tonture

tonture

n.f.
Action de tondre le drap.

TONTURE

(ton-tu-r') s. f.
Poil que l'on tond sur les draps.
Seront lesdits draps tondus de bien près, et les tondeurs et apprêteurs leur donneront tous les apprêts et toutes les tontures nécessaires [, Réglem. des manuf. 22 oct. 1697]
Terme d'horticulture. Branches et feuilles que l'on coupe aux palissades, aux bordures.
Action de tondre un gazon. Le foin que cette opération produit.
Terme de marine. Courbure des ponts d'un navire et de son bordage extérieur, dans le sens de la longueur, les extrémités se relevant plus ou moins, relativement au milieu.
Comme l'Étoile tirait beaucoup plus d'eau de l'arrière que de l'avant, nous la mîmes rapidement en tonture [BOUGAINVILLE, Voy. t. I, p. 164]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Lesdiz boys, la proprieté et la tonture d'iceulx [, Bibl. des ch. 5e série, t. I, p. 79]

ÉTYMOLOGIE

  • Tonte.

tonture

TONTURE. s. f. Il se dit tant Du poil que l'on tond sur les draps, que Des branches et des feuilles que l'on coupe, que l'on taille aux palissades, aux bordures de buis, etc. La tonture des draps. La tonture d'une palissade.