tourne

tourne

n.f.
Suite d'un texte renvoyé d'une page à son verso.

TOURNE

(tour-n') s. f.
Être en tourne, se lit, au mail, quand on a passé la ligne des ais, vis-à-vis le tambour.
Étoile de mer.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le suppliant transporte par maniere d'eschange à Benoist trois mines de terre vecques un minot en plusieurs pieces, sans aucunes tournes [compensation] d'un cousté ne d'autre [DU CANGE, torna.]

ÉTYMOLOGIE

    Subst. verb. de tourner ; prov.et esp.torna.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TOURNE. Ajoutez :
    Nom, dans les Alpes, d'amas de grosses pierres rangées en façon de saillant d'un bastion.
    Derrière ces tournes, on provoquerait le retour de la végétation arborescente, en empêchant les chèvres de manger les jeunes pousses [VIOLLET-LE-DUC, le XIXe siècle, 10 sept. 1877, 3e page, 5e col.]

tourné

TOURNÉ, ÉE. participe Fig. et fam., Un homme bien tourné, Qui est bien fait, qui a bon air.

Fig., C'est un esprit mal tourné, se dit D'un homme qui prend ordinairement les choses de travers.

Cette maison est bien, est mal tournée, Elle est dans une bonne, dans une mauvaise exposition. On dit de même, Cet appartement, cette chambre est bien tournée, est mal tournée.

Traductions