que. Je tombe d'accord que cela est ainsi. Je ne conteste point ce que vous dites, j'en tombe d'accord.

Cela tombe sous le sens se dit d'une Chose claire, évidente.

Le participe passé TOMBÉ s'emploie adjectivement. Un auteur tombé, Un auteur dramatique dont la pièce a été sifflée.

tomber

Tomber, Plusieurs escrivent Tumber, et semble qu'il vient de Titubare, en ostant la premiere syllabe, Ruere, Concidere, Collabi, Decidere, Prolabi, Delabi, cerchez le mot Cheoir.

Tomber de haut, Alte cadere, B. ex Cic.

Tomber du ciel, Delabi de caelo, vel e caelo.

Tomber d'aventure en quelque chose, Incidere.

Cheoir et tomber petit à petit, Praelabi, Perlabi.

Tomber et cheoir dessous, Succumbere.

Cheoir et tomber à terre, Procidere, Succidere, Defluere ad terram.

Qui chet, et tombe, Prociduus.

Ce fleuve là tombe au Rhein, Defluit ille fluuius in Rhenum.

Commencer à tomber, Labascere.

Les larmes tombent des yeux, Descendunt ex oculis lachrymae.

Tout tombera sur toy, In te summa rerum recidet, B. ex Terent.

En la fin tout tombera sur luy, Omnis illa inclinatio in eum incumbet, B. ex Cic.

¶ Tomber en un danger, In periculum venire.

Tomber en arrogance, Offendere in arrogantiam.

Tomber en grand tourment, In cruciatum venire.

Tomber en procez pour avoir fait plaisir à autruy, In benignitate ciuilique officio reperire negotium, Bud.

S'ils tomboyent en cet inconvenient, Si in eum casum deducerentur.

Tomber en maladie, Cadere in morbum, In morbos incurrere, Noxam contrahere.

Tomber és embusches, Praecipitari in insidias.

Tomber en la male grace d'aucun, Cadere in offensionem alicuius.

Tomber entre les mains des espies et guetteurs, Deuenire in insidias.

Venir et tomber entre les mains du vainqueur, Deuenire in victoris manus.

Qu'elle ne tombast entre ses mains, Ne in illius manus perueniret.

Tomber sous la puissance d'aucun, In potestatem alicuius venire.

Ils sont plusieurs autres, mais ils tombent ou eschappent de ma memoire, Plures alij, sed mea memoria dilabuntur.

Je tombay sur ce propos, de dire que, etc. Veni in eum sermonem, vt, etc. vel, In eum sermonem incidi.

Je suis en sueur de crainte que j'ay où veulent tomber toutes ces belles paroles, Haec blanda dicta quo eueniant, madeo metu.

Je ne sçay où tu veux tomber, Quo euadas, nescio.

Je crain fort où tombera ceci, Quorsum istud accidat, timeo valde.

Voir où la chose tombe, Rem inclinatam cernere, Bud. ex Liu.

Republique qui chet ou tombe en ruine, et se perd, Occidens respublica.

Qui aisément tombe en quelque vice, Opportunus alicui vitio.

Qui vouloyent faire tomber la commission de remener le Roy entre les mains d'un autre que és tiennes, Qui a te causam regiam alio transferebant.

¶ Quand quelque chose chet et tombe, Procidentia.

Tombé, Lapsus.

Tombé là, Huc prolapsus.

