tourner

(Mot repris de tourneraient)

tourner

v.t. [ du lat. tornare, façonner au tour ]
1. Changer d'orientation par un mouvement de rotation partielle : Elle a tourné son ordinateur perpendiculairement à la fenêtre elle l'a fait pivoter
2. Mettre qqch sur l'autre face : Tourner une page.
3. Imprimer à qqch un mouvement de rotation autour de son axe : Tourner la clef dans la serrure.
4. Façonner une poterie sur un tour, une pièce mécanique au tour.
5. Remuer un aliment, un liquide par un mouvement circulaire pour les mélanger : Tourner la salade, une sauce.
6. Procéder aux prises de vues d'un film ; interpréter un rôle dans un film : Elle a tourné ce documentaire en Espagne filmer il joue dans
7. Éviter un obstacle par un mouvement qui permet de le prendre à revers : L'attaquant a tourné la défense contourner
8. Éluder une difficulté, une loi : Ils ont réussi à tourner le règlement.
9. Examiner une question, une idée sous tous les angles : J'ai beau tourner et retourner le problème, je ne trouve pas de solution.
10. Faire apparaître qqch, qqn sous un aspect qui en modifie la nature, le caractère : Il a tourné ses défauts en qualités changer le ridiculiser
11. Formuler un énoncé de telle façon : Elle a bien tourné sa lettre.
Tourner la tête à qqn,
l'enivrer ou lui inspirer une passion violente.
Tourner le dos à qqch,
aller dans le sens opposé à qqch ; fig., y renoncer : Tourner le dos à ses ambitions.
Tourner le dos à qqn,
être placé de manière à lui présenter son dos ; s'éloigner brusquement de lui pour montrer son mécontentement ; fig., cesser toutes relations avec lui.
Tourner le sang ou les sangs à qqn,
Litt. lui causer une vive émotion.
v.i.
1. Se déplacer circulairement autour de qqch, de qqn pris pour centre : La Lune tourne autour de la Terre graviter planer, tournoyer [sout.]
2. Être animé d'un mouvement de rotation ; exécuter un mouvement en rond sur soi-même : La girouette tourne au gré du vent pivoter pirouetter, virevolter
3. (autour de) Avoir pour centre d'intérêt : Tout tourne autour du problème de la mondialisation se rapporter à
4. (autour de) Valoir approximativement : Les bénéfices tournent autour de deux millions d'euros ils avoisinent cette somme
5. (autour de) Avoir des intentions à l'égard de qqn, lui manifester de l'intérêt ; chercher à le séduire.
6. Changer de direction ; prendre une nouvelle orientation : La route tourne. Aux feux, tournez à droite obliquer, virer
7. Fam. Faire une tournée, des déplacements successifs : Le chansonnier tourne dans toute la Belgique.
8. Se succéder à tour de rôle dans une fonction pour assurer un service : Les infirmières tournent pour assurer les gardes alterner
9. Être en fonctionnement, en activité : Laissez le moteur tourner fonctionner
10. Évoluer vers tel état, de telle façon : Le temps tournera à l'orage. Le cambriolage a mal tourné il y a eu des victimes
11. En parlant du lait, cailler spontanément ; en parlant d'un liquide alimentaire, se décomposer, fermenter.
12. Faire partie de la distribution d'un film : Elle a tourné avec les plus grands réalisateurs jouer
Avoir la tête qui tourne,
avoir le vertige ; fig., se laisser griser par les honneurs, le succès.
La chance tourne,
la chance en favorise d'autres.
Tourner de l'œil,
Fam. s'évanouir.

se tourner

v.pr.
1. Changer de position pour se présenter face à : Elle s'est tournée vers l'assistance, vers la lumière.
2. En parlant des regards, s'orienter dans telle direction : Tous les yeux se sont tournés vers l'écran.
3. (vers) Faire appel à : Ils se sont tournés vers un avocat.
4. (vers) Porter son attention, son intérêt sur : Elle s'est tournée vers l'écologie s'engager dans

tourner


Participe passé: tourné
Gérondif: tournant

Indicatif présent
je tourne
tu tournes
il/elle tourne
nous tournons
vous tournez
ils/elles tournent
Passé simple
je tournai
tu tournas
il/elle tourna
nous tournâmes
vous tournâtes
ils/elles tournèrent
Imparfait
je tournais
tu tournais
il/elle tournait
nous tournions
vous tourniez
ils/elles tournaient
Futur
je tournerai
tu tourneras
il/elle tournera
nous tournerons
vous tournerez
ils/elles tourneront
Conditionnel présent
je tournerais
tu tournerais
il/elle tournerait
nous tournerions
vous tourneriez
ils/elles tourneraient
Subjonctif imparfait
je tournasse
tu tournasses
il/elle tournât
nous tournassions
vous tournassiez
ils/elles tournassent
Subjonctif présent
je tourne
tu tournes
il/elle tourne
nous tournions
vous tourniez
ils/elles tournent
Impératif
tourne (tu)
tournons (nous)
tournez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais tourné
tu avais tourné
il/elle avait tourné
nous avions tourné
vous aviez tourné
ils/elles avaient tourné
Futur antérieur
j'aurai tourné
tu auras tourné
il/elle aura tourné
nous aurons tourné
vous aurez tourné
ils/elles auront tourné
Passé composé
j'ai tourné
tu as tourné
il/elle a tourné
nous avons tourné
vous avez tourné
ils/elles ont tourné
Conditionnel passé
j'aurais tourné
tu aurais tourné
il/elle aurait tourné
nous aurions tourné
vous auriez tourné
ils/elles auraient tourné
Passé antérieur
j'eus tourné
tu eus tourné
il/elle eut tourné
nous eûmes tourné
vous eûtes tourné
ils/elles eurent tourné
Subjonctif passé
j'aie tourné
tu aies tourné
il/elle ait tourné
nous ayons tourné
vous ayez tourné
ils/elles aient tourné
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse tourné
tu eusses tourné
il/elle eût tourné
nous eussions tourné
vous eussiez tourné
ils/elles eussent tourné

TOURNER

(tour-né) v. a.

