toupiller

(Mot repris de toupilles)

toupiller

v.t.
Travailler le bois à la toupie.

TOUPILLER

(tou-pi-llé, ll mouillées, et non tou-pi-yé) v. n.
Tournoyer comme une toupie (sens propre qui n'est pas usité).
Fig. et familièrement, en parlant des personnes, ne faire qu'aller et venir dans une maison.
Je vas, je viens, je toupille, et, sitôt que je m'assieds, mes pauvres jambes.... [BEAUMARCH., Barb. de Sév. III, 4]
Il se conjugue avec avoir. Richelet écrit toupier.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Par une main le prist, puis le fu toupians Trois tours environ lui ; au quart le fu getans Encontre un dur pilier [, Baud. de Seb. VII, 694]
  • XVe s.
    Il est à toupier à l'entour du buisson [, Hist. de la Toison d'or, t. II, f° 214, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Ce n'est pas topier le fuseau dans les doigts Qu'avoir le glaive en main.... [, Myst. du siege d'Orleans, Append. p. 794]

ÉTYMOLOGIE

  • Toupier vient de toupie, et toupiller de toupil (voy. TOUPIE). En Normandie, on dit toupiner, de toupin.

toupiller

TOUPILLER. v. intr. Tournoyer comme une toupie; il n'est usité qu'en parlant des Personnes qui vont et viennent dans une maison sans savoir pourquoi. Elle ne fait que toupiller. Il est familier et peu usité.