tomber


TOMBER, v. n. [Tonbé: 1re lon. 2e é fer.] 1°. Être porté de haut en bâs par son propre poids. Il se dit des persones et des chôses. "Il est tombé de son haut; à la renverse, à terre; sur les genoux; de cheval, d'une fenêtre, dans un fôssé, dans un précipice, etc. = Bâtiment qui tombe de vieillesse; qui tombe en ruine. "La maladie lui a fait tomber les cheveux: toutes les dents lui sont tombées. "La pluie, le brouillard, le serein, la neige, la grêle tombe. "Le tonerre est tombé, etc. = Il est quelque-fois impersonel: il tombe de la pluie, de la grêle, de l'eau. = Il régit des adjectifs et des participes: Tomber malade: il est tombé roide mort; et plusieurs prépositions;tomber de faiblesse, d'inanition; tomber dans une maladie; dans le crime, dans le péché;dans le mépris, dans la disgrâce. Tomber en défaillance, en syncope, en démence, en délire, en enfance, en apoplexie , en pauvreté, en disgrace, en faûte, etc. = Tomber, fondre sur. "Oiseau qui tombe sur une perdrix. Tomber sur les énemis. Tomber sur quelqu'un; lui tomber rudement sur le corps, etc. = Il s'unit à plusieurs autres noms, pour former avec eux des expressions proverbiales, qu'on trouvera en cherchant les noms avec lesquels il s'associe. Voy. Accord, Brâs, Friperie, Main, Nûe, Plume, Quenouille, etc. etc. = 2°. Échoir: "La maison lui est tombée en partage. "Le sort est tombé sur lui. "Les biens de cette maison sont tombés dans la vôtre. "Cela m'est tombé entre les mains. "Cela est tombé en de bones mains. "Le discours vint à tomber sur les afaires présentes. Faire tomber la conversation sur un sujet qu'on a en vûe. "Une chôse qui tombe dans l'esprit: "Cela ne tombe pas sous le sens comun; est contraire au bon sens. "Chôse, qui tombe sous les sens; qui est sensible. = 3°. Aboutir: "Chemin, rivière, qui tombe dans un ou une aûtre. = 4°. Cesser, discontinuer. "Le vent est tombé: la conversation tombe. = 5°. Être pendant: "ses cheveux lui tombaient sur les épaules. = 6°. Déchoir de réputation. "Ce livre a eu dabord quelque succês: mais il est tombé. "Cet homme est bien tombé dans l'esprit du Public. = 7°. Être afaibli de corps et d'esprit. "C'est un homme qui tombe, qui est tombé. "On s'apercevoit qu'il tomboit. Lett. Édif.
   REM. Tomber prend, dans ses tems composés, l'auxiliaire être: Je suis tombé: il était tombé. Cependant quelques Écrivains par distraction, ou par un goût particulier, l'associent au verbe avoir. "Sa pièce avoit tombé. Ann. Litt. "Dans un endroit où le tonerre avoit tombé. D. L. H. "La foûdre, qui avoit tombé prês de lui. Id. "Quelques maisons ayant tombé. TARGE. "Ce fut le premier vaisseau de guerre, qui eut encôre tombé au pouvoir des Espagnols. Hist. des Tud.
   Par le fer et le feu leur puissance établie,
   Eut-elle avec le tems tombé de toutes parts.
       Jeanne de Naples.
"On ne dit pas,  j'ai tombé, mais, je suis tombé. Par conséquent il fallait: fut-elle tombée, et non, eut-elle tombé: mais le vers eut été trop long. Journ. de Mons. = Fontenelle avait dit dans un de ses ouvrages: la pluie avoit tombé. On le consulta, dans une séance de l'Académie, sur cette phrâse, sans lui dire d'où on l'avait tirée. Il la fronda merveilleusement; et quand on lui montra la page et la ligne où elle était; point d'autre réponse, dit l'Abé d'Olivet, que celle d'un galant homme qui reconoit ses fautes sans biaiser. = Tomber, actif, est un gasconisme. "J'ai tombé mon livre, mon éventail, etc. Il faut dire: j'ai laissé tomber. = Aûtrefois on disait tumber, et on le dit encôre en quelques Provinces. — Dans d'aûtres, on dit, se tomber: je me suis tombé. = l'Abé Poulle fait régir à tomber la prép. à: "L'autorité tombée à des âmes vulgaires, etc. Outre la singularité du régime, remarquez le participe tombé, employé adjectivement. = On dit, tomber sur, ataquer, fraper. Rollin dit, en ce sens, tomber contre, ce qui n'est pas aussi usité, ni aussi conforme à l'analogie. "Il menaçoit de tomber avec toutes ses forces contre (sur) quiconque refuseroit d'entrer dans cet accord. Hist. Anc. = Tomber en, pour dégénérer, est une aûtre expression vicieûse: elle est du P. Rapin. "Afin que la simplicité ne tombe point en bêtise, ni l'industrie en finesse. = L'usage ordinaire est de dire: tomber entre les mains, et non pas, aux mains de. VOITURE dit: en vos mains; et VOLTAIRE: dans leurs mains. — Ce n'est qu'au propre, qu'on peut dire d'une chôse de peu de volume: elle m'est tombée dans la main; ou, dans un aûtre sens, sous la main. C' est le premier de ces saints Auteurs, qui m'est tombé sous la main. BOSS. = M. de Royaumont, c. à. d. M. de Sucy, dit: après qu'on a long-tems méprisé sa miséricorde, on tombe enfin dans la sévérité de sa justice. Cette expression n'est pas fort bone, dit Bouhours; et il aurait mieux valu dire simplement, on éprouve la sévérité de sa justice; ou, selon le langage de l'Écriture, on tombe entre les mains de sa justice. = BOSS. dit, tomber dans un sens. "Il veut exclurre un certain sens, où il supôse qu'on pourroit tomber. Cette expression a vieilli. On dit bien, dans le style familier, tomber dans le sens, ou le sentiment de quelqu'un; mais c'est aûtre chôse; et cela veut dire, être de même avis que lui. Être bien tombé; arriver à propôs.
   Ridicule jamais ne fut si bien daubé;
   Et vous êtes, pour rire, on ne peut mieux tombé.
       PIRON, Métrom.