Résumé

Façonner au tour.
Fig. par comparaison avec la façon d'un tour, arranger d'une certaine manière les mots et les pensées.
Détacher en spirale l'écorce d'un fruit.
Mouvoir en rond, circulairement.
D'une façon plus générale, donner un mouvement qui tient du mouvement en rond.
Diriger vers.
Faire le tour de.
En termes de guerre, tourner l'ennemi.
Changer le côté, la situation d'une chose.
10° Fig. Donner une certaine direction, en parlant de choses morales.
11° Donner une certaine manière d'être, un certain aspect.
12° Tourner contre, rendre contraire à.
13° Disposer, arranger.
14° Changer.
15° Tourner le sang, causer une vive et pénible impression.
16° Traduire.
17° Agir sur la volonté.
18° Tourner quelqu'un dans tous les sens, de tous les côtés.
19° Examiner de tous les côtés.
20° Tourner une case.
21° V. n. Se mouvoir en rond.
22° Se mouvoir, être mû à droite ou à gauche par un mouvement qui a quelque chose du mouvement en rond.
23° Tourner, en termes de chasse.
24° Tourner, en termes de manége.
25° Tourner, en termes de peinture.
26° Changer de côté, de situation.
27° Se diriger vers.
28° Fig. Tourner vers, incliner vers, en parlant des choses morales.
29° Aller et venir.
30° Hésiter, balancer, essayer, tenter.
31° La tête lui tourne.
32° Fig. Dépendre essentiellement.
33° Changer.
34° Tourner en, se changer en.
35° Tourner à la mort.
36° Avoir une certaine issue.
37° S'altérer, prendre une mauvaise qualité.
38° Tourner au gras.
39° Se déformer, se déranger.
40° Tourner à, se dit d'une couleur qui incline vers une certaine nuance.
41° Prendre de la couleur, commencer à mûrir.
42° Pommer, en parlant des laitues.
43° Populairement, tourner de l'œil.
44° Impersonnellement, se dit, dans quelques jeux, de la carte qu'on découvre.
45° V. réfl. Se tourner, être mû en rond.
46° Se donner des mouvements qui tiennent du mouvement en rond.
47° Se diriger vers.
48° S'adresser à.
49° Prendre parti.
50° Se tourner contre, être contraire, lutter contre.
51° Avoir une certaine issue.
52° Se tourner à la mort.
53° Se tourner à, arriver à, par un certain revirement.
54° Se tourner en, se changer, passer d'un état à un autre.
55° Devenir autre.
56° S'égarer, en parlant de l'esprit.
57° Prendre une certaine tournure, une certaine manière.
Façonner au tour. Tourner l'ivoire, l'argent, le fer. Par extension.
Les Grecs ont tourné l'élégante colonne corinthienne avec son chapiteau de feuilles, sur le modèle du palmier [CHATEAUBR., Génie, III, I, 8]
Absolument. Un ouvrier qui tourne bien.
Fig. Par comparaison avec l'action du tour qui façonne, arranger d'une certaine manière les mots ou les pensées.
Quelques poëtes, qui avaient dans la tête des vers difficiles à tourner [SCARR., Rom. com. II, 1]
Vous tournerez cela, ma fille, beaucoup mieux que moi, et je suis persuadée que cette sollicitation fera un grand effet [SÉV., 570]
Philisbourg est pris, ma chère enfant, votre fils se porte bien ; je n'ai qu'à tourner cette phrase de tous côtés, car je ne veux point changer de discours ; vous apprendrez donc par ce billet que votre enfant se porte bien, et que Philisbourg est pris [ID., 475]
Je vous ai ouï dire que j'avais une manière de tourner les moindres choses [ID., à Mme de Grignan, 8 janv. 1674]
Pauline est trop heureuse, ma chère enfant, d'être votre secrétaire : elle apprend à penser, à tourner ses pensées, en voyant comme vous lui faites tourner les vôtres [ID., 1er juin 1689]
C'était un ouvrage assez difficile que de tourner la vérité, en de certains endroits, d'une manière qui la fît connaître, et qui ne fût pas néanmoins offensante ni désagréable à la princesse [LA FAY., Hist. Henr. d'Angl. Préf.]
Il [J. B. Rousseau] savait très bien tourner une épigramme licencieuse et une stance [VOLT., L. XIV, écrivains, Rousseau]
La correction du style est devenue d'une nécessité absolue ; on est obligé de tourner quelquefois un vers en plusieurs manières, avant de rencontrer la bonne [ID., Comm. Corn. Rem. Rodog. IV, 3]
J'ai dit souvent que la meilleure manière de juger les vers, c'est de les tourner en prose en les débarrassant seulement de la rime [ID., Mél. litt. à M. de Tressan.]
Boileau, correct auteur de libelles amers, Boileau, dit Marmontel, tourne assez bien un vers [GILB., le XVIIIe s.]
Comment, sans vous compromettre, Vous tourner un compliment ? [BÉRANG., Halte-là.]
Détacher en spirale l'écorce d'un fruit ou d'un légume. Tourner un citron. Tourner le pain, lui donner une forme arrondie. Tourner les têtes, faire et façonner les têtes d'épingles.
Mouvoir en rond, circulairement. Tourner une roue. Tourner la broche.
La Parque qui tournait ce précieux fuseau [ROTR., Bélis. II, 8]
J'opinerais qu'à cause de ces répétitions on le mît ici en la place de Sisyphe, et qu'on lui donnât cette grosse pierre à tourner et à retourner sans fin, comme il a fait ses sujets [FONT., Jug. de Plut.]
Tourner le sas, voy. SAS. Terme de marine. Tourner une manœuvre, la fixer par un ou plusieurs tours, sur un point fixe.
D'une façon plus générale, donner un mouvement qui tient du mouvement en rond.
Mais s'il [Apollon] eût dit : voyez quelle est votre conquête ; Je suis un jeune dieu, toujours beau, toujours frais ; Daphné, sur ma parole, aurait tourné la tête [FONTEN., Poés. div. Œuv. t. IV, p. 363, dans POUGENS]
J'ai vu ces chênes orgueilleux toucher le ciel de leur cime ; j'ai tourné la tête, et ils n'étaient plus [DIDER., Opin. des anc. philos. (Jésuite).]
Chaque bruit léger, chaque mouvement que j'entendais dans l'antichambre me faisait tourner la tête du côté de la porte [GENLIS, Mères riv. t. II, p. 63, dans POUGENS]
Tournez la main, aussi vite que quand on tourne la main.
Je suis prompte, mais, tournez la main, voilà qui est fini [GENLIS, Théâtre d'éduc. la Curieuse, III, 5]
Tourner tête, tourner visage, se tourner pour faire face. Les ennemis le poursuivaient, il tourna tête, et les obligea de reculer à leur tour.
Ces Numides, aussi bien que les Parthes, n'étaient jamais plus terribles que quand ils semblaient prendre la fuite par crainte et par lâcheté ; car, alors tournant tout à coup visage, ils lançaient leurs traits et leurs flèches contre l'ennemi [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 391, dans POUGENS.]
Tourner ses souliers, les déformer en marchant, de manière que le pied n'y est plus bien placé. Familièrement. Tournez-moi les talons, partez, éloignez-vous de moi Tourner le dos à quelqu'un, lui présenter le dos.
Une jolie fille dit l'autre jour à Rennes une folie.... vous connaissez M. de la Trémouille et sa belle taille et sa laideur ; il regardait une autre jolie personne dont il faisait l'amoureux, et tournait le dos à celle-ci.... [SÉV., 601]
Bartholo : Sachez que, quand je dispute avec un fat, je ne lui cède ja mais. - Figaro lui tourne le dos : Nous différons en cela, monsieur ; moi je lui cède toujours [BEAUMARCH., Barb. de Sév. III, 5]
Fig. et familièrement. Tourner le dos à quelqu'un, rompre avec lui, abandonner ses intérêts, lui devenir contraire.
Les hypocrites nombreux que ce séjour renferme lui tournèrent le dos comme à un philosophe ennemi de l'Église et de ses pasteurs [D'ALEMB., Éloges, Massillon, note 3]
Fig. La fortune lui a tourné le dos, la fortune lui est devenue contraire. Tourner le dos aux ennemis, ou, simplement, tourner le dos, fuir. Il tourne le dos où il veut aller, au lieu d'aller où il veut, il prend un chemin tout opposé. Fig. Tourner le dos à la mangeoire, ou, bassement, tourner le cul à la mangeoire, se mettre dans une situation contraire à celle que demande la chose qu'on veut faire. Tourner en fuite, mettre en fuite.
Cléobule survient avec quelques amis, Met l'épée à la main, tourne en fuite le reste [CORN., Théod. IV, 4]
Diriger vers.
Ils tournèrent leurs armes contre eux-mêmes, et ils se tuèrent les uns les autres [SACI, Bible, Paralip. II, XX, 23]
Quelle joie !... Si leur haine, de Troie oubliant la querelle, Tournait contre eux le fer qu'ils aiguisent contre elle ! [RAC., Iph. IV, 1]
Je crois que je serais mort de douleur, si elle n'avait tourné sur moi quelques regards [MONTESQ., Temple de Gnide, 4]
Tourne les yeux, sa tombe [de Jésus-Christ] est près de ce palais [VOLT., Zaïre, II, 3]
Les ivrognes tournent leurs mains contre eux-mêmes [DESJARDINS, Rapp. à l'Assembl. nat. n° 786, p. 16]
Ce prince tourna ses armes, ses forces contre tel État, il fit marcher ses troupes de ce côté-là, pour porter la guerre. Fig. Tourner les yeux sur, considérer, songer à.
Je ne puis tourner les yeux sur le passé, sans une horreur qui me trouble [SÉV., 148]
Ce miracle inouï me fit tourner les yeux Vers la divinité qu'on adore en ces lieux [RAC., Iphig. I, 1]
De quelque part sur moi que je tourne les yeux, Je ne vois que malheurs qui condamnent les dieux [ID., Andr. III, 1]
Je ne tourne point sans répugnance les yeux sur le passé ; il m'humilie jusqu'au découragement [J. J. ROUSS., Hél. IV, 1]
Tourner les yeux, avec un nom de chose pour sujet, faire considérer.
Cet inconvénient tourna les yeux du ministère de Versailles vers l'île de Cerné [Ile de France], où les Portugais, suivant leur méthode, avaient jeté quelques quadrupèdes et des volailles [RAYNAL, Hist. phil. IV, 20]
Tourner ses pas d'un côté, vers un endroit, aller de ce côté, vers cet endroit.
Qui tourne ici ses pas ? [VOLT., Scyth. IV, 1]
Tourner les pas de quelqu'un, le faire aller à.
Mon désespoir tourna mes pas vers l'Italie [RAC., Bérén. I, 4]
Terme de construction. Exposer et disposer avec avantage un bâtiment. Tourner les pieds en dedans, en dehors, porter la pointe des pieds en dedans, en dehors. aire le tour de.
Comme il y avait de grandes difficultés à tourner le promontoire Malée, où des vents opposés se rencontrent et causent des naufrages [MONTESQ., Esp. XXI, 7]
Je pris l'instant où personne ne songeait à moi : je tournai le coin de la rue et je disparus [J. J. ROUSS., Confess. III]
Après avoir observé la caverne, je tournai le rocher dans lequel est son ouverture [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. I, p. 159, dans POUGENS]
Terme de chasse. Tourner un lièvre, tourner des perdrix, tourner autour du lièvre, autour des perdrix.
Elles [les barges] courent comme des perdrix ; et le chasseur, en les tournant, les rassemble assez pour en tuer plusieurs d'un seul coup [BUFF., Ois. t. XIV, p. 277]
Tourner un bois, un buisson, en faire le tour. Fig. Tourner quelqu'un, chercher à entamer avec lui quelque discussion délicate.
Depuis quelques jours le roi tournait Monseigneur pour lui parler [SAINT-SIMON, 271, 156]
Terme de guerre. Tourner l'ennemi, un poste, une montagne, etc. les prendre à revers.
Éphialtès, qui avait indiqué aux Perses le sentier de la montagne par lequel ils tournèrent les Grecs aux Thermopyles [LETRONNE, Instit. Mém. inscr. et bell. lett. t. VI, p. 252]
