traîtreux, euse

TRAÎTREUX, EUSE

(trê-treû, treû-z') adj.
Qui a le caractère de la trahison, de la perfidie, en parlant des choses.
C'est ce même Humbert que M. le duc d'Orléans voulut envoyer à la Bastille par le traîtreux conseil d'Effiat [SAINT-SIMON, 428, 196]
L'écueil traîtreux et redoutable des hypothèques occultes [PHILIPPE DUPIN, dans LEGOARANT]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et quant je la voi si diverse, La trahitouse et la perverse [FROISS., Poesies mss. p. 153]

ÉTYMOLOGIE

  • Dérivé de traître.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • TRAÎTREUX. Ajoutez : - REM. Ce mot n'est pas seulement de Saint-Simon ; il se trouve aussi dans Mme de Sévigné : Je vous avoue, ma bonne, que je suis surprise de cette colique traîtreuse, qui vous a prise au milieu de votre repas, à Mme Grignan, 14 fév. 1680, dans Lettres inédites, éd. Capmas, t. II, p. 97.

HISTORIQUE

  • Ajoutez :
  • XVIe s.
    Childebert, roy d'Austrasie, qui, pour venger la traistreuse mort du roy Sigebert son pere, mettoit toutes pieces en œuvre envers le roy Gontran son oncle [EST. PASQUIER, Rech. V, 25]