touage

(Mot repris de touages)

touage

n.m.
Remorquage de bateaux à l'aide d'un toueur.

TOUAGE

(tou-a-j') s. m.
Terme de navigation. Action de touer.
Il existe [sur la haute Seine], pour le remorquage des bateaux, un touage à la vapeur, avec chaîne noyée, sur une étendue de 7000 mètres, comprise entre le pont des Tournelles et le Port-à-l'Anglais [E. GRANGEZ, Voies navigables de France, p. 618]
Prix payé par le navire que l'on toue.
Ne seront aussi tenus [les assureurs] des pilotages, touages, lamanages, des droits de congé, visite.... [, Ordonn. août 1681]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et font charte partie, thouage et petit lodmanage [, Rooles d'Oleron, art. 13, dans JAL]

ÉTYMOLOGIE

  • Touer.

touage

TOUAGE. n. m. T. de Marine. Action de touer ou Résultat de cette action.

touage


TOUAGE, s. m. TOûE, s. f. TOUER, v. act. [Tou-age, toû-e, tou-é: 1re lon. au 2d; 2e e muet au 2d, é fer. au 3e.] Touer, c'est faire avancer un navire, en tirant un câble, ataché au rivage; au lieu qu'on remorque au moyen d'un bâtiment à rames. "Touer un vaisseau: "Nous fumes obligés de nous touer. = Touage ou Toûe est l'action de touer ou l'éfet de cette action. "Le touage du vaisseau avait fatigué tout le monde. "Il falut ramener le vaisseau à la toûe. = Toûe est aussi le nom de certains bateaux comuns sur les rivières, et sur-tout sur la Loire.