Synonymes et Contraires

tomber

verbe intransitif tomber
4.  Coïncider avec tel jour, etc.
5.  Arriver à l'improviste.
6.  Se précipiter sur quelqu'un.
7.  Atteindre par hasard.

tomber

verbe transitif tomber
Vaincre quelqu'un à la lutte.
Traductions

tomber

fallen, abfallen, ausfallen, stürzenfall, drop, lapse, go downvallen, afvallen, neervallen, storten, verschieten, uitvallen, (doen) vallen, aanvallen, komen, uitkomen [krant], vallen (op) [datum], verschijnen, verzwakken, worden, vervallen, omvallen, rollenנפל (פ'), נשר (פ'), צנח (פ'), נָפַל, נָשַׁרafval, valcaurefaldefalicaer, caersepudotaesikpeleset, terpelesetfallacaderefallecair, desabar, ruir, tombarcădearamla, falladüşmekπέφτωcadere, capitare, cascare, piombare, precipitare, scendereيَقِعُpadatpasti落ちる추락하다spaśćпадатьหล่นngã落下秋天 (tɔ̃be)
verbe intransitif
1. être entraîné vers le sol, faire une chute tomber par terre tomber d'une échelle faire tomber qqch
2. se détacher feuilles qui tombent d'un arbre
3. devenir de façon soudaine tomber malade tomber amoureux
4. abandonner laisser tomber ses études
5. rencontrer qqn, trouver qqch par hasard
6. diminuer, perdre sa force Le vent tombe.
7. avoir lieu à une certaine date Noël tombe un mardi cette année.
8. avoir lieu au bonmauvais moment Tu tombes mal, je dois partir.
9. atteindre par hasard Les problèmes me tombent dessus !
10. se retrouver dans telle situation tomber en panne

tomber

[tɔ̃be]
vi
(par terre, d'un mur) → to fall
Attention, tu vas tomber! → Be careful, you'll fall!
tomber à l'eau → to fall in the water (fig) [projet] → to fall through
tomber de fatigue → to drop from exhaustion
tomber de sommeil → to be asleep on one's feet
Il tombe de sommeil → He's asleep on his feet.
(dans un certain état) tomber en panne → to break down
tomber en ruine → to fall into ruins
tomber enceinte → to get pregnant, to fall pregnant
(= survenir) ça tombe bien → that's good timing
ça tombe mal → that's bad timing
il est bien tombé → he's been lucky
il est mal tombé → he's been unlucky
tomber juste [opération, calcul] → to come out right
laisser tomber (= lâcher) → to drop
Elle a laissé tomber son stylo → She dropped her pen. (= renoncer à) → to give up
Il a laissé tomber le piano → He gave up the piano. (= faire faux bond à) → to let down
Il ne laisse jamais tomber ses amis → He never lets his friends down.
laisse tomber → drop it
Laisse tomber, il n'acceptera jamais → Drop it, he'll never agree.
tomber sur [+ difficulté] → to come across
tomber sur quelqu'un [+ ami, connaissance] → to bump into someone
Je suis tombé sur lui en sortant de chez Pierre → I bumped into him coming out of Pierre's place. (= attaquer) [+ personne] → to set about
vt
tomber la veste → to slip off one's jacket