Changer le côté, la situation d'une chose. Tourner une étoffe d'un autre sens.
Ceux qui ne veulent point se délasser avec moi peuvent passer outre ; il leur est permis, ils n'ont qu'à tourner la page [MALEBR., Rech. vér. IV, 13]
L'étranger [Law] a tourné l'État comme un fripier tourne un habit ; il fait paraître dessus ce qui était dessous [MONTESQ., Lett. pers. 138]
Périclès répondit que les lois ne leur permettaient pas d'ôter le tableau sur lequel on avait inscrit ce décret Si vous ne le pouvez ôter, dit un des ambassadeurs, tournez-le seulement : vos lois ne vous le défendent pas [BARTHÉLEMY, Anach. Introd. part. II, sect. 3]
Fig.
Le poids de sa grimace, où brille l'artifice, Renverse le bon droit, et tourne la justice ! [MOL., Mis. V, I]
Fig. Tournez la médaille, considérez cette personne ou cette chose du côté opposé. Fig. Tourner casaque, abandonner son parti. Fig. Tourner sa jaquette, même sens.
J'ai reçu nouvelles que notre ancien ami Sorbière.... a tourné sa jaquette, en se faisant catholique romain [GUI PATIN, Lett. t. I, p. 215, dans POUGENS]
Tourner bride, se dit d'un cavalier qui revient sur ses pas. Terme de marine. Tourner l'horloge, retourner le sablier. Tourner la tête à quelqu'un, la faire tourner sur le cou. Le photographe tourna à droite la tête de celui dont il voulait prendre le portrait. Fig. Tourner la tête à quelqu'un, l'excéder, l'importuner. Tourner la tête à quelqu'un, lui faire changer une bonne résolution pour une mauvaise. Tourner la tête, rendre fou, extravagant.
Un excès de tendresse qui vous tourne la tête [HAMILT., Gram. 8]
Tout cela lui a tourné la tête, et la tournerait à un autre [MARIV., Serm. indiscr. v, 1]
L'opinion des armes enchantées dut tourner la tête à beaucoup de gens [MONTESQ., Esp. XXVIII, 22]
Tourner la tête, inspirer un orgueil extravagant.
Je suis capucin au spirituel et au temporel.... tant de dignités ne m'ont point tourné la tête ; les honneurs chez moi ne changent point les mœurs [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 21 févr. 1770]
Tourner la tête, inspirer un violent amour.
Un sentiment qui ne peut remplir le cœur qu'après avoir tourné la tête [GENLIS, Ad. et Th. t. III, p. 277, dans POUGENS]
Vous me plaisez, et j'ai le plus grand désir de vous tourner la tête [ID., Veill. du chât. t. III, p. 450, dans POUGENS]
Tu es charmante, et tu vas lui tourner la tête [PICARD, Deux Philiberts, II, 3]
Tourner la tête, plaire extrêmement, en parlant de quelque chose.
On joue à présent à Marseille le Père de famille ; je suis désolé de ne pouvoir vous envoyer la gazette qui fait mention de son succès ; toutes les têtes en sont tournées [DIDER., Lett. à Mlle Voland, 1er déc. 1760]
Aimez-vous l'histoire naturelle ? moi, elle me tourne la tête [GENLIS, Théâtre d'éduc. Voyageur, II, 3]
10° Fig. Donner une certaine direction, en parlant de choses morales.
Soit que l'Euphrate à sa conquête Te fasse tourner ton désir.... [MALH., VI, 2]
D'Attila, s'il se peut, tournons l'emportement, Ou contre ma rivale, ou contre son amant [CORN., Attila, IV, 2]
Il a différentes inclinations, selon la diversité des tempéraments qui le tournent et le dévouent tantôt à la gloire, tantôt aux richesses et tantôt aux plaisirs [LA ROCHEF., Prem. pens. n° 1]
Il [Vardes] fit si bien que je ne pus tourner mon inquiétude que sur le passé [de votre santé] [SÉV., à Mme de Grignan, 22 sept. 1677]
N'est-ce pas Dieu qui a tourné son cœur [de Mme de la Sablière] ?... n'est-ce pas Dieu qui lui donne la vue et le désir d'être à lui ? [ID., 21 juin 1680]
Dieu est le maître de nos volontés, il nous les tourne comme il lui plaît [ID., t. x, p. 543, éd. RÉGNIER.]
Ce corps qui est uni si étroitement à l'âme, devient l'objet le plus cher de ses complaisances, elle tourne tous ses soins de son côté.... [BOSSUET, la Vallière.]
Il tourna uniquement ses vues et ses désirs vers l'Académie des sciences [MAIRAN, Élog. de Petit.]
Le terrain aride de l'Attique faisait une nécessité de tourner l'industrie des habitants aux arts et au commerce [CONDIL., Hist. anc. I, 16]
Tourner toutes ses pensées à quelque chose, vers quelque chose, y appliquer toutes ses pensées.
La pauvre Mme de la Fayette.... tourne toutes ses pensées à finir comme ma pauvre tante [SÉV., 9 juill. 1677]
Il tourna toutes ses pensées à l'établissement du culte divin [BOSSUET, Hist. II, 4]
On dit dans le même sens : tourner son cœur à Dieu.
11° Fig. Donner une certaine manière d'être, un certain aspect.
On tournera cette affaire d'une manière dont vous aurez sans doute toute sorte de contentement [SÉV., 20 nov. 1673]
Croyez-vous que mon style, qui est toujours tout plein d'amitié, ne se puisse mal interpréter ? je n'ai jamais vu de ces sortes de lettres entre les mains d'un tiers, qu'on ne pût tourner sur un méchant ton [ID., à Bussy, 12 janv. 1681]
Ils se rendirent les arbitres de la doctrine et de la religion, qu'ils tournèrent insensiblement à des pratiques superstitieuses [BOSSUET, Hist. II, 5]
Il faut patienter sur la grande affaire, et espérer que Dieu la tournera pour sa gloire [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 6 oct. 1699]
Si l'on pouvait quelquefois craindre que par le don de la parole M. du Verney n'eût la facilité de tourner les faits selon ses idées [FONTEN., du Verney.]
Tourner bien, tourner mal une affaire, une chose, lui donner un bon, un mauvais aspect.
Madame a une éloquence si persuasive, elle tourne les choses d'une manière si agréable, qu'il faut être de son sentiment, malgré qu'on en ait [MOL., Critique, 3]
Vous avez fort bien tourné la chose [BOSSUET, Lett. quiét. 76]
Tourner tout en mal, tourner tout en bien, interpréter tout en mauvaise part, en bonne part. Tourner les choses à son avantage, les interpréter avantageusement pour soi, ou savoir en tirer avantage. Tourner une chose en raillerie, la prendre comme dite ou faite en raillant et sans dessein d'offenser. Il ne se fâcha pas des choses désagréables qu'on lui disait, il les tourna en raillerie. Tourner quelque chose en plaisanterie, en faire le sujet de plaisanteries.
Le génie des Français est de tourner en plaisanterie les événements les plus affreux [VOLT., Henr. II, not.]
Tourner en raillerie, en dérision, se moquer de quelque chose.
Tel d'entre eux tourne en dérision tout ce qui est honnête, qui serait au désespoir que sa femme pensât comme lui [J. J. ROUSS., Ém. IV]
On dit dans le même sens : tourner en ridicule.
Les amies de la voyageuse, voyant que le dessous des cartes se découvre, affectent fort de rire, et de tourner cela en ridicule [SÉV., 209]
Tourner quelqu'un en ridicule, faire rire à ses dépens.
Va, ne me tourne point Octar en ridicule [CORN., Att. IV, 3]
Je suis bien aise que Piron gagne quelque chose à me tourner en ridicule [Voltaire avait été dupe de vers faits par un homme sous le nom d'une femme ; ce que Piron a mis dans sa Métromanie] [VOLT., Lett. Thiriot, 25 janv. 1738]
La Comédie des philosophes, dans laquelle je fus tourné en ridicule et Diderot extrêmement maltraité [J. J. ROUSS., Confess. x.]
Les Parisiens ne laissent pas échapper une occasion de tourner la cour en ridicule [GENLIS, Méres riv. t. I, p. 130, dans POUGENS]
Tourner quelqu'un en ridicule, avec un nom de chose pour sujet, le rendre ridicule.
Et qu'un si grand courroux contre les mœurs du temps Vous tourne en ridicule auprès de bien des gens [MOL., Mis. I, 1]
Tourner en burlesque, rendre burlesque.
Il n'y a rien de si profane dont on ne puisse tirer des moralités, ni rien de si sérieux qu'on ne puisse tourner en burlesque [DUMARS., Tropes, III, 9]
12° Tourner contre, rendre contraire à.
Vous tournez contre Dieu tout ce que vous avez reçu de lui ; votre abondance sert à vos passions.... [MASS., Pet. carême, Vic. vert. des grands.]
Il y a un mauvais génie qui tourne tout ici contre moi [BEAUMARCH., Mar. de Fig. IV, 5]
13° Disposer, arranger.
Chacune de ces troupes de chevaux [sauvages] a un cheval chef qui la commande, qui la guide, qui la tourne et range quand il faut marcher ou s'arrêter [BUFF., Quadrup. t. VIII, p. 73]
14° Changer.
La furie de votre bourreau qui tourne son exécution en un combat particulier contre son pendu [SÉV., 9 mars 1689]
Quel changement produisait en moi ma complaisance pour des liaisons trop aimables, que l'habitude commençait à tourner en amitié ! [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Tourner le discours, changer le sujet de l'entretien.
J'en ai déjà parlé, mais il a su gauchir, Et, tournant le discours sur une autre matière, Il n'a ni refusé ni souffert ma prière [CORN., Pomp. IV, 2]
Je puis par des propos éloignés couper la conversation, et peu à peu la tourner sur d'autres sujets [BOURDAL., Exhort. faux témoig. rendus contre J. C. t. II, p. 26]
Tourner le sang, causer une très vive et très pénible impression.
Elle dit que le déchaînement qu'elle voit contre moi lui tourne le sang, et elle est bien étonnée de ma philosophie à cet égard [GENLIS, Mères riv. t. I, p. 356, dans POUGENS]
Mais aussi ce billet.... il m'a tourné le sang ! [BEAUMARCH., Mar. de Fig. II, 19]
16° Traduire (sens qui vieillit).
Leurs Écritures [des Juifs] furent tournées en grec, et on vit paraître cette célèbre version appelée la Version des Septante [BOSSUET, Hist. I, 8]
Nous allâmes le jour suivant, lundi, pour voir Jannes Tornoeus, homme docte, qui a tourné en lapon tous les psaumes de David [REGNARD, Voyage de Laponie au commencement]
17° Agir sur la volonté.
Comme nous avions eu deux ou trois jours pour tourner les esprits [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 39, dans POUGENS]
Ainsi que je voudrai, je tournerai cette âme [MOL., Éc. des fem. III, 3]
Et tournant à son gré ce cœur simple et sincère [VOLT., Irène, v, 1]
Tourner une personne à son gré, lui faire faire ou dire ce qu'on veut.
18° Tourner quelqu'un de tous les sens, de tous les côtés, lui faire diverses questions, diverses propositions, afin de tirer de lui ce qu'il sait ou ce qu'il veut.
Par tant d'endroits tourna sa femme Qu'il apprit que.... [LA FONT., Cordel.]
À la fin, elles la tournèrent de tant de côtés, que la pauvre épouse avoua la chose comme elle était [ID., Psyché, I, p. 75]
Je l'ai tant tourné de tous les côtés, qu'il a prêté l'oreille aux propositions que je lui ai faites d'ajuster l'affaire pour quelque somme [MOL., Scapin, II, 8]
Absolument. Tourner quelqu'un, l'interroger avec adresse.
Elle fait tant, tourne tant son amie Que.... [LA FONT., Comm. l'espr.]
Quand il a voulu me tourner pour savoir le nom de celui que vous préfériez [GENLIS, Théât. d'éduc. Amant anon. IV, 2]
Tourner quelqu'un, le circonvenir.
Le chevalier son frère, homme d'esprit, me tourna si bien, me faisant entendre qu'il y avait des droits attachés à la place de secrétaire, qu'il me fit accepter les mille francs [J. J. ROUSS., Confess. VII]
