torché, ée

TORCHÉ, ÉE

(tor-ché, chée) part. passé de torcher
L'enfant torché par sa nourrice. Familièrement et fig. Un homme mal torché, mal habillé. Cela est mal torché, est torché à la diable, cela est fait grossièrement. Bien torché, bien fait en parlant d'œuvre de peinture.
Sa mine est bien torchée (passez-moi ce mot, il est de l'art), largement peinte, et d'un faire très ragoûtant [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 352, dans POUGENS]