tousser

(Mot repris de toussâtes)

tousser

v.i. [ du lat. tussis, toux ]
1. Avoir un accès de toux : Il a beaucoup toussé cette nuit.
2. Se racler la gorge pour s'éclaircir la voix ou attirer l'attention : Vous tousserez deux fois quand il arrivera.

tousser


Participe passé: toussé
Gérondif: toussant

Indicatif présent
je tousse
tu tousses
il/elle tousse
nous toussons
vous toussez
ils/elles toussent
Passé simple
je toussai
tu toussas
il/elle toussa
nous toussâmes
vous toussâtes
ils/elles toussèrent
Imparfait
je toussais
tu toussais
il/elle toussait
nous toussions
vous toussiez
ils/elles toussaient
Futur
je tousserai
tu tousseras
il/elle toussera
nous tousserons
vous tousserez
ils/elles tousseront
Conditionnel présent
je tousserais
tu tousserais
il/elle tousserait
nous tousserions
vous tousseriez
ils/elles tousseraient
Subjonctif imparfait
je toussasse
tu toussasses
il/elle toussât
nous toussassions
vous toussassiez
ils/elles toussassent
Subjonctif présent
je tousse
tu tousses
il/elle tousse
nous toussions
vous toussiez
ils/elles toussent
Impératif
tousse (tu)
toussons (nous)
toussez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais toussé
tu avais toussé
il/elle avait toussé
nous avions toussé
vous aviez toussé
ils/elles avaient toussé
Futur antérieur
j'aurai toussé
tu auras toussé
il/elle aura toussé
nous aurons toussé
vous aurez toussé
ils/elles auront toussé
Passé composé
j'ai toussé
tu as toussé
il/elle a toussé
nous avons toussé
vous avez toussé
ils/elles ont toussé
Conditionnel passé
j'aurais toussé
tu aurais toussé
il/elle aurait toussé
nous aurions toussé
vous auriez toussé
ils/elles auraient toussé
Passé antérieur
j'eus toussé
tu eus toussé
il/elle eut toussé
nous eûmes toussé
vous eûtes toussé
ils/elles eurent toussé
Subjonctif passé
j'aie toussé
tu aies toussé
il/elle ait toussé
nous ayons toussé
vous ayez toussé
ils/elles aient toussé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse toussé
tu eusses toussé
il/elle eût toussé
nous eussions toussé
vous eussiez toussé
ils/elles eussent toussé

TOUSSER

(tou-sé) v. n.
Faire l'effort et le bruit que cause la toux.
Votre fluxion ne vous sied point mal, et vous avez grâce à tousser [MOL., l'Av. II, 6]
Quand sur une personne on prétend se régler, C'est par les beaux côtés qu'il lui faut ressembler, Et ce n'est point du tout la prendre pour modèle, Ma sœur, que de tousser et de cracher comme elle [ID., F. sav I, 1]
Il se moucha, cracha, toussa, Puis en ces mots il commença [CHAPELLE et BACHAUMONT, Voyage.]
Vineuil est bien vieilli, bien toussant et bien crachant, et dévot, mais toujours de l'esprit [SÉV., 17 sept. 1675]
Je crois qu'on tousse par tout le royaume ; nous toussons beaucoup sur la frontière ; c'est une épidémie [VOLT., Lett. d'Argental, 17 mars 1765]
Il faisait consister sa gloire à savoir et à raconter avec précision comment Fontenelle toussait et crachait [GRIMM, Corresp. t. I, p. 74]
Substantivement.
Tous les marchers, toussers.... [sont différents] [PASC., Pens. XXV, 63, édit. HAVET.]
Faire ce même bruit à dessein.
Ayant toussé pour se nettoyer la voix, il commença par ces vers [LA FONT., Psyché, I, p. 22]
Puis tousserez afin de m'avertir ; Mais haut et clair, et plutôt deux fois qu'une [ID., Savetier.]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

  • On a dit toussir encore au commencement du XVIIe siècle :
    Sans oser ni cracher ni toussir ni s'asseoir [RÉGNIER, Sat. IV]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nuns [nul] ne me tent, nuns ne me baille ; Je touz de froit, de fain baaille ; Dont je suis mors et maubailliz [RUTEB., 3]
  • XIVe s.
    Comme homme menjue et veult parler, des lors il tout continuelment, duc à tant que ce qui est entré en la voie de l'air soit debouté hors [H. DE MONDEVILLE, f° 18, verso.]
  • XVIe s.
    Pour obvier à ce [la révolte des Génois], le roy leur avoit laissé dedans leur ville si forte main armée, qu'ils n'eussent osé toussir [JEAN D'AUTON, Ann. de Louis XII, p. 247, dans LACURNE]
    Et parce que ilz dormoyent la gueulle baye et ouverte, il leur remplit de sel le gousier, tant que ces paoures haires toussissoyent comme regnardz [RAB., Pant. II, 28]
    La hargne [hernie] leur vient du grand effort qu'ils font par leur crier et toussir [PARÉ, VI, 15]
    Le patient crachera le sang, et n'aura cesse de tousser [ID., VIII, 30]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. picard et Berry, toussir ; bourguig. et wallon, tossé ; provenç. et portug. tossir ; espagn. toser ; ital. tossire ; du lat. tussire, dénominatif de tussis.

tousser

TOUSSER. v. intr. Avoir un accès de toux. Il a toussé toute la nuit. Ce malade tousse beaucoup.

Il signifie aussi Faire à dessein le bruit de la toux. Je tousserai pour vous avertir.

tousser


TOUSSER, v. n. [Tou-cé; 2eé fer.] Il se dit de l'éfort et du bruit que caûse la toux. "J'ai toussé toute la nuit. "Il ne fait que tousser et cracher. "Il tousse beaucoup, mais ne crache point. — Quelques-uns disent Tousserie, et Tousseur.

Traductions

tousser

hustencoughhoesten, haperen [motor], kuchen, pingelenהשתעל (התפעל), הִשְׁתַּעֵלhoestossirkašlathostetusitoserköhögbatukhóstatossirehostekaszleć, zakaszlećtossirtușikašlaťhostaβήχωيَسْعُلُyskiäkašljati咳をする기침하다кашлятьไอöksürmekho咳嗽 (tuse)
verbe intransitif
expulser de l'air par la bouche de manièrebruyante

tousser

[tuse] vi → to cough