traban

(Mot repris de trabans)

TRABAN

(tra-ban) s. m.
Militaire armé d'une hallebarde, et chargé d'un service particulier.
De vingt-quatre trabans qui se relayaient pour le porter [Charles XII, à Pultava], vingt et un furent tués [VOLT., Charles XII, 4]
Des trabans à cheval précédaient le cortége [aux fêtes du couronnement de François-Joseph comme roi de Hongrie] [, Moniteur, 10 et 11 juin 1867, p. 717, 5e col.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    J'entrai dans la ville avec six hallebardiers qu'ils avoient toujours veu marcher devant moy ; j'avois aussy quatre ou cinq capitaines qui m'accompagnoient, qui avoient chacun deux trabants à leur suite [BASSOMPIERRE, Mém. t. II, p. 28, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. trabante ; suéd. drabant ; allem. Trabant ; bohême, drabanti ; on fait venir ces mots de l'allem. traben, trotter, courir ; voy. cependant TRABE.

traban

TRABAN. n. m. Il se disait d'un Soldat armé d'une hallebarde et chargé de certains services particuliers.