tourné, ée

TOURNÉ, ÉE

(tour-né, née) part. passé de tourner
Travaillé avec le tour.
Elle [Catherine II] envoya M. le prince de Kostouski présenter de sa part à M. de Voltaire.... une boîte tournée de sa main même, ornée de son portrait et de vingt diamants [VOLT., Comm. Œuv. aut. Henr.]
Fig. et familièrement. Bien tourné, mal tourné, bien fait, mal fait, en parlant du corps.
Mille gens bien tournés s'offrirent à mes yeux, Qui de me plaire tous prirent un soin extrême [LA FONT., Florent. I, 8]
C'est aux gens mal tournés, aux mérites vulgaires, à brûler constamment pour des beautés sévères [MOL., Mis. III, 1]
Ses pieds n'étaient pas petits, mais bien tournés [HAMILT., Gram. 4]
Mon garçon, tu me parais assez bien tourné, lui dit l'officier ; si tu veux entrer dans ma compagnie, je te donnerai un bon engagement [VOLT., Jeannot et Colin.]
Fig. Il se dit, en un sens analogue, de la disposition de l'esprit.
Quoi ! dira-t-on d'abord, un ver, une fourmi, Un taureau qui rumine, une chèvre qui broute, Ont l'esprit mieux tourné que n'a l'homme ?... [BOILEAU, Sat. VIII]
Fig. Un esprit mal tourné, un esprit qui prend les choses de travers.
C'était un prince faible, un esprit mal tourné [CORN., Pulch. II, 2]
Fig. Bien, mal tourné se dit aussi des œuvres de l'esprit, discours, vers, etc.
J'ajoute ici, malgré sa disgrâce [de Pertharite] que les sentiments en sont assez vifs et nobles, les vers assez bien tournés [CORN., Perthar. Exam.]
Voilà un compliment fort mal tourné [MOL., Mar. forcé, 16]
Il me dit mille amitiés fort jolies, fort bien tournées [SÉV., 612]
J'ai admiré toutes les pensées qui vous viennent, et comme cela est tourné, et juste sur ce qu'on vous écrit [ID., à Mme de Grignan, 3 janv. 1689]
Quoi ! cette période n'a pas ses mesures, ce raisonnement n'est pas dans son jour, cette comparaison n'est pas bien tournée ? [BOSSUET, Excuses des pécheurs, 3]
J'écrivis à Margency une lettre de remerciement tournée avec toute l'honnêteté possible [J. J. ROUSS., Confess. x]
À quoi on a fait faire un tour. Un feuillet tourné. Une page tournée. Avant d'avoir emprunté aux Italiens le mot verso, on disait feuillet tourné pour folio verso.
Ce passage se trouve dans les Antiquités françaises, feuillet 225 tourné [LEGOARANT, ]
À peine eut-il le dos tourné, à peine fut-il parti. à peine eut-il le dos tourné, qu'on se mit à rire. Yeux tournés, yeux qui ont subi une convulsion.
Prêt d'expirer de douleur et de faim, Les yeux tournés, et plus froid que ma pièce [VOLT., Pauvre diable.]
Dirigé vers.
Et la France a les destinées Pour elles tellement tournées Contre les vents séditieux. [MALH., III, 2]
Ses yeux toujours tournés vers votre appartement [RAC., Bérén. IV, 7]
On ensevelit ici les morts le visage tourné à l'occident [VOLT., le Blanc et le Noir.]
Quatre doigts épais, nerveux, tournés deux en avant, deux en arrière [BUFF., Ois. t. XIII, p. 4]
Le temple [Parthénon], construit par les soins de Périclès.... sur le rocher même qu'on avait aplani, est tourné vers l'orient [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 61]
Fig. et familièrement. Avoir le nez tourné à, avoir chance de.
Je n'ai pas le nez tourné à être prophète en mon pays [VOLT., Comm. Œuv. aut. Henr.]
Une maison bien ou mal tournée, qui est dans une bonne ou une mauvaise exposition. On dit de même : cet appartement, cette chambre est bien tournée, est mal tournée. Bien tournée, se dit d'une église qui, conformément aux canons, a son portail vers l'occident et son maître-autel vers l'orient. Terme de blason. Croissant tourné, dont les pointes ou cornes regardent le côté dextre de l'écu.
Arrangé, disposé.
Vous serez très bien logée dans mon appartement, et moi très bien aussi ; je vous conterai comme tout cela est tourné joliment [SÉV., 4 mai 1672]
[Il] Approuve l'escalier, tourné d'autre façon [BOILEAU, Art p. IV]
Fig.
Mais à d'autres revers ma fortune est tournée [RÉGNIER, Sat. X]
Il ne sera pas au pouvoir du temps de lui ôter [à Mme de la Fayette] l'ennui de cette privation [M. de la Rochefoucauld mort] ; sa vie est tournée d'une manière qu'elle le trouvera tous les jours à dire [SÉV., 17 mars 1680]
Les monuments n'admettent que des choses révolues et tournées à l'état d'histoire [TH. GAUTIER, Hist. de l'art en France, I, 94]
Fig. Moralement incliné vers, adonné à, livré à.
Votre frère est tout à fait tourné du côté de la dévotion [SÉV., 27 déc. 1684]
Son esprit [du comte d'Estrées] est tout noble et si fort tourné sur les sciences et sur ce qui s'appelle les belles-lettres... [ID., 20 nov. 1689]
Un roi entièrement tourné à la guerre voudrait toujours la faire [FÉN., Tél. v.]
Elle a de l'esprit en diable et tourné à la malice [LETOURNEUR, Trad. de Cl. Harlowe, Lett. 117]
Être tourné à, avoir des dispositions pour.
Pour [devenir] un grand homme, aucun d'eux [des enfants de Luxembourg] n'y était tourné [SAINT-SIMON, 26, 42]
Tête tournée, esprit affolé.
Nos Parisiens ont aujourd'hui la tête tournée du roi de Prusse [D'ALEMB., Lett. à Volt. 11 janv. 1758]
Fig. Il se dit des volontés qui changent.
Et cette volonté pour un autre tournée Vous peut-elle obéir après la foi donnée ? [CORN., la Suiv. v, 9]
Les volontés n'étaient pas tournées ; il y a un temps pour tout [SÉV., 20 oct. 1680]
Tourné en, changé en.
Non, ce féroce amour est tourné tout en rage [VOLT., Orphel. v, 1]
Je suis réellement mort depuis qu'on m'a enlevé M. Turgot ; je vois mon pauvre pays désolé, mes Te Deum tournés en De profundis, mes nouveaux habitants dispersés [ID., Lett. d'Argental, 5 août 1776]
Les désirs tournés en habitude se nomment passions [CONDIL., Log. I, 8]
Se dit du fruit, des grains de raisin, lorsqu'ils commencent à changer de couleur et à s'approcher de la maturité. Des raisins déjà tournés.
Qui est devenu aigre. Du lait tourné. Vin tourné, vin devenu trouble, dont la couleur est altérée, dont le bouquet a disparu, et dont la saveur est devenue mauvaise.