touaille

TOUAILLE

(tou-â-ll', ll mouillées, et non tou-â-ye) s. f.
Linge suspendu à un rouleau, qui sert à s'essuyer les mains après qu'on les a lavées.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Deus bassins d'or en ses mains [il] prent, Une toaile à son col pent [, Lai del Desiré]
    Il sembloit que toute la mer, tant comme l'en pooit veoir à l'ueil, feust couverte de touailles des voiles des vessiaus [JOINV., 213]
  • XVe s.
    Et fut depuis plus d'un mois que du bras il ne se pouvoit aider, et le portoit en escharpe en une touaille [FROISS., II, III, 43]
    En chambre après les grans mangers, Touailles blanches sans reprouche, à quoy on essura sa bouche, Quant le dragoir yert [sera] descouvert [E. DESCH., Poésies mss. f° 497]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. toalha ; catal. tovalla ; espagn. toalla ; portug. toalha ; ital. tovaglia ; bas-lat. toacula ; de l'anc. haut-allem. duhailla ; moy. haut-allem. twehele ; angl. towel ; de l'anc. hautallem. duahan ; goth. thvahan, laver.

touaille

TOUAILLE. s. f. Linge pendu sur un rouleau auprès d'un lieu où l'on se lave les mains, et qui sert à les essuyer.

touaille

Touaille à mains, Mantile.

touâille


TOUâILLE, s. f. [Touâ-glie: 1re lon. 2e e muet: mouillez les ll.] Linge, qu'on pend sur un rouleau auprès d'un lieu, où l' on se lave les mains, et qui sert à les essuyer.