traîneur

(Mot repris de traîneurs)

traîneur, euse

n.
Personne qui traîne, qui traînasse.

TRAÎNEUR

(trê-neur) s. m.
Celui qui traîne quelque chose.
Mme d'Aiguillon alla voir Monsieur, qui était au Palais-Royal, et dit à son traîneur [celui qui traînait sa chaise] d'entrer [SAINT-SIMON, 142, 71]
Autrefois, par dénigrement, traîneur d'épée, vagabond, fainéant qui porte l'épée.
Et vous ne passez plus que pour traîneur d'épée [CORN., Illusion, III, 3]
J'aurais mieux fait d'apprendre un métier que d'être un traîneur d'épée [SCARR., Rom. com. I, 13]
Aujourd'hui, traîneur de sabre, militaire peu occupé et qui affecte de promener partout son inutilité et son sabre.
Cent voitures à trois chevaux portent chacune plusieurs quintaux d'écriture ronde et bâtarde, faite par des gens en uniforme, fumeurs de pipes, traîneurs de sabres [P. L. COUR., Lett. I, 75]
Celui qui conduit un traîneau sur la glace.
Ouvrier employé au transport des minerais, et qui tire ou pousse devant lui des traîneaux à patins.
Chasseur au traîneau. Les gardes-chasses sont à la poursuite des traîneurs.
Soldat qui marche derrière le corps auquel il appartient, synonyme de traînard.
Les grandes armées laissent toujours après elles quelques traîneurs [CHATEAUBR., Itin. part. 6]
Ignorait-on que toute la foule désolée des traîneurs des autres corps, à cheval, à pied, en voiture, s'ajoutait à ces embarras [du corps de l'arrière-garde], comme dans un corps malsain tous les maux accourent et se réunissent sur la partie la plus attaquée ! [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 9]
Les bandes de traîneurs qu'en s'avançant l'armée [française] laissa derrière elle, avaient comme enveloppé Smolensk de terreur et de destruction [ID., ib. IX, 14]
Bâtiment d'une flotte, d'un convoi qui reste en arrière. Terme de chasse. Chien qui ne suit pas le gros de la meute.
Traîneur, traîneuse, celui, celle qui demeure derrière, qui est en retard.
C'est aujourd'hui que, selon toutes les apparences, vous avez été reçus par le chapitre [de l'ordre du Saint-Esprit] avec quelques autres traîneurs [SÉV., 2 févr. 1689]
L'hirondelle de rocher arrive en Savoie vers le milieu d'avril, et s'en va dès le 1er août ; mais on voit encore des traîneuses jusqu'au 10 octobre [BUFF., Ois. t. XII, p. 397]

ÉTYMOLOGIE

  • Traîner.

traîneur

TRAÎNEUR. n. m. Celui qui traîne quelque chose. En ce sens, on ne l'emploie guère que dans l'expression Traîneur de sabre, Soudard.

Il se dit aussi des Chasseurs au traîneau. Les gardes-chasse ont pris des traîneurs dans la plaine.

Il se dit encore des Soldats qui demeurent en arrière de la troupe avec laquelle ils doivent marcher. L'arrière-garde a ramassé les traîneurs. Dans ce sens on dit plutôt Traînard.

Il se dit également, en termes de Chasse, des Chiens qui ne suivent pas le gros de la meute.