tournoi

tournoi

n.m.
1. Compétition sportive comprenant plusieurs séries d'épreuves : Un tournoi de golf.
2. Compétition amicale et sans enjeu important : Un tournoi de belote.
3. Sous la féodalité, combat entre chevaliers.
Tournoi ouvert,
expression qu'il est recommandé d'employer à la place de open.

TOURNOI

(tour-noi) s. m.
Fête militaire où les chevaliers du moyen âge déployaient leur adresse en joutant ou en combattant les uns contre les autres.
L'usage des tournois, qui, unissant ensemble les droits de la valeur et de l'amour, donnèrent encore à la galanterie une grande importance [MONTESQ., Esp. XXVIII, 22]
Les tournois, si longtemps célèbres dans l'Europe chrétienne et si souvent anathématisés, étaient des jeux plus nobles que la lutte, le disque et la course des Grecs, et bien moins barbares que les combats des gladiateurs chez les Romains [VOLT., Mœurs, 99]
Le prince Henri de Bourbon-Montpensier en fut encore la victime ; une chute de cheval le fit périr ; les tournois cessèrent alors absolument (1560) [ID., ib.]
Fig.
Sur une table longue et façonnée exprès, D'un tournoi de bassette ordonner les apprêts [BOILEAU, Sat. x.]
Fig. Tournoi de paroles, assaut entre des orateurs, des parleurs.
Dans tous les mélodrames, on réserve une scène à effet pour ces deux acteurs à forte poitrine ; c'est un beau tournoi de paroles ; l'un fait sonner toutes les r, l'autre toutes les s [TH. GAUTIER, Hist. de l'art dramatique, t. I, p. 24]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Un tournoi [il] fait crier, que plus n'i veut atendre [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 17]
  • XIVe s.
    Ceulx qui vont as tournez [ORESME, Éth. 79]
  • XVe s.
    À tant il recouvra son heaulme et s'en arma, puis dist à Norgal : Sire chevalier, se vous sçavez riens que dire à ceste jouste, venez au tournoy, si en prenez sur moi vengeance au trenchant de l'espée [, Perceforest, t. v, f° 23]
    Adonc les suivirent environ deux cens chevaliers, tant qu'ilz vindrent en la place ; lors se voulurent par bendes partir ; mais Paustonnet les destourna, disant que le tournoy estoit commun, et ue chascun fist du mieux qu'il pourroit ; à ces paroles appella chascun son compaignon de la jouste, et commencerent le tournoy fort et puissant [, ib. t. IV, f° 158]
    Luy tout seul et ung sien cousin maintenoient le tournoy [combat véritable], et se deffendirent [, Lancelot du lac, t. III, f° 40, dans LACURNE]
    Trop je connois Vos durs tournois Et vostre luyte [, le Blason des faulces amours, p. 240, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Joustes, tournoys, courses de bagues [CARLOIX, II, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Substantif verbal de tournoyer ; provenç. tornei ; catal. tornesi ; espagn. torneo ; portug. torneios, torneos ; ital. torneo.

tournoi

TOURNOI. n. m. Il s'est dit d'un Combat à armes courtoises entre deux ou plusieurs partis de chevaliers. Le prince fit publier le tournoi. La faveur des tournois s'est continuée jusqu'au XVIe siècle.

Il se dit, par extension, de Joutes oratoires. Ce fut un beau tournoi d'éloquence.

tournoi


TOURNOI, s. m. [Tour-noa.] Assemblée convoquée, où l'on s'exerçait à plusieurs sortes de combats.

Synonymes et Contraires

tournoi

nom masculin tournoi
Littéraire. Lutte où l'on rivalise.
compétition, duel, lutte -littéraire: joute.
Traductions

tournoi

tournament, tourneyטורניר (ז), משחקי גביע (ז״ר)toernooi, steekspelTurnierτουρνουάtorneioтурнир, соревнованиеtorneo, competizioneمُبَارَاةturnajturneringtorneoturnausturnirトーナメント토너먼트turneringturniejturneringการแข่งขันturnuvavòng đấu loại锦标赛турнир比賽 (tuʀnwa)
nom masculin
1. compétition en plusieurs épreuves tournoi de tennis
2. combat entre chevaliers, au Moyen Âge participer à un tournoi

tournoi

[tuʀnwa] nmtournament