19° Examiner de tous les côtés.
Et tous les avocats, Après avoir tourné le cas En cent et cent mille manières, Y jettent leur bonnet [LA FONT., Fabl. II, 20]
20° Tourner une case, se dit au trictrac, quand d'une case déjà faite on ôte une dame pour en composer une autre case entière, en y joignant une autre dame.
21° V. n. Se mouvoir en rond.
La tête d'une femme est comme la girouette Au haut d'une maison qui tourne au premier vent [MOL., Dép. am. IV, 3]
Il me semblait que j'étais à Dol dans un palais d'Atlante ; tous les noms que je connais tournaient autour de nous sans que nous les vissions [SÉV., 1er août 1685]
Et le pupitre enfin tourne sur son pivot [BOILEAU, Lutr. III]
Le soleil tourne en vingt-cinq jours et demi sur lui-même, et la terre en un jour sur elle-même [VOLT., Mél. litt. à M***.]
Il importe peu pour la société que ce soit la terre qui tourne ; mais il importe que les hommes qui tournent avec elle soient justes [ID., Socrate, III, 1]
Un autre écrivait ou lisait, en tournant avec rapidité sur lui-même [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 25]
Elle parlait : soudain avec un bruit terrible, Sur ses gonds mugissants tourne la porte horrible [DELILLE, En. VI]
Fig.
Voilà la girouette qui va tourner !... est-ce là une femme ? elle ne contredit point ! [LESAGE, Crispin rival, 6]
Faire tourner le sas, voy. SAS. Faire tourner la baguette divinatoire, voy. BAGUETTE. Fig. et familièrement.
Tourner à tout vent, tourner comme une girouette, avoir l'esprit variable, être versatile Ne tourner point à tout vent, et n'allez point par toute sorte de routes [SACI, Bible, Ecclésiast. v, 11]
Vous tournez à tout vent, vous faites flèche de tout bois [DIDER., Lett. à Falconet, févr. 1766]
22° Se mouvoir, être mû à droite ou à gauche par un mouvement qui a quelque chose du mouvement en rond. Ce cocher a tourné trop court. Dites-lui qu'il tourne à droite. Le vent a tourné.
D'un carrosse, en tournant, il accroche une roue [BOILEAU, Sat. VI]
Il l'observe de l'œil ; et, tirant vers la droite, Tout d'un coup tourne à gauche.... [ID., Lutr. v.]
J'ai des chevaux, morbleu, qui tourneraient sur la pointe d'une épée [DANCOURT, Femme d'intrigues, III, 11]
Ils tournent dans une allée, moi dans le taillis [MARIV., l'Heur. stratag. I, 12]
Fig.
...Tes soucis doivent tourner ailleurs [CORN., la Place roy. v, 7]
Tournez, se dit à un cocher, pour lui faire prendre une direction opposée. Le vent tourne au nord, à l'est, etc. il passe au nord, etc. Tourner court, s'arrêter brusquement dans sa marche et se diriger d'un autre côté.
Il tourna tout court au siége de la montagne [VAUGEL., Q. C. 354]
Fig. Tourner court, abréger. L'orateur a tourné court et s'est hâté de finir. La maladie a tourné court, elle s'est terminée par une mort prompte et inattendue. Ce dénoûment tourne trop court, il n'est pas assez ménagé.
23° Terme de chasse. Tourner au change, se dit des chiens lorsqu'ils attaquent un autre animal que celui de meute. Se dit de la bête que l'on poursuit, quand elle fait un retour. On fait tourner les chiens pour trouver le retour et le bout de la ruse.
24° Terme de manége. Prendre une autre direction que celle qu'on suivait d'abord ; changer de main. Tourner à toutes mains, se dit d'un cheval qui sait accomplir une conversion au pas, au trot et au galop. Se dit aussi d'un cheval qui tourne aussi aisément à droite qu'à gauche.
25° Terme de peinture. Se dit des formes, des contours bien accusés, dont l'œil saisit facilement le relief. Cet objet tourne bien. On dit de même que la lumière et l'air tournent autour d'un objet, pour exprimer que cet objet se détache de la toile.
26° Changer de côté, de situation.
Souvent la tempête faisait tourner cette grande pièce de bois, et nous nous trouvions enfoncés dans la mer [FÉN., Tél. VI]
Le pied m'a tourné, j'ai eu une foulure.
Rosine : Non, je ne me trouve pas mal.... mais c'est qu'en me tournant.... ah !... - Le comte : Le pied vous a tourné, madame ? - Rosine : Ah ! oui, le pied m'a tourné [BEAUMARCH., Barb. de Sév. III, 4]
27° Se diriger vers.
Il sort du pavillon pour tourner vers ces lieux.... [TRISTAN, Panthée, v, 2]
En quel lieu sommes-nous ? De quelque part qu'on tourne, on ne voit que des fous [MOL., Fâch. II, 2]
Fig. Ne savoir de quel côté tourner, ne savoir que faire, que devenir.
Hélas ! que faire ? hélas ! de quel côté tourner ? [BARON, Andrienne, I, 7]
Fig. Tourner du côté de quelqu'un, se ranger de son parti.
28° Fig. Tourner vers, incliner vers, en parlant de choses morales.
Mortel, ouvre les yeux, et vois que la misère Te cherche et te suit en tout lieu, Et que toute la vie est une source amère, à moins qu'elle tourne vers Dieu [CORN., Imit. I, 22]
Rendez cet office à ces princes de savoir adroitement de ma fille vers qui des deux ses sentiments peuvent tourner [MOL., les Am. magnif. I, 2]
Le roi ayant commencé à tourner vers la dévotion, Mme de Maintenon l'y porta de plus en plus [DUCLOS, Œuv. t. v, p. 182]
En un sens opposé, tourner contre.
Sa fureur est extrême, Et pourrait bien enfin tourner contre elle-même [QUINAULT, Belléroph. v, 4]
Tourner sur, s'occuper uniquement de.
J'admire comme on peut tourner uniquement sur une pensée [la santé de Mme de Grignan], et comme tout le reste me paraît loin [SÉV., 19 janv. 1680]
29° Aller et venir.
Quelle maison [un terrier] pour lui ! l'on y tournait à peine [LA FONT., Fabl. IV, 17]
Il [Turenne] dit au petit d'Elbeuf : Mon neveu, demeurez là ; vous ne faites que tourner autour de moi, vous me feriez reconnaître [SÉV., 211]
Je hais bien les affaires, je trouve qu'elles nous gourmandent beaucoup, et nous font aller, et venir, et tourner à leur fantaisie [ID., 422]
Elle [Mme de Vins] ne cherche plus de douceur que dans sa famille ; c'est ce qu'il y a de plus solide, après avoir bien tourné [ID., 9 juin 1680]
Circuler, en parlant de lettres, de dires.
Qu'elle [Mme de Coulanges] ne sache point que je vous envoie ses lettres ; elle vous en écrirait autant ; mais on n'aime point que cela tourne [SÉV., 7 juill. 1680]
.... Les reproches amers de M. de la Trousse, qui me dit que je devrais donc lui faire vendre [à mon fils] sa charge pour vaquer à celle de mon intendant ; je vous prie que ceci ne tourne point [ID., t. VI, p. 149, édit RÉGNIER.]
Fig. Tourner autour de quelqu'un, essayer de s'insinuer auprès de lui.
Broglio s'avisa de trouver mauvais que le prince royal [de Danemark] tournât autour d'elle [sa femme], et qu'elle le reçût bien [SAINT-SIMON, 215, 159]
Fig. Tourner autour du pot, voy. POT, n° 7. Fig. Tourner autour d'une pensée, la délayer.
Fénelon conseille aux écrivains d'être simples, et il prend ce moment-là pour ne l'être point lui-même ; il tourne autour d'une même pensée, et il la répète sans la rendre ni plus vive ni plus sensible [CONDIL., Art d'écr. III, 4]
Fig. Tourner autour d'une pensée, du mot de l'énigme, en approcher sans les rencontrer complétement.
Je tournais tout autour de cette pensée, et ce que je disais ne me contentait point [CH. DE SÉV., dans SÉV. 15 janv. 1690]
Il me paraît que je tourne autour du mot de l'énigme, mais je peux me tromper ; vous savez que je ne suis pas grand politique [VOLT., Lett. au roi de Pr. 3 mars 1767]
Les philosophes ont tourné autour des causes de la pesanteur sans pouvoir les trouver [ID., Dial. 29, 8]
Il y a, au moment où j'écris, plusieurs personnes qui tournent autour du secret de M. Bachelier [DIDER., Peint. en cire, Œuv. t. XV, p. 372, dans POUGENS]
30° Hésiter, balancer, essayer, tenter.
Jupiter eut jadis une ferme à donner ; Mercure en fit l'annonce, et gens se présentèrent, Firent des offres, écoutèrent : Ce ne fut pas sans bien tourner ; L'un alléguait que l'héritage.... [LA FONT., Fabl. VI, 4]
Puis je tiens inutile De tant tourner, il n'est que d'aller droit [ID., Magn.]
Hippocrate ne fait Choix de ses mots, et tant tourner ne sait [ID., Abb.]
Le pèlerin, sans tant tourner, lui dit.... [ID., Pet. chien.]
M. de Paris tourna longtemps sans pouvoir être entendu par un homme si rempli de soi-même [SAINT-SIMON, 24, 25]
31° La tête lui tourne, il se trouve étourdi pour avoir regardé en bas d'un lieu fort élevé.
La tête ne tourne point au couvreur sur les toits [J. J. ROUSS., Ém. II]
La tête lui tourne, il a des étourdissements, des vertiges.
Votre soleil me fait peur ; comment ? les têtes tournent ! on a des apoplexies comme on a des vapeurs ici, et votre tête tourne comme les autres [SÉV., 13 avril 1672]
Fig.
Cette âme a bu les plaisirs du siècle, et, la tête lui ayant tourné, elle est tombée d'une grande chute [BOSSUET, Sermons, Anges gard. 2]
La tête lui tourne, l'esprit lui tourne, il extravague, il devient fou.
L'esprit a tourné à la pauvre Mme de Nogent [SÉV., 148]
La tête a tourné à deux docteurs [BOSSUET, Lett. quiét. 271]
C'était [Dangeau] le meilleur homme du monde, mais à qui la tête avait tourné d'être seigneur [SAINT-SIMON, 39, 198]
La comtesse : Oui, si l'esprit me tourne. - Le baron : Eh bien, il vous tournera : c'est si peu de chose que l'esprit [MARIV., Surpr. de l'am. I, 8]
Il m'a paru que la tête avait tourné à ce commandant infortuné [Lalli], mais qui ne méritait pas qu'on la lui coupât [VOLT., Lett. d'Estaing, 8 sept. 1766]
Fig. Faire tourner la tête, exciter amour, admiration, transport.
Vous citez plaisamment cette dame qui aimait à faire tourner la tête à des moines ; ce serait une bien plus grande merveille de la faire tourner à M. de Vence [SÉV., 125]
Cette belle tête deviendra chauve ; or je n'ai qu'à la voir à présent des mêmes yeux dont je la verrai alors ; et assurément cette tête ne fera pas tourner la mienne [VOLT., Memnon.]
Aux battements de mains, aux acclamations de l'assemblée la tête lui tourne, il est hors de lui [J. J. ROUSS., Ém. III]
Le bruit a couru ici que vous deviez venir entendre Mlle Clairon dans la nouvelle salle, et voir jouer ce rôle d'Idamé qui a fait tourner la tête à tout Paris [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 28 juill. 1756]
Fig. La tête lui tourne, il ne se connaît plus dans la bonne fortune.
Il se trouve des hommes qui soutiennent facilement le poids de la faveur et de l'autorité, qui se familiarisent avec leur propre grandeur, et à qui la tête ne tourne point dans les postes les plus élevés [LA BRUY., XI]
Donnez-moi un peu de grandeur, mais ne m'en donnez pas trop, de peur que la tête ne me tourne [VOLT., Lett. au pr. roy. de Pr. 10 mars 1740]
Il se dit aussi de celui à qui quelque chose trouble l'esprit.
La tête tourne à nos pauvres ennemis : la vue de M. de Turenne les renverse [SÉV., 12 juin 1675]
Les hommes insolents pendant la prospérité sont toujours faibles et tremblants dans la disgrâce ; la tête leur tourne aussitôt que l'autorité absolue leur échappe [FÉN., Tél. XII]
La tête me tourna de la rapidité avec laquelle on y allait [MARIV., Pays. parv. 4e part.]
