tore

(Mot repris de tores)

tore

n.m. [ du lat. torus, renflement ]
En architecture, grosse moulure pleine, de profil arrondi.

TORE

(to-r') s. m.
Terme d'architecture. Moulure ronde à la base des colonnes. Tore supérieur, le plus mince d'une base attique ou corinthienne. Tore inférieur, le plus épais de la même base. Les autres bases n'ont qu'un seul tore. Tore corrompu, celui dont le profil a la forme d'un demi-cœur. Ornement en rond sur une pièce de canon.
Terme de géométrie. Surface engendrée par la révolution d'un cercle autour d'une droite située dans son plan et ne passant pas par son centre.
Terme de botanique. Réceptacle cylindrique de certains fruits.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. torus, partie saillante, du grec, instrument à ciseler, du grec, percer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TORE.
    Ajoutez :
    On peut assimiler les globes fulminants chargés d'électricité à des volants détachés ou à des tores de matière raréfiée, animés d'un vitesse prodigieuse, au point de produire de la chaleur et de la lumière [H. DE PARVILLE, Journ. offic. 3 août 1876, p. 5870, 1re col.]

tore

TORE. n. m. T. de Géométrie. Surface fermée en forme d'anneau.

Il se dit aussi, en termes d'Architecture, d'une Moulure ronde, faisant ordinairement partie de la base des colonnes.

tôre


TôRE, s. m. [1re lon. 2ee muet.] Grôs anneau employé dans les bâses des colonnes; autrement, grôsse astragale.

Traductions

tore

toro

tore

tori