Ma tête, qui n'est pas plus grosse que celle d'un lapin, m'a un peu tourné ; il faut digérer et avoir une grosses tête pour bâtir des maisons et des comédies et pour diriger les têtes des autres [VOLT., Lett. d'Argental, 22 juill. 1770]
Il [P. L. Courier] eut son grain d'ambition, son quart d'heure de folie, comme un autre ; la tête aussi lui tourna ; mais cela ne dura guère, il en revint bientôt avec mécompte et corrigé pour toute sa vie [CARREL, Œuvres, t. v, p. 196]
Il est si embarrassé que la tête lui tourne, que la tête lui en tourne, il a tant d'affaires, ou il se trouve dans une situation si difficile, qu'il ne sait quel parti prendre.
32° Fig. Dépendre essentiellement.
M. le Duc pleura ; c'était sur Vatel que tournait tout son voyage de Bourgogne [SÉV., 47]
Tout tourne ou sur vous, ou de vous, ou pour vous, ou par vous [SÉV., à Mme de Grignan, 23 mars 1671]
33°
Changer Mais las ! mon sort est bien tourné [RÉGNIER, Stances relig.]
Amitié dangereuse et redoutable zèle, Que règle la fortune et qui tourne avec elle [CORN., Pomp. III, 2]
Qui leur tira mourant la victoire des mains, Et fit tourner le sort des Perses aux Romains [ID., Poly. I, 3]
Le sort a tourné, il a passé d'un autre côté.
À ce moment le sort tourna [BOSSUET, Hist. I, 9]
La chance a tourné, les choses ont changé de face. Le temps tourne au froid, il devient froid.
Nous demeurâmes quarante jours à Gawbockheim par un temps charmant, quoique tournant un peu sur le froid [SAINT-SIMON, 23, 4]
34° Tourner en, se changer en.
L'amour que j'ai pour toi tourne en haine pour elle [CORN., Rodog. II, 2]
La règle que donne saint Augustin est de modérer l'usage de la communion, quand elle tourne en dégoût [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Fig. et familièrement. Faire tourner quelqu'un en bourrique, le tourmenter tellement qu'il ne sait ce qu'il fait ou ce qu'il dit.
35° Tourner à la mort, se dit d'un malade tombant rapidement dans un état qui fait augurer une mort prochaine.
Monsieur le Prince demanda cette grâce [du prince de Conti] au roi on peu avant que de tourner à l'agonie [SÉV., 13 déc. 1686]
On dit dans le même sens : La maladie tourne à la mort.
Vous voyez tous les jours les infirmités les plus légères tromper les conjectures de l'art et l'attente des malades, et tourner tout d'un coup à la mort [MASS., Carême, Mort.]
36° Avoir une certaine issue. Cette maladie, cette affaire tourne mal. L'affaire a bien tourné.
L'attaque de la demi-lune a mal tourné [PELLISSON, Lett. hist. t. III, p. 240]
Vous aurez vu comme la chose a tourné [SÉV., 114]
N'importe, si mes soins tournent heureusement [GRESSET, Méch. IV, 2]
Tourner à, tourner en, même sens.
Seigneur, ne faites rien qui tourne à votre blâme [DU RYER, Scévole, I, 7]
Tout tourne en bien pour les élus, jusqu'aux obscurités de l'Écriture ; car ils les honorent, à cause des clartés divines ; et tout tourne en mal aux réprouvés, jusqu'aux clartés ; car ils les blasphèment à cause des obscurités qu'ils n'entendent pas [PASC., Pens. XX, 6, éd. HAVET.]
N'est-il pas vrai, ma fille, que tout tourne à bien pour ceux qui sont heureux ? l'Évangile le dit, il faut le croire [SÉV., 390]
Quiconque pense invoquer Dieu en un autre nom qu'en celui de notre Seigneur Jésus-Christ, sa prière lui tourne à damnation [BOSSUET, Sermons, Réconciliation, I]
[David] par sa pénitence a fait tourner son crime à la gloire de son créateur [ID., Hist. I, 5]
Et bientôt le combat tourne à son avantage [RAC., Théb. v, 3]
Tout leur art leur tournait à mal [LAMOTTE, Fabl. v, 7]
Tous leurs efforts pour me nuire ont tourné à leur confusion, et leur ont attiré les mortifications les plus cruelles [J. J. ROUSS., Lett. à Panckoucke, 23 mai 1765]
Monsieur, vous seul pouvez rétablir cette affaire : Elle tourne au plus mal [GRESSET, le Méch. III, 4]
Tout tourne contre lui, rien ne lui réussit.
La vérité, celle même qui tourne contre lui, ne paraît pas lui déplaire [A. DUVAL, Jeun. de Richel. I, 6]
Ce jeune homme tourne mal, tourne bien, il ne soutient pas, il soutient les espérances qu'on avait conçues de lui.
Enfin mon frère tourna si mal qu'il s'enfuit et disparut tout à fait [J. J. ROUSS., Conf. I]
Faut-il, dans la crainte qu'elles ne tournent mal, les élever dans l'ignorance ? [GENLIS, Théât. d'éduc. Lingère, I, 7]
37° S'altérer, prendre une mauvaise qualité. Le lait a tourné sur le feu. Ce vin tourne à l'aigre. Il est à craindre que cette sauce ne tourne.
Les vins les moins spiritueux sont ceux qui tournent le plus vite [GENLIS, Maison rust. t. III, p. 307, dans POUGENS]
Du vin qu'a fait tourner l'orage, Un vin nouveau bientôt consolera [BÉRANG., Vend.]
Par exagération. Cela fait tourner le sang, cela cause un saisissement, une émotion très pénible.
38° Tourner au gras, se dit du salpêtre, lorsque, dans les raffineries, la cuite s'en épaissit, se met en pâte sans cristalliser.
39° Se déformer, se déranger. La taille de cette jeune personne tourne. Ses yeux tournent, il devient louche.
40° Tourner à, se dit d'une couleur qui incline vers une certaine nuance.
Cette couleur [violette] tourne au rouge ou au bleu, selon que l'un ou l'autre de ces deux principes prédomine [CHAPTAL, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 103]
41° Prendre de la couleur, commencer à mûrir. Le raisin tourne déjà.
On attend, pour découvrir les abricots et les pêches hâtives, que ces fruits commencent à tourner, ou prendre de la disposition à mûrir [GENLIS, Maison rust. t. II, p. 490, dans POUGENS]
42° Pommer, en parlant des laitues.
Lorsque les laitues commencent à tourner, c'est-à-dire à pommer, on doit retrancher les feuilles basses qui sont jaunes [GENLIS, Maison rust. t. II, p. 453, dans POUGENS]
43° Populairement. Tourner de l'œil, mourir.
44° Impersonnellement, tourner s'emploie dans quelques jeux, et se dit de la carte qu'on montre, qu'on découvre, et dont la couleur détermine l'atout. Il tourne carreau. De quoi tourne-t-il ? C'est une faute de dire : que tourne-t-il ? Fig. Je voudrais savoir de quoi il tourne ou retourne, de quoi il s'agit.
45° Se tourner, v. réfl. Être mû en rond. Cette roue se tourne ainsi.
46° Se donner des mouvements qui tiennent du mouvement en rond. Se tourner dans son lit.
Que nous sert cette queue ? il faut qu'on se la coupe.... Votre avis est fort bon, dit quelqu'un de la troupe ; Mais tournez-vous, de grâce ; et l'on vous répondra [LA FONT, Fabl. v, 5]
On parle fort de la paix.... il semble qu'elle sera bonne à tout le monde ; on souhaitait ainsi la guerre ; c'est que nous nous tournons d'un côté sur l'autre [SÉV., 27 oct. 1675]
Si je me vois contraint de retracer l'image de nos malheurs, je n'en ferai point d'excuse à mon auditoire, où, de quelque côté que je me tourne, tout ce qui frappe mes yeux me montre une fidélité irréprochable [BOSSUET, le Tellier.]
Vous savez comment le Sauveur se tourna vers lui [Pierre], et le regarda [BOURDAL., Exhort. sur le reniem. de St Pierre, t. I, p. 473]
Fig. De quelque côté qu'on se tourne, quelque parti que l'on prenne.
De quelque côté que vous vous tourniez, vous êtes forcé d'avouer deux choses : votre ignorance et la puissance immense du Créateur [VOLT., Dict. phil. âme.]
Familièrement. N'avoir pas le temps de se tourner, être très occupé, très affairé.
Nous faisons tant d'affaires, que nous n'avons pas le temps de nous tourner [SÉV., 29 déc. 1675]
Fig. Avoir le temps de se tourner, avoir le temps d'examiner, d'agir.
Je ne pus me persuader que le roi bâclât l'affaire, de lui à Monseigneur, avec tant d'autorité et si court que Mme la Duchesse et les siens n'eussent le temps de se tourner [SAINT-SIMON, t. VIII, p. 262, édit. CHÉRUEL.]
On ne peut se tourner, sans..., c'est-à-dire au moindre mouvement qu'on fait, on....
Pour les beautés, on ne pouvait s'y tourner [à la cour de Charles II] sans en voir [HAMILT., Gram. 6]
Se tourner en fuite, prendre la fuite.
Les Sarrasins, qui croyaient n'avoir affaire qu'aux Arméniens, qu'ils avaient déjà battus plusieurs fois, surpris de voir les étendards de Saint-Jean, qu'ils connurent encore mieux aux grands coups que ces chevaliers portaient, se tournèrent en fuite [VERTOT, Hist. de Malte, v.]
47° Se diriger vers.
Vos yeux, vos tristes yeux Avec de longs soupirs se tournent vers les cieux [RAC., Brit. v, 1]
Déjà dans les vaisseaux la voile se déploie ; Déjà sur sa parole [de Calchas] ils [les vaisseaux] se tournent vers Troie [ID., Iphig. III, 3]
Mon cœur est comme l'aimant, il se tourne vers le nord [VOLT., Lett. à Catherine II, 24 janv. 1766]
Bientôt tous les yeux se tournèrent vers moi [RICCOBONI, Œuv. t. III, p. 424, dans POUGENS]
Fig.
Rien ne se tourne du côté de la paix [SÉV., 25 janv. 1693]
Il est heureux que notre amour-propre se tourne précisément où il doit être [ID., 24 janv. 1689]
Le génie de Colbert se tourna principalement vers le commerce [VOLT., Louis XIV, 29]
Avec ellipse du pronom personnel.
Je vous conjure, ma chère Pauline, de ne pas tant laisser tourner votre esprit du côté des choses frivoles, que vous n'en conserviez pour les solides [SÉV., 16 nov. 1689]
Fig. et familièrement. Ne savoir de quel côté se tourner, ne savoir quel parti prendre, être très embarrassé.
Ne sachant plus où se tourner pour sauver M. de Cambrai [BOSSUET, Lett. quiét. 381]
48° S'adresser à.
Puis [les démons] se tournant aux saints anges : hé bien.... est-ce que nous sommes seuls ? [BOSSUET, 2e sermon, Démons, 2]
Quand il [le monde] commencera à m'oublier, et que je ne pourrai plus en faire usage, alors je me tournerai vers vous, et je vous dirai : Me voici [MASS., Avent, Délai.]
49° Prendre parti.
Les Romains méprisèrent ce gouvernement, et se tournèrent à Charlemagne [BOSSUET, Hist. I, 11]
César.... se tourne du côté du peuple [ID., ib. III, 7]
Ces mêmes Suisses se tournèrent contre François 1er [VOLT., Hist. parl. XVI]
50° Se tourner contre, être contraire, lutter contre.
Mais la fortune enfin se tourna contre nous [CORN., Rodog. I, 6]
Leurs langues ont perdu leur force en se tournant contre eux-mêmes [SACI, Bible, Psaum. LXIII, 9]
Antoine et César, après avoir ruiné Lépide, se tournent l'un contre l'autre [BOSSUET, Hist. I, 9]
Alger, riche des dépouilles de la chrétienté, dans ta brutale fureur tu te tournes contre toi-même [ID., Mar.-Thér.]
Je vois que tout ce qu'on a jamais dit contre la liberté de l'homme, se tourne encore avec bien plus de force contre la liberté de Dieu [VOLT., Lett. au pr. roy. de Pr. 8 mars 1738]
51° Avoir une certaine issue.
La reine a dîné.... avec Mme de Montespan et Mme de Fontevrault : vous verrez de quelle manière se tournera cette amitié [SÉV., 14 juin 1675]
N'avançons point nos chagrins ; espérons plutôt que tout se tournera selon nos désirs [ID., 8 janv. 1690]
Il [le cardinal de Retz] a un procès qu'il fera juger, parce que, selon qu'il se tournera, ses dettes seront achevées d'être payées, ou non [ID., 27 juin 1678]
Tout se tourne à la paix [ID., 27 juin 1672]
Son étoile à lui [M. de Lavardin], c'est que tout se tourne à bien pour le faire riche [ID., 3 juill. 1680]
L'obstacle semble se tourner à rien [BOSSUET, Lett. abb. 168]
Mais que cet établissement se tournât mal, ce serait un des lieux du monde où Dieu serait le plus offensé [MAINTEN., Lett. à Mme de*** 30 sept. 1693]
Je ne sais ce que c'est : tout se tourne malheureusement [MONTESQ., Lett. pers. 151]
Se tourner au bien, suivre ce qui est bien.
Cette princesse-là se tourne tout à fait au bien [MAINTEN., Lett. à M. d'Aubigné, 9 juin 1685]
Se tourner vers Dieu, donner son cœur à Dieu.
52° Se tourner à la mort, même sens que tourner à la mort, mais beaucoup moins usité.
Dans cet état [mieux apparent], hier à six heures, il [la Rochefoucauld] se tourne à la mort.... en un mot, la goutte l'étrangle traîtreusement [SÉV., 17 mars 1680]
53° Se tourner à, arriver à, par un certain revirement.
Il semble que le temps veuille se tourner au beau, comme quelques almanachs le promettent [PELLISSON, Lett. hist. t. II, p. 358]
Et tout d'un coup la conversation se tourne à parler des goûts de M. de Charost [SÉV., 18 févr. 1689]
54° Se tourner en, se changer, passer d'un état à un autre.
C'est lors véritablement que leur phlegme s'est tourné en bile [BALZ., liv. I, lett. 7]
Nous sommes résolus, si son mal [de Mme de la Trousse] se tourne en langueur, de nous en aller en Provence [SÉV., 6 avril 1672]
Mes affaires de Nantes vont pitoyablement ; tout s'est tourné en chicanes, en saisies [ID., 6 juill. 1689]
C'était ouvrir une porte par laquelle toute l'Écriture et tous les mystères de notre salut se tourneraient en figures [BOSSUET, Var. II, 30]
Tout se tourne en révoltes et en pensées séditieuses, quand l'autorité de la religion est anéantie [ID., Reine d'Anglet.]
L'orgueil se tourne aisément en cruauté [ID., Hist. III, 4]
Les hommes peuvent-ils espérer pour eux-mêmes quelque douceur de vie, si leur plus étroite société, qui est celle du mariage, se tourne en amertume ? [FÉN., Éduc. filles, I]
Le doute s'était changé en admiration pour lui [Colomb] à son premier voyage ; mais l'admiration se tourna en envie au second [VOLT., Mœurs, 145]
La fièvre tierce s'est tournée en quarte, en continue, elle est devenue quarte, continue.
55° Devenir autre.
La licence d'une justice arbitraire, qui, sans règle et sans maxime, se tourne au gré de l'ami puissant [BOSSUET, le Tellier.]
Le cœur de la reine se tourna tout d'un coup [HAMILTON, Gram. 11]
56° S'égarer, en parlant de l'esprit.
Personne ne peut la gouverner [Mme de Vaubrun, dans le chagrin de la perte de son mari], et l'on craint tout de bon que son esprit ne se tourne [SÉV., 4 sept. 1675]
57° Prendre une certaine tournure, une certaine manière.
J'avoue que vous m'avez arrêtée tout court, et que je ne puis souffrir la manière dont cela s'est tourné dans vos têtes [SÉV., 411]
Les choses se tournent bien différemment dans les têtes des hommes [VOLT., Lett. d'Argens, 30 nov. 1764]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Sur mei avez turnet fals jugement [, Ch. de Rol. XXII]
    Jà cil d'Espaigne ne s'en deivent turner [s'en retourner] [, ib. CXXX]
    Andui li oil [les deux yeux] en la teste li turnent [, ib. CXLVIII]
    Rollanz s'en turne, par le camp vait tut suls [, ib. CLX]
    [Il] Turnat la teste vers la paiene gent [, ib. CLXXI]
    Unt lur [ils leur ont] les doz turnez [, ib. CLXXV]
  • XIIe s.
    Li rois Marsiles s'en est fuiant tornez [, Ronc. p. 101]
    Jà de bataille n'en verrez un tourner [, ib. p. 134]
    Sor lui torna li duels [deuil] par son folage [, ib. p. 159]
    Chascuns torna sa resne et son tour a repris [, ib. p. 193]
    [Ils font] Engin de mainte color Pour tourner joie en tristor [, Couci, 1]
    Et quant l'alaine douce vente Qui vient de cel douz païs Où cil est qui m'atalente, Volentiers [j'] i tour mon vis [visage]i [DAME DE FAIEL, dans Couci]
    Car pur ço que il [les ecclésiastiques] criement [craignent] perdre lur dignité, Se sunt del tut suzmis à laie poesté ; Quel part que li venz turt, se plessent od l'oré [, Th. le mart. 127]
    Cil jors soit torneiz en tenebres [, Job, p. 456]
    E Fenenna iço li turna à repruce [, Rois, p. 3]
  • XIIIe s.
    Des autres homes et des autres dames i avoit-il tant qu'on n'i pooit son pié tourner [VILLEH., LXXXVI]
    Petit dura cil estors [combat] ; quar Grieu tornerent le dos et furent desconfis à cele premiere pointe [ID., LXV]
    Et cil de la tor se desconfirent et se tornerent fuiant [ID., CIV]
    Emprès, prisrent entr'aus li baron un parlement à Soissons, por savoir quant il mouveroient et quel part il tourneroient [ID., VIII]
    De fortune me tourne diversement la roue [, Berte, XXXIII]
    Et l'ourse l'eschiva [l'évita], autre voie est tournée [a pris un autre chemin] [, ib. XLVI]
    Bien [je] sai que li uns d'eus sera tost çà tournés [venu] [, ib. CXXI]
    Quant nostre sires voit ke li home et la feme sont en pechié et il tournent à repentance.... dont estent il sor aus la larghece de sa grace [H. DE VALENC., I]
    Sires, metés conselg que la cose ne tourne à pis [, Chr. de Rains, p. 116]
    Et tournerent les lettres au coulon [pigeen] dessous sa diestre eile [, ib. p. 95]
    Tourner la mole [, Liv. des mét. 359]
    Cil qui sont regratier de cervoise vendre, ne les vendent pas si bones ne si loiaus, come cil qui les font en leur hostieuz, et les vendent aigres et tournées [, ib. p. 30]
    Renart l'oï, si torne en fuie Tant, qu'en sa tesniere se fiche [, Ren. 1198]
    Quant Renart l'a veü, pour sot Se tint, si torne le talon [, ib. 25665]
    Car quant tu cuideras dormir, Tu commenceras à fremir, à tressaillir, à demener, Sor costé t'estouvra torner Une heure envers, autre eure adens [sur les dents] [, la Rose, 2442]
    Oraces dist, qui n'est pas nices : Quant li fol eschivent les vices, Il se tornent à lor contraire [, ib. 5783]
    Nus ne doit croire que nus feist volentiers ses drois enfans bastars, por son heritage fere torner à autrui hoirs [BEAUMANOIR, XVIII, 14]
    Et quant en li fesoit tourner la teste devant, il se seignoit ; car il avoit paour que il ne se brisast le col au tourner [JOINV., 270]
    Nous nous tornames, et veimes que il y en avoit bien mil et plus entre li et nous, et nous n'estions que six [ID., 227]
  • XIVe s.
    Si le lait n'est pas bien frais ou qu'il y ait eaue, il tornera [, Ménagier, II, 5]
    Battre quatre ou six œufs, tant qu'ils soient degoutans comme eaue ; autrement ils se tourneroient [, ib.]
    Fut fait cest eschange but à but, sans tourner malle ne deniers, entre lesdiz religieux et ledit chevalier [DU CANGE, tornare.]
    Que sur les tresoriers de nos guerres ne soient par notre dit tresor tournées aucunes cedulles ou descharges, attendu que le fait d'iceux tresoriers est ordonné pour la guerre, et ne doit estre converti ailleurs [ID., ib.]
  • XVe s.
    Guy de Flandre.... lequel se tourna Anglois en cette mesme année, et devint homme du roi d'Angleterre de foi et d'hommage.... [FROISS., I, I, 70]
    Et estoit [Robert Salle] de membres le mieux tourné et le plus fort homme de toute Angleterre [ID., II, II, 114]
    Celle matinée chevauchoit messire Regnaud de Boullant, un chevalier d'Allemaigne, de la route [troupe] du duc de Lanclastre, et avoit chevauché depuis l'aube du jour, et tourné tout le païs, et n'avoit riens trouvé [ID., I, p. 234, dans LACURNE]
    Laquelle femme, pour avoir un pain d'un denier, voulsist que l'en lui tournast change d'un grant blanc [DU CANGE, tornare.]
    Toutefois que la lune tourne ou se mue [ID., ib.]
    Après que la ville fut tournée [eut changé de parti], tous les habitants firent le serment [COMM., I, 12]
    Partirent de sa maison aucuns de ses serviteurs qui se tournerent au service du roy [ID., III, 1]
    Sire, disrent ils, chevauchez seurement ; car nous n'avons garde de tourner champ [reculer] pour tous ceulx que nous voyons là [, Lancelot du lac, t. III, f° 38, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il luy sacrifia une chevre sur le bord de la mer, laquelle on trouva s'estre soudainement tournée en un bouc [AMYOT, Thém. 21]
    Dieu s'esjouit grandement, après qu'il eut achevé le monde, quand il le veit tourner et mouveoir son premier mouvement [ID., Lyc. 60]
    Estans les temples tournez vers le soleil levant, l'adorateur se tourne vers celle part, et puis se retourne vers le dieu.... [AMYOT, Numa, 25]
    Themistocle, tournant sa parole à luy, repliqua.... [ID., Thém. 21]
    Si tost qu'ilz eurent le dos tourné, Pericles y alla aussi avec une armée [ID., Péric. 42]
    On apporta des lettres d'Icetes, par lesquelles il apparoissoit clairement, qu'il avoit tourné sa robbe, et qu'il estoit traistre [ID., Timol. 9]
    Soit qu'il veuille tourner [traduire] une chanson d'Horace... [RONS., 664]
    Les excessives chaleurs et les grands bruits souvent renversent et font tourner les vins [O. DE SERRES, 228]
    Car à tourner d'une langue estrangere, La peine est grande et la gloire est legere [LA BOÉTIE, 473]
    Je tournerois pour toy non pas des vers, Mais bien je croy tout le monde à l'envers [ID., 481]
    Tournant sa cholere en rage [MONT., I, 5]
    Tourner une chose à bien [ID., I, 19]
    Ils tournerent leur pensée à la perte qu'ils venoient de faire [ID., I, 63]
    On me donnoit un theme en mauvais latin pour le tourner en bon [ID., I, 194]
    Quand j'ois reciter l'estat de quelqu'un, je tourne incontinent les yeux à moy [ID., II, 82]
    Ces bœufs tournoient certaines grandes roues à puiser de l'eau [ID., II, 173]
    Trop tourner fait à terre tomber [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 251]
    Puis [deux frères qui avaient amassé quelque butin en guerroyant] s'en retournerent en France, comme c'est la coustume du François ; car, quoy qu'il soit, il faut qu'il tourne voir fumer sa cheminée, ou bien pour faire monstre de sa fortune, ou de sa vaillance et voyage [BRANT., t. IV, p. 332, éd. MONMERQUÉ.]
    Moulins tournans à vent et à eaue, pressoirs à vin, sont reputez immeubles [, Coust. gén. t. I, p. 479]
    Bon charton tourne en petit lieu [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry et picard, torner ; bourg. tonnai ; provenc. et espagn. tornar ; ital. tornare ; du lat. tornare, travailler au tour (voy. TOUR 2).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TOURNER. Ajoutez :
    58° Neutralement, commencer à s'allonger d'une manière un peu marquée, en parlant des jours.
    Les jours, comme on dit au village, les jours avaient tourné [Mme DE GASPARIN, dans STE-BEUVE, Nouv. lundis, t. IX (Mlle Eugénie de Guérin et Mme de Gasparin, I).]

tourner

TOURNER. v. tr. Mouvoir en rond, imprimer un mouvement circulaire, un mouvement de rotation. Tourner une roue. Tourner une broche. Se tourner dans son lit. Tournez-vous, que je voie si cette robe vous va bien par-derrière.

Tourner un film, Prendre des vues cinématographiques sur une pellicule sensible que l'on déroule.

Fam., Tourner les talons, S'en aller. Tourner ses souliers, Les déformer en marchant, les éculer.

TOURNER signifie aussi Diriger par un mouvement circulaire, par un mouvement en ligne courbe. Tourner la tête. Tourner les yeux, les regards vers quelque chose. Tourner les pieds en dedans, en dehors. Se tourner vers quelqu'un. Ils tournèrent leurs armes contre eux-mêmes.

Tourner le dos à quelqu'un, Tourner le dos du côté où il a le visage, lui présenter le dos. Il se dit, figurément et familièrement, pour signifier qu'on refuse d'entrer en rapports avec quelqu'un. À peine m'a-t-il aperçu qu'il m'a tourné le dos. Fig., La fortune lui a tourné le dos, La fortune lui est devenue contraire.

Fig. et fam., Ne savoir de quel côté se tourner, Être dans un grand embarras, ne savoir que faire, que devenir, n'avoir plus de ressource.

Tourner ses pas vers un endroit, Marcher, se diriger vers un endroit.

Ce prince tourna ses armes, ses forces contre tel État, Il fit marcher ses troupes de ce côté-là pour y porter la guerre.

Fig., Tourner toutes ses pensées vers quelque chose, Y appliquer toutes ses pensées, s'y adonner entièrement. Dans un sens analogue, on dit : Tourner son coeur à Dieu; se tourner vers Dieu.

TOURNER signifie aussi Disposer en rond autour de quelque chose. Tourner une corde, une amarre autour d'un pieu.

Il signifie encore Décrire un mouvement circulaire autour de quelque chose. En termes de Guerre, Tourner l'ennemi, tourner une position. En termes de Chasse, Tourner un lièvre, des perdrix. Tourner un buisson.

Fig., Tourner une difficulté, L'éluder.

TOURNER signifie aussi Mettre en sens inverse. Tourner les feuillets d'un livre. Tourner une carte. Tourner une étoffe d'un autre sens.

En termes de jeux de Cartes, Tourner coeur, tourner carreau, etc., se dit quand la carte qu'on retourne, qu'on montre à la fin de la distribution est un coeur, un carreau, etc.

Fig. et fam., Tourner casaque, Tourner le dos, s'enfuir. Il signifie aussi Changer de parti.

Tourner bride se dit d'un Cavalier qui retourne sur ses pas. Il reçut cette nouvelle en chemin, et aussitôt il tourna bride.

Fig., Tourner la tête à quelqu'un, L'éblouir, lui inspirer une admiration ou une affection qui lui fait perdre la tête.

TOURNER signifie figurément Influencer, faire passer à une manière d'être différente. Quelques jours lui suffirent pour tourner tous les esprits. On dit plutôt aujourd'hui Retourner.

Tourner une personne à son gré, Manier son esprit en sorte qu'on lui fasse faire tout ce qu'on veut. Il tourne cet homme-là, cet esprit-là comme il lui plaît. Il est vieux.

TOURNER signifie aussi Interpréter, transformer. Tourner tout en bien, tourner tout en mal. Tourner les choses à son avantage.

Tourner une chose en raillerie, La prendre comme dite en raillant et sans dessein de fâcher. Il ne prit point sérieusement les choses désagréables qu'on lui disait, il les tourna en raillerie. Il signifie aussi Se moquer de quelque chose, en faire des railleries. Il tourne en raillerie les meilleurs conseils et les plus sages remontrances.

TOURNER signifie encore Façonner au tour des ouvrages de bois, d'ivoire, d'argile, de métal, etc. Tourner un pied de table. Tourner des obus. Tourner l'ivoire, le buis. Absolument, Il s'amuse à tourner. Un ouvrier qui tourne bien.

Il signifie figurément Arranger d'une certaine manière les paroles, les pensées dans un ouvrage de prose ou de vers, leur donner un certain tour. Il tourne bien les vers. Tourner une lettre, un compliment.

TOURNER est aussi verbe intransitif et signifie Se mouvoir en rond, circulairement. La terre tourne autour du soleil, et la lune tourne autour de la terre. Une planète qui tourne sur elle-même. Une machine qui tourne sur son pivot. La roue tourne. Quand on a trop bu, il semble que tout tourne. Un cheval qui tourne autour du pilier. Les enfants tournaient autour de nous.

Son pied a tourné, Il s'est tordu le pied.

Fig., La tête lui tourne se dit en parlant d'une Personne qui se trouve étourdie pour avoir regardé en bas d'un lieu élevé ou pour avoir trop tourné sur elle-même. Il se dit aussi de Ceux qui ont des étourdissements et des vertiges.

Fig., La tête lui a tourné se dit d'un Homme qui est devenu fou. Il se dit aussi figurément d'un Homme à qui quelque faveur inespérée de la fortune, ou au rebours quelque malheur imprévu, a troublé l'esprit.

Fig. et fam., Tourner autour du pot, Ne point aller au fait, à la conclusion d'une affaire. Parlez franchement, ne tournez point tant autour du pot. Il ne fait que tourner autour du pot.

TOURNER signifie aussi Être disposé en cercle. Ce boulevard tourne autour de la ville.

Il signifie encore Prendre une autre direction. Au bout de la rue, on tourne à droite. Le vent a tourné. Le vent tourne au nord. Le chemin tourne. Fig., Le temps tourne au froid.

Tourner court, Tourner dans un petit espace, ne pas prendre largement son tournant, son virage. Le chauffeur a tourné trop court. Il se dit aussi figurément et signifie Abréger. L'orateur a tourné court après cette réflexion et s'est hâté de finir. Il se dit aussi des Choses. Cette maladie a tourné court, Elle s'est terminée par une mort prompte et inattendue; ou encore : Le malade a guéri tout à coup. Ce dénouement tourne trop court, Il arrive d'une manière trop brusque, trop peu préparée.

En termes de Chasse, Tourner au change se dit des Chiens, lorsqu'ils attaquent un autre animal que celui de meute.

Fig. et fam., Tourner à tous les vents, tourner comme une girouette, Avoir l'esprit variable et inconstant, changer souvent de sentiment, d'opinion.

Fig., Tourner du côté de quelqu'un, Se ranger de son parti. Aussitôt qu'il se fut déclaré, tout le monde tourna de son côté.

TOURNER signifie figurément Se modifier, changer. Son amour a tourné en haine.

Fig. et fam., Faire tourner quelqu'un en bourrique, Exaspérer, ahurir quelqu'un.

Cette maladie, cette affaire tourne mal, Elle prend une mauvaise tournure, il y a lieu de craindre qu'elle n'ait une issue fâcheuse. On dit de même : L'affaire a bien tourné, a mal tourné, a tourné autrement qu'il ne pensait.

Cette chose tournera à sa honte, à sa gloire, à son honneur, à son déshonneur, lui tournera à bien, à mal, à profit, etc., Elle produira pour lui de la honte, de la gloire, de l'honneur, du déshonneur, du bien, du mal, du profit, etc.

Ce jeune homme tourne mal, Il est en passe de se mal conduire, il dévie de la bonne route, il ne soutient pas les bonnes espérances qu'on avait conçues de lui. On dit dans le sens contraire : Il tourne bien.

La chance a tourné, Les choses ont changé de face. Il avait tout le monde pour lui, contre lui, mais la chance a tourné.

Fam., Il a tourné, Il a abandonné son parti, ses opinions.

TOURNER signifie encore S'altérer, changer en mal. Ce vin commence à tourner, il tourne à l'aigre. Il ne faut pas trop faire chauffer cette sauce, elle tournerait. Cette crème a tourné.

Le raisin, les cerises, les groseilles tournent, commencent à tourner, Ils dépassent le point de maturité, ils commencent à se gâter.

Tourner sur le coeur, Donner des nausées. Ce qu'il a mangé lui a tourné sur le coeur.

SE TOURNER signifie Se changer, passer d'un état à un autre. La verdeur de ce vin se tournera en force.

Il s'emploie aussi figurément. Leur première antipathie s'est tournée en amitié.

Le participe passé TOURNÉ s'emploie adjectivement et se dit d'un Produit qui est aigri, corrompu. Le lait est tourné. Du vin tourné.

Fig. et fam., Un homme bien tourné, Qui est bien fait, qui a bon air.

Fig., C'est un esprit mal tourné se dit d'un Homme qui prend ordinairement les choses de travers.

tourner

Tourner, ou faire et façonner au tour, Tornare, Calices ex terebintho solitus facere torno. Plin. tornoô, id est, rotundum facio.

Tourné, ou fait et façonné au tour, Tornatus, Tornatilis.

tourner

Tourner, act. acut. Est proprement mener en rond, Circumagere. Mais on en use plus largement pour ce dessus dessoubs, et d'un costé à autre.

Qu'on tourne aiséement çà et là, Versatilis, Flexilis.

Qui tourne, Volubilis.

Se tourner souvent, Versare se.

Tourner contre et droict à quelque chose, Obuertere, Aduertere.

Tourner la prouë du navire vers quelque lieu, Nauem illuc aduertere. Gell. lib. 16. cap. 8.

Tourner à l'envers, ou au rebours, Peruertere, Inuertere.

Tourner visage, c'est laisser d'aller avant pour faire teste à l'ennemy, Conuertere iter ac vultum in hostem insequentem, seu conuertere signa. Caesar.

Tourner le dos, Auersari.

Tourner tout entour, Circumuertere.

Le cas commence ja à tourner d'un costé, Iam inclinata res. B. ex Caesare.

Tourner autour du pot, est proverbialement dit, pour ne toucher le coeur et le fonds de la matiere, ains l'escorce sans plus, Ambages agere.

Tourner d'un lieu en autre, Inuergere.

¶ Tourner son esprit à faire quelque chose, Animum ad rem aliquam inclinare vel appellere.

¶ Tourner à mal une chose faite pour bien, Recte facta detorquere, Male interpretari, Vitio vertere.

Tourner quelque chose à jeu et s'en mocquer, Vertere aliquid in iocum.

Dieu vueille tourner la chose à bien, Deus bene vertat.

Le temps a beaucoup tourné de choses en mieux, Multa dies in melius retulit.

Tourner à son profit particulier l'administration de la repub. Habere quaestui remp. Publicum munus in rem suam vertere, Commoda publica suis aestimare.

Tourner à los, Ducere laudi.

Se tourner à meschanceté, Ad malos mores deuergere.

Tourner ses pensées à voluptez, Cogitationes ad voluptates traducere.

Tourner son esprit d'une chose à autre, Traducere animum a re aliqua ad aliam.

Tourner de Grec en Latin, In Latinum Graeca vertere, Ex Graeco in sermonem Latinum vertere, voyez Traduire, et Translater.

Tourner de mot à mot, est suyvre le fil de la tissure de l'oraison de l'autheur qu'on traduict, Verborum contextui versionem deuincire, addicere.

Qui tourne quelque chose d'un langage en autre, Interpres.

Tourner d'un lieu, Offlectere. Plaut.

Tourner son chariot droict à la ville, Currum vrbem versus deflectere.

Tourner à gauche ou à senestre, Detorquere in laeuam.

De quelque part qu'il se tournast, Quam se cunque in partem dedisset, Quoquo se vertisset.

Où t'en tournes tu? Quo diuersus abis? Reuerteris?

Je ne sçay où me tourner, Quo me vertam nescio.

Se tourner à costé, Digredi in latus.

La maison est tournée au soleil couchant, AEdes ad occidentem vergunt, prospectum habent. Tourner signifie aussi iteration d'un acte, comme, Tournez à faire cela, Istuc fac denuo, comme si on disoit, Recommencez d'ou vous avez achevé, Ce qui est dit par energie du rond, qui commence de tout endroict où il acheve.

La teste me tourne, Caput velut turbine circumagitur. Seneca Epistol. 84.

¶ Tourner, faire et façonner au tour, voyez Tour.

Tourné, Versus, Conuersus.

Ayans les pieds tournez ce que devant derriere, Auersis post crura plantis.

¶ Tourné par trois fois au pilori, et fleutri, Damnatus in orbe numellato, medio foro ter circumactus, et cautere liliato inustus. Bud.

tourner


TOURNER, v. act. et n. [Tour-né; 2e é fer.] 1°. Mouvoir en rond: "Tourner une roûe, une broche. "Dans un sens moins {C709a~} strict: tourner la tête, se tourner sur le côté; tourner les yeux, les regards vers, etc. "Se tourner dans son lit. = Tourner le dôs aux énemis, ou absolument, tourner le dôs, s'enfuir. = Tourner le dôs à quelqu' un, quiter quelqu'un par mépris, ou cesser de le protéger, de le servir. = Fig. "La fortune lui a tourné le dôs. = 2°. Fig. Diriger: "Tourner toutes ses pensées au Ciel, ou vers le Ciel: Tourner son coeur à Dieu, ou vers Dieu. "Ce prince a tourné ses armes, ses forces vers ce Royaume, cette Province, etc. "Il n'y a rien de si puissant pour agir sur les coeurs des peuples, et pour les tourner, soit vers le bien, soit vers le mal, que l'exemple du Prince. Maimb. "Mélédin avoit l'esprit naturellement tourné à la douceur et à la paix. Id. = 3°. Mettre en un aûtre sens. "Tourner les feuillets d'un livre: tourner une carte. = Figurément:Tourner un homme de tous les sens, de tous les côtés; lui faire diverses questions, diverses propositions, pour tirer de lui ce qu'il sait d'une afaire, ou pour savoir quel est son sentiment, son dessein. — Le tourner à son gré, lui faire faire tout ce qu'on veut. — Tourner bien, tourner mal une afaire; lui doner un bon, un mauvais tour. — Tourner, interpréter en bien, en mal. Tourner les chôses à son avantage. — Tourner en ridicule, rendre ridicule. — Tourner une chôse en râillerie, la prendre comme dite en râillant, et ne pas s'en ofenser.. = 4°. Façoner au tour. "Tourner des colonnes, des chaises; l'or, l'argent, le cuivre. = V. n. sans régime. "Il s'ocupe à tourner: "Il tourne bien; il sait bien tourner. = 5°. En parlant des ouvrages d'esprit: leur doner un certain tour. "Il tourne bien un vers, une période, un compliment. "Il faudrait tourner aûtrement cette phrâse, ce morceau, cette épigramme.
   Je n'ai jamais ouï de vers si bien tournés.
       MISANT.
= 6°. Tourner, neutre; se mouvoir en rond: la Terre tourne autour du Soleil; et la Lune autour de la Terre: ou à droite à gauche. "Tourner de côté et d'autre. "Tourner du côté du midi. "Le vent tourne. "Saladin, sans perdre tems, tourne tout d'un coup vers son camp. Maimb. = Figurément: "Cet homme tourne à tout vent. "La tête lui tourne, se dit au propre; la tête lui a tourné, s'emploie au figuré. "Si jamais {C709b~} je suis assez sot pour prendre une seconde femme, je vous permets de dire que la tête m'a tourné. Dest. "Il y a un diable de brouillamini dans tout cela, qui m'a pensé faire tourner la cervelle. ID. Tourner du côté de quelqu'un, se ranger de son parti. — "Cette afaire a bien ou mal tourné: elle a eu un bon ou un mauvais succês. "Je m'imaginai que cette rencontre pouvoit tourner à bien. MARIV.
   Monsieur, vous seul pouvez rétablir cette afaire:
   Elle tourne au plus mal.
       GRESSET.
* Mde. de Sévigné dit en ce sens, se tourner: "Nous verrons comme cela se tournera. — Il aurait été mieux de dire, comme cela tournera. = 7°. Produire; contribuer à: "Cela tournera à sa gloire, à son honeur, ou à son déshoneur, à sa honte, etc. = 8°. Se tourner, changer. "La verdeur de ce vin se tournera en force. "Cet enfant se tourne au bien, au mal. "Cette fièvre tierce s'est tournée en quarte, en continûe. "Tout ce qu'il mange se tourne en bile. = 9°. Tourné, ée, partic. et adj. "Homme bien tourné, bien fait, qui a bon air. — Esprit bien tourné, bon esprit. "Sans avoir cultivé son esprit par l'étude des Belles-Lettres, il l'avoit très-juste et très-bien tourné. MAIMB. parlant de Pierre l'Hermité. — Esprit mal tourné, qui prend toute chôse de travers. — Maison bien ou mal tournée, qui est dans une bone ou une mauvaise exposition. — Apartement bien ou mal tourné, bien ou mal entendu, bien ou mal disposé. — "Un Roi entièrement tourné à la guerre, voudroit toujours la faire. Télémaque. = 10°. * On disait aûtrefois, tourner pour traduire; et Bossuet a encôre dit: tourner la Bible; le livre étoit déja tourné en anglois, etc.L'Académie ne le désaprouvait pas dans les premières éditions. Dans les suivantes, elle dit qu'il est vieux. Dans la dernière, elle ajoute qu'il ne se dit guère que dans les Collèges. = * Les Gascons disent: il a tourné l'esprit, la tête, pour dire que l'esprit, la tête lui a tourné, qu' il est devenu fou. = 11°. On dit proverbialement, tourner autour du pot; user de circonlocutions, avant que d'en venir au fait. — Tourner comme une girouette; tourner à tout vent, être léger et inconstant. — Tourner la médaille, ou le feuillet; voir le contre, aprês avoir vu le pour. — Il ne sait de quel côté se tourner; il est dans un grand embârrâs.
   Rem. * Dans le dernier siècle, on disait, tourner en fuite, pour mettre en fuite: "Ils leur font lâcher prise, les tournent en fuite. MAIMB.

Synonymes et Contraires

tourner

verbe intransitif tourner
1.  Se déplacer autour de.
2.  Aller et venir dans un espace.
3.  Changer de direction.
4.  Évoluer vers tel état.

tourner

verbe transitif tourner
1.  Déplacer quelque chose.
2.  Éviter un obstacle.

tourner (se)

verbe pronominal tourner (se)
1.  Changer d'orientation.
2.  Faire appel à quelqu'un.
Traductions

tourner

(tuʀne)
verbe transitif
1. diriger dans une autre direction tourner les yeux vers qqn
2. prendre les pages pour voir la face opposée
3. faire faire un tour tourner la clé dans la serrure
4. transformer en montrant un aspect différent tourner qqch en ridicule
5. réaliser un film tourner un film à la campagne

tourner

drehen, umdrehen, drechseln, kehren, umwälzen, umwenden, wenden, abbiegen, rotieren, umgehen, abschalten, sich drehenturn, turn around, turn on, turn round, revolve, switch, curve, rotate, round, spin, twirl, twist, switch on, whirl, wind, turn offdraaien, omdraaien, wentelen, aandoen, aandraaien, aansteken, inschakelen, keren, ronddraaien, schakelen, wenden, zwenken, een bocht maken, een wending nemen, om [iets] heen lopen, omslaan [bladzijde], omzeilen, richten, roeren, spelen [film], verfilmen, zuur worden [melk], duizelen, verdraaien, malen, afbuigen, krommen, bederven, afslaanאגף (פ'), הסב (הפעיל), הסתחרר (התפעל), הפך (פ'), חרט (פ'), סובב (פועל), פנה (פ'), חָרַט, הֵסֵב, אָגַף, הָפַךְ, הִפְנָה, פָּנָהaanskakelconnectar, endollar, girar, perfeccionar, polir, tornar, tornejartočit, odbočit, otáčet se, zahnoutvende, dreje, slukke forŝalti, torni, turnivoltear, hacer dar vueltas, hacer girar, revolver, tornear, volver, cambiar de carretera, girar, salirsekääntää, kytkeä, sorvata, kääntyä, poiketa tieltä, pyöriäkapcsolbelok, berbelok, berputar, membelok, menggelinding, putargirare, accendere, curvare, deviare, mescolare, roteare, ruotare, travolgere, volgere, voltare, volteggiare, spegneretornareobrócić, włączać, obracać, skręcić, wyłączyćvirar, acender, ligar, rodar, tornear, transformar, voltar, voltear, volver, girarвращать, повернуть, поворачивать, вертеть, включать, крутиться, сворачиватьvända, vrida, snurra, stänga av, svängaστρίβω, περιστρέφω, αλλάζω πορεία, στρέφωيَدْوُرُ, يَدورُ, يُطْفِئisključiti se s ceste, okrenuti, okretati seわき道へ入る, 向きを変える, 回転する돌다, 벗어나다, 회전하다slå av, snurre, svingeเปลี่ยนไปทางใหม่, เลี้ยว, หมุนdönmekquay đi, rẽ đi hướng khác, xoay拐弯, , 转弯
verbe intransitif
1. changer de position, de direction tourner à gauche
2. se déplacer en cercle autour de qqch La Terre tourne autour du Soleil.
3. faire un mouvement circulaire tourner sur soi-même en dansant
4. avoir des vertiges
5. fonctionner moteur qui tourne
6. évoluer tourner bienmal histoire qui tourne au drame
7. devenir mauvais, pour un aliment mayonnaise qui tourne
8. avoir pour sujet La discussion tourne autour du chômage.

tourner

[tuʀne]
vt
[+ manivelle, poignée] → to turn
[+ sauce, mélange] → to stir; [+ salade] → to toss
(CINÉMA) [+ scène] → to shoot
tourner un film → to make a film
(= contourner) [+ obstacle] → to get around, to get round (Grande-Bretagne)
(autres locutions) tourner la tête → to look away
tourner la tête à qn (fig) → to go to sb's head
tourner la page (fig) → to turn the page
tourner le dos à (mouvement) → to turn one's back on; (position) → to have one's back to
tourner en ridicule → to ridicule
vi
(mouvement, direction, orientation) → to turn
Tournez à droite au prochain feu → Turn right at the lights.
[moteur] → to run
[compteur] → to tick away
[lait] → to go sour, to turn
Le lait a tourné → The milk's gone sour., The milk has turned.
(fig) (= changer) [chance] → to turn; [temps] → to change
(autres locutions) bien tourner → to turn out well
mal tourner → to go wrong
Ça a mal tourné → It all went wrong.
tourner de l'œil → to pass out
tourner autour du pot (fig) → to go round in circles
tourner à, tourner en → to turn into
tourner à la pluie → to turn to rain
tourner court → to come to a sudden end
tourner autour de (à pied, en voiture) → to go around; [+ axe, planète] → to revolve around (péjoratif) (= rôder) → to hang around [tuʀne]
vpr/vi → to turn around
se tourner vers [+ religion, politique] → to turn to; (pour faire face) → to turn towards
Tourne-toi un peu plus vers moi, et souris! → Turn towards me a bit more, and smile!
vpr/vt
se tourner les pouces → to twiddle one